CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DRAWERS
Avec : DRAWERS, GBNS, MUDBATH
Date du concert : 27-09-2012
Lieu : HUMUS - la fare les oliviers [ 13 ]
Affluence : 65
Contact organisateur : http://www.facebook.com/risingdeadboys
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 05 novembre 2012 - Chroniqueur : Luxea.Photographie - Photographe : LUXEA.PHOTOGRAPHIE http://www.luxeaphotographie.fr/


Deuxième concert de la saison pour le RISING DEAD BOY, qui continue ses actions dans les murs de l’HUMUS. Pour le plus grand plaisir du public. Après un changement de déco, faisant place à une salle des plus rock’n’roll, nous sommes prêt à accueillir les 3 groupes, pour une soirée, Stoner/Sludge/Doom. Petit changement de programmation c’est GBNS qui jouera à la place de VERDUN, suivi de MUDBATH et DRAWERS.


Il est 21h la salle se remplit lentement et timidement, le froid ayant dissuadé certains de montrer le bout de leur nez. C’est parti pour le décollage, GBNS débarque, attachez vos ceintures. Des sons tout droit sortis d’un film de Science Fiction, appareil prêt à décoller ! Mais après quelques minutes de vol étrange, atterrissage forcé pour le bassiste qui doit changer une corde cassée, pour rejoindre les autres membres dans l’espace. Le groupe post/rock nous propose des morceaux lourds, agressifs qui prennent aux tripes. Le chanteur fou d’une rage froide, mesurée, calculée, doté d’une voix aux notes hardcore nous glace le sang. Morceau instrumental envoutant, nous emmène dans un cosmos infini, touchant du doigt des groupes comme CULT OF LUNA, ou encore ISIS. La pression monte, portée par une batterie au millimètre, très structurée. Le chanteur tombant au sol, emporté par une énergie désespérée. Quelques bips de machine de bord, encadrant un morceau très atmosphérique nous fait planer entre ciel et terre. GBNS joue avec nos sens, afin de mieux nous emporter par la voix du chanteur emplissant la salle, comme une vague dévastatrice. Suivi d’un morceau calme, avec « presque » des teintes jazzy/lounge, parsemées de passages un peu psychés, les musiciens se font plaisir. Le groupe sait donner du corps et de l’épaisseur à ses mélodies. Sans jamais tomber dans le prévisible, ils savent nous faire languir, imploser longuement. Tout en explorant cette colère murie, réfléchie. Puis les Aixois, atterrissent sans fracas, nous saluent gaiement, et rentrent au bercail. Sans même nous donner une miette de plus. Simple, efficace, et mortellement torturé. Le voyage fut mouvementé.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Quelques minutes de pause, suivit de MUDBATH. Groupe jouant dans un style beaucoup plus doom/sludge. Des morceaux langoureux, accompagnés d’atmosphères plombées, funestes et menaçantes. Des sonorités lourdes, un tempo lent. L’ambiance est pesante, la lourdeur accompagnant des textes désespérés, portées par des voix hurlées et puissantes. Une parfaite descente dans des abysses ténébreuses et apocalyptiques. Morbide à souhait, parfois un peu redondant.. Le chanteur, à l’aide de son tom basse rajoute une énergie dévastatrice plus qu’intéressante aux morceaux. Ils frappent fort et nous interpelle de brutalité. Mais les morceaux restent longs, lents et pénibles. Le groupe accouche ses morceaux dans la douleur. Quelques passages intéressants viennent nuancer la mélancolie répétitive. Les mélodies débordent parfois vers l’expérimental, ce qui n’est pas de refus. Une prestation mitigée à savourer uniquement avec des oreilles expertes et averties.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Et pour finir la baffe de la soirée, les excellents DRAWERS. Sonorités empreintes de sludge/stoner. Les Toulousains vont nous décoiffer ce soir. La simplicité du rock portée par le groove du stoner, avec une pointe de hardcore dans la voix, mais sans abus. Le chanteur enragé, nous rappellera un certain PHIL ANSELMO au timbre rocailleux. Le groupe réchauffe la salle comme il se doit. Jouant avec le public, le chanteur y laissera ses tripes, par son cri puissant. Pas de répit, pour nous ce soir. Les grattes nous arrachent au froid quasi hivernal, les musiciens sont surexcités. Le groupe porté par des influences allant d’ELECTRIC WIZZARD à MASTODON, en passant bien évidement par PANTERA. Tous sont déchainés ce soir. Le public semble apprécier, et commence à s’échauffer, voir à s’amuser dans la fosse. La soirée fini sur les chapeaux de roues. Les guitares ont bien suinté, l’énergie est encore palpable dans l’humus.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Mr BIZ, tatoueur/dessinateur faisant partie du collectif Texan Provence. Collectif de groupe et d’artiste, GBNS en faisant parti. Durant la soirée il réalisera une fresque/performance. Peinture sur toile de format moyen, représentant une tête de mort parmi des fleurs rouges. Mr BIZ à su revisiter le style de la vanité (style en peinture portant sur la symbolique de la vie et de la mort à l’aide de symbole comme le crane, les fleurs, des bougies, etc le tout dans une lumière claire obscure), de façon contemporaine, quoi de mieux pour cette soirée sludge/doom.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Le RISING DEAD BOY nous a prouvé ce soir, qu’il s’est relevé, et qu’il se relèvera encore, pour nous proposer des soirées avec des groupes variés, mais toujours dans un esprit rock’n’roll. En résumé ce soir nous avons eu : GBNS, planant nous emmenant loin très loin, suivi de MUDBATH plus sombre et torturé puis DRAWERS qui nous a arraché à de sombres rêveries. Le tout accompagné par MR BIZ et sa peinture.



no images were found