CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NASUM
Avec : nasum, black breath, scd, coilguns
Date du concert : 26-09-2012
Lieu : Glazart - Paris [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.facebook.com/garmonbozia.inc
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 08 octobre 2012 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Quand on a la proximité avec la Belgique, il devient difficile de se déplacer sur Paris pour aller en concert sachant d'autant plus que les concerts évènements on le plus souvent lieu dans ces 2 pays.


Pourtant, il arrive de temps à autre que notre capitale accueille des affiches bien spécifiques (je me souviens des 20 ans d'OPETH par exemple) que je ne retrouve pas dans le pays frontalier. C'est ainsi qu'exceptionnellement j'ai fait le déplacement pour un concert et pas des moindres vu que ce soir c'est bel et bien à Paris et plus exactement au Glazart que NASUM fait son passage pour sa tournée d'adieu ! Après les avoir loupé par deux fois cet été (Hellfest et Vagos Open Air) il m'était impossible de laisser passer l'occasion de voir enfin l'entité légendaire sur scène, 5 ans après la perte tragique de leur leader Mieszko Talarczyk (RIP)... Et ce soir, ils ne sont pas seuls car ce sont les suisses de COILGUNS, nos français de SCD et les américains deatheux de BLACK BREATH qui les accompagnent pour une soirée qui s'annonce forte en émotions. En avant la musique !


D'ailleurs commençons peu et commençons mal, j'ai loupé la prestation des COILGUNS, la faute à une circulation chaotique (ah oui c'est vrai je suis à Paris).. Mais bon, aux vues du monde à l'extérieur à mon arrivée, ça ne devait pas être pour eux que le public s'est pointé. Après avoir fait vite fait le tour du club, et à peine le temps de choper une pinte que SCD monte sur scène pour démarrer. Bon C'est la 3e fois en 9 mois et que dire ? Le public est plus observateur qu'autre chose (moi y compris) à part deux trois gars qui tentent de se « bousculer ». Le combo Français a d'ailleurs quelques soucis sonores qui rendent le son quelque peu chaotique pour nous, mais aussi pour eux. Autant leurs deux autres prestations vues cette année (Neurotic et Motocultor) m'ont bien pris aux tripes, autant là, je garde un goût amer.... Passé cet avis, le quatuor nous fait faire le tour de « Sheep 'n Guns », au demeurant rock'n roll/grind pour revenir ensuite sur leurs 2 premiers méfaits qui restent purement Grind et font la joie des quelques appréciateurs de l'ancienne époque. Nouveau virement pour SCD, certains aiment, d'autres restent dubitatifs, les derniers sont au bar... Je vais rester sur les 2 autres prestations, et me dire que celle-ci, du fait de quelques problèmes sonores, sera pour ma part à oublier...


SETLIST : The Garden of Nature/ The Free Play of Forces/ We Plead Guilty/ Armchair Generals/ …/ xx.09.02/ Shackles of Terrorism/ Cogs and Wheels/ The Idea of End/ Phantom of Pleasure.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Et maintenant démarrent les hostilités avec BLACK BREATH. Encore inconnu chez moi il y a de ça un an maintenant, ce fut LA découverte de la fin d'année 2011. Et oui, car en grand fan de “Swedish Death Metal”, BLACK BREATH pourtant Américains ont récupéré ce son qui a fait de ce qu' ENTOMBED et autres DISMEMBER sont devenus il y a maintenant un peu plus de 20 ans. Et tout comme SCD c'est aussi la 3e fois que je les vois cette année à mon plus grand bonheur ! Leur concert en Mars à Courtrai (De Kreun) n'avait pas amené foule (j'étais seul avec un collègue à mettre l'ambiance (Désolé pour ta dent, Chris !) ), puis le nom a circulé jusqu'en Avril au Roadburn où plus de monde c'était présenté, et pas pour rien, car le combo possède une fougue et une hargne à en faire pâlir bon nombre de groupes du même genre en l'espace de 2 albums. Puis bon, c'est l'un des rares groupes du genre signés chez Southern Lord (EARTH, WINO, SUNN...). Et donc, deux concerts exceptionnels, le 3e sera de la même veine ! Pas loupé d'ailleurs aux vues d'un public furieux qui headbangue, reprend les paroles de Neil Mc Adams (chant), pogotte, slamme, je me dis que je ne suis pas le seul et de loin à apprécier le crossover Death/Thrash du quintette de Seattle ! Au programme des titres issus de “Sentenced to Life” qui au passage se veulent plus brutaux que ceux de “Heavy Breathing” , avec des morceaux plus “groovy” . Le son suédois mélangé à la technique Américaine prouve son efficacité aux vues des trois quarts du public qui est autant venu pour voir les barbus chevelus que la tête d'affiche. Enchaînements par deux titres laissant peu de repos aux cervicales, même Neil ira de son slam et n'hésite pas à faire tourner le micro à une masse de métalleux venus supporter leur efficacité. Les problèmes sonores sont réglés et je reconnais sans effort les bijoux de compositions que sont “Black Sin (Spit on the Cross)”, l'enchaînement “Feast of the Damned/Escape from Death” ou encore “Virus”. “Beneath the Crust” (tiré de leur premier E.P) est de la partie. La sueur commence à dégouliner des cheveux de votre serviteur, et c'est pas fini, car maintenant place au Grind avec NASUM. BLACK BREATH n'a pas fini de faire parler d'eux et ni une ni deux est un groupe à suivre et à ne louper sous aucun pretexte.


