CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


OBITUARY
Avec : obituary, macabre, psycroptic, the amenta
Date du concert : 11-12-2012
Lieu : CCO Villeurbanne - lyon [ 69 ]
Affluence : 350
Contact organisateur : https://www.facebook.com/myreferencevents
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 15 décembre 2012 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart https://www.facebook.com/chartlivephotography


Quoi de mieux pour finir cette année 2012 qu’un groupe de légende venu vous interpréter ses plus grands classiques ? Bien sûr, vous me direz qu’OBITUARY ce n’est pas non plus le plus gros groupe du monde mais c’est tout de même l’un des rares à avoir explosé des records de vente dans le metal extrême au début de sa carrière. De ce lointain passé, il en reste 3 des 5 musiciens fondateurs, des classiques indémodables du death et un public certes moins nombreux mais toujours aussi amateur d’un groupe comme on n’en fait malheureusement plus. OBITUARY mérite bien plus qu’un statut de vétéran mais de légende du death metal.


Ce sont les australiens de THE AMENTA qui ont l’honneur d’ouvrir cette soirée. On avait déjà pu apprécier leur prestation en 2011 aux côtés de DEICIDE au Ninkasi Kao de Lyon. Cette fois le groupe joue devant un public un peu moins nombreux. Il faut dire qu’avec une affiche de 4 groupes, le public ne se presse pas forcément pour être à l’heure ce qui donne des résultats moyens sur l’ambiance des premiers groupes. Pourtant, le black metal de THE AMENTA vaut le détour. L’ambiance sur scène est glauque à souhait et ce en grande partie grâce à un frontman aux allures d’un Marilyn MANSON à ses touts débuts, lorsque c’était encore bien quoi… Ce mélange de black metal et d’électro est des plus efficaces. Cette deuxième prestation du groupe confirme la première impression avec une réelle force cette fois. Affaire à suivre, il paraîtrait que le groupe serait à nouveau dans les parages en 2013…


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Changement rapide de plateau et ce sont des compatriotes de THE AMENTA qui montent sur scène, PSYCROPTIC. On s’en serait presque douté puisque les deux formations partagent le même batteur mais certainement pas le même style. PSYCROPTIC officie dans une veine death core très marquée. La prestation est de suite très dynamique. Malheureusement, malgré une énergie formidable, les compositions du groupe ne font pas preuve d’une très grande originalité. On restera donc sur la bonne impression que le groupe génère en live lors de ce concert.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Après un très long changement de plateau, c’est au tour des américains de MACABRE de monter sur scène. Il est intéressant de noter que depuis ses débuts, c'est-à-dire en 1987, le groupe n’a jamais changé de line up ! Et pourtant le groupe est resté très productif depuis tout ce temps en concentrant son énergie sur l’écriture de morceaux racontant des histoires de serial killers et autres meurtres le tout avec une touche d’humour gore… Musicalement le groupe oscille en thrash, death et grindcore le tout dans une tonalité old school. Le set se passe sans que le public ne semble réellement convaincu. Le style technique et très marqué par ce qu’il se faisait par le passé et a pris un certain coup de vieux malheureusement indéniable. Il en faudrait un peu plus pour convaincre les lyonnais, bons spectateurs mais quelque peu dubitatifs devant cette prestation.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


 BLACK.ROGER -Chