CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


EUROPEAN PROGRESSIVE ASSAULT
Avec : LEPROUS, LOCH VOSTOK, PERSEFONE, ORKENKJOTT
Date du concert : 19-10-2012
Lieu : Marché Gare - Lyon [ 69 ]
Affluence : 60
Contact organisateur : http://www.base-productions.com
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 27 octobre 2012 - Chroniqueur : Chart - Photographe : CHART https://www.facebook.com/ChartLivePhotography


S’il y a bien une chose que je ne supporte pas lorsque l’on parle de nouveaux groupes, ce sont bien les superlatifs du genre « la nouvelle sensation metal » ou « le renouveau de la scène/du genre ». Même si ces expressions sont pratiques et très vendeuses lorsqu’il s’agit de faire ses courses chez son disquaire préféré, la plupart du temps, on se retrouve avec un album indigeste. Pourtant ce soir, il s’agit bien de se rendre à un concert où les groupes sont issus d’une nouvelle vague qui constitue bien un certain renouveau de la scène metal. LEPROUS en tête d’affiche ne bénéficie pas forcément d’une très grande notoriété. Son dernier passage notable dans la région remonte à la fin 2011 en première partie d’AMORPHIS au Ninkasi Kao de Lyon. LOCH VOSTOK avaient quant à eux ouvert pour THERION en 2010 au Transbordeur. Cette réunion de groupes ne pouvait malheureusement se faire que dans une plus petite salle. C’est le Marché Gare qu’a donc été naturellement choisi par Base Productions pour les accueillir. Il valait mieux que ce soit dans cette salle car les lyonnais ne sont pas très curieux ou avaient surement autre chose de mieux à faire car le nombre de spectateurs est franchement dérisoire, voir décevant… Quel dommage !! Mais tant pis pour eux car ils ne savent pas ce qu’ils ratent ce soir !


Le premier groupe à rejoindre la scène se nomme ORKENKJOTT. Ces norvégiens viennent tout juste de sortir leur premier album même si leur formation remonte à 2005. La Norvège est le pays, avec la Suède, qui permet les rencontres et devinez qui se cache derrière la production de ce premier disque ? Ihshan (EMPEROR) en personne ! Autant dire que l’on peut faire confiance à ce musicien hors paire dans ces choix musicaux. ORKENKJOTT est un mélange de styles oscillant entre black metal, punk, ambiances orientales, progressif et j’en passe. L’originalité, une identité forte et la qualité musicale sont au rendez-vous. La prestation en elle-même est franchement hallucinante. Pour ce premier passage en France, le groupe met le paquet. Le chanteur arrive habillé d’une espèce de Djellaba ressemblant ainsi à une sorte de gourou contrastant avec une attitude survoltée. L’album n’a rien à voir avec cette présence scénique incomparable. Si le disque est fort agréable mais plutôt posé, le groupe sur scène est tout ce qu’il y a des plus efficaces. Jamais un groupe de première partie ne m’avait autant surpris par son énergie. Le final se fera d’une manière totalement chaotique avec un chanteur qui reviendra habillé comme un texan, façon PANTERA, avec un fusil à pompe en plastique puis finira le show en se roulant parterre en hurlant dans un mégaphone. Un nom à se rappeler et un groupe à suivre de très très près.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


PERSEFONE prend la suite avec son metal core progressif. Là encore l’énergie est au rendez-vous et cette découverte est encore une très bonne surprise. Les musiciens sont excellents et les compositions osées. Le mélange de death et de hardcore combinés à de longs passages mélodieux est réellement intéressant. Si souvent les groupes manquent de l’un ou de l’autre, PERSFONE trouve un juste milieu fort appréciable qui crée la surprise et une différence majeure avec un bon nombre de formations. On a même droit durant cette prestation à un meddley composé des principaux thèmes de STAR WARS. On est forcément ravi par cette idée judicieuse qui fait l’unanimité dans le public, en particulier pour le final où ce sont les musiciens de LOCH VOSTOK qui viennent prendre les instruments afin de conclure cette interprétation scénique des musiques de John WILLIAMS. Bref, encore une excellente prestation, une très bonne surprise et une très bonne découverte !


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Si je suis présent ce soir, c’est en grande partie à cause de la participation de ce groupe sur cette affiche. LOCH VOSTOK m’avait déjà interpellé lorsqu’il avait ouvert pour THERION. J’avais trouvé la prestation intéressante et le groupe déjà très professionnel. L‘écoute de son dernier album « Dystopium » m’avait elle aussi convaincu et il me tardait de voir à nouveau ce groupe sur scène, avec une oreille plus aiguisée. Ce show au Marché Gare m’a littéralement convaincu. La prestation a été réellement impressionnante. Dans cette petite salle, LOCH VOSTOK prend toute sa dimension et son frontman, Teddy MÖLLER est réellement charismatique. Le groupe donne tout ce qu’il a et les tempos prennent un sacré coup de boost. Les morceaux prennent une ampleur monumentale frôlant parfois le death metal et sachant toujours retomber sur leurs pattes lorsqu’il s’agit de construire une ambiance plus posée. LOCH VOSTOK confirme avec sa prestation un devenir fort intéressant. Au public maintenant de sortir des sentiers battus, d’ouvrir ses champs d’horizons et de s’intéresser à ce qu’il se passe en dehors des circuits habituels car l’avenir de la scène metal se trouvait peut-être dans cette petite salle devant ces quelques personnes qui n’ont pas hésité à laisser s’exprimer leur curiosité.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


C’est donc LEPROUS qui a hérité du statut de tête d’affiche. Le groupe norvégien était déjà venu à Lyon l’année dernière en première partie d’AMORPHIS et sa prestation ne m’avait pas forcément convaincu. Cette nouvelle venue était donc l’occasion pour moi de me faire une seconde opinion. Sa présence en haut de l’affiche lui permet de se mettre en scène de manière un peu différente. Deux écrans HD ont été placés sur scène ce qui permet de diffuser des images quelques peu surréalistes afin d’illustrer les morceaux. A nouveau, j’ai un certain mal à rentrer dans ce concert. Le groupe est certes très énergique mais musicalement, et en comparaison avec tout ce qui a été présenté ici, LEPROUS s’avère légèrement décalé. Les ambiances sont plus posées et les morceaux plus proches d’une pop metal très sombre. Ce contraste est perturbant et finalement me fait renoncer à rentrer complètement dans ce show. Néanmoins, l’énergie est plus présente qu’au Ninkasi Kao et la proximité du public permet encore une fois au groupe de se dépasser.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


S’il y avait une soirée à ne pas rater, c’était surement celle-ci. De très bonnes surprises et de très bons groupes, voilà ce qu’on demande et voilà ce qu’on a eu ! Merci à Base Productions d’avoir pris ce risque malgré le très faible nombre d’entrées !



no images were found