SETLIST : Endless Corpse/ Mother Abyss/ Feast for the Damned/ Escape from Death/ Beneath the Crust/ Of Flesh/ Doomed/ Virus/ Black Sin (Spit on the Cross)/ Wewhocannotbenamed


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Et voilà enfin le moment fatidique... Le public s'amasse devant la scène pour accueillir le chant du cygne (si on peut dire ça!) des Suédois maintenant devenus célèbres. En effet, le combo de Grind aux influences très variées aura attendu 5 ans après la disparition tragique de Mieszko avant de trouver quelqu'un digne de lui faire honneur en la personne de Keijo Niinimaa (ROTTEN SOUND). D'ailleurs les capacités vocales du Finlandais permettent à Anders Jakobsson, dernier membre « originel » de se concentrer sur ses parties de batterie. On y retrouve alors le line-up des derniers méfaits sortis que sont « Helvete » et « Shift » en ajoutant l'ex-bassiste passé à la guitare Jon Lindqvist (que j'ai eu l'occasion de découvrir avec VICTIMS en ouverture de BLACK BREATH en ce début d'année...) Le public déjà chauffé par BLACK BREATH est massé devant la scène lorsque l'intro aux ambiances de guerre se font entendre, avec un lightshow hypnotique (on y voit d'ailleurs les membres de SCD ou de BLACK BREATH). Et dès l'arrivée du quatuor c'est sous les applaudissements et un pit d'acharnés que le groupe ouvre son set avec « Mass Hypnosis ». J'en ai vu des concerts de Grind, mais une ambiance comme celle-ci est des plus rares ! Pit circles, slams à tout va, pogos furieux, le groupe fait déferler ses titres pour une soirée placée sous l'hommage à Mieszko et aux fans. Keijo est d'ailleurs très humble en ce qui concerne sa présence et se donne à fond sans faire oublier que nous sommes tous là en souvenir du regretté absent. Les guitaristes s'en donnent à cœur joie par une présence du tonnerre, sans oublier Jesper qui cartonne sa basse comme si c'était son dernier concert. Keijo très proche du public n'hésite pas à ce mêler à la foule, se retrouvant lui aussi en slam ou en profitant entre un « The Black Swarm » et un « Closer to the End » pour nous faire part que le vin blanc Français qu'il boit est tout bonnement « affreux », mais bon à 2€ la bouteille, et tiède, je pense que ça doit être compréhensible ! Résultat des courses, une ambiance comme celle-ci n'arrivant que trop rarement, je finirai par lâcher mon appareil photo pour aussi profiter de la chaleur étouffante du pit qui se renouvelle sans cesse. Mais toute chose possède hélas une fin. Après un « Inhale/Exhale » en mode furieux, le groupe nous quitte, heureusement le temps de se faire arranguer par un public qui en veut encore, et deux minutes plus tard, nos gaillards reviennent pour nous faire « danser » une dernière fois au son de « Worst Case Scenario » et de deux dernires titres qu'hélas je n'ai pas réussi à déchiffrer (honte à moi!) pour enfin dire « au revoir » avec une chanson des plus choisies pour l'occasion, « The End » des DOORS sortant des enceintes du club... Le chant du cygne pour un groupe qui a écrit une page dans l'histoire de la musique extrême. NASUM n'ont fait que nous montrer qu'ils étaient les GRIND KINGS !


SETLIST : Intro/ Mass Hypnosis/ Scoop/ Bullshit/ Relics/ Shadows/ Corrosion/ Multinational Murderers Network/ Parting is Such Sweet Sorrow/ The Masked Face/ Tested/ Time to Act !/ Particles/ The Engine of Death/ Twinkle Little Scar/ Fury/ Wrath/ I Hate People/ The Black Swarm/ Closer to the End/ The Final Sleep/ The Idiot Parade/ I see Lies/ Circle of Defeat/ Inhale/Exale/ RAPPEL : Worst Case Scenario/...


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Après une telle date il était normal pour le groupe de passer dans le club après leur set pour signer avec grand plaisir les diverses affiches et livrets dévalisés au stand de merch et ce avec la même amabilité qu'il fallait attendre de voir. Un seul passage en France après une tournée estivale, les fans qui étaient déçus de leur prestation au Hellfest ne peuvent garder qu'un beau souvenir de cette tournée d'adieu. Pour ma part, l'un des concerts de l'année et l'ajout de BLACK BREATH à cette tournée fait que cette soirée restera gravée dans ma tête, ainsi que dans celles du public présent ce soir. NASUM est mort, Vive NASUM !



no images were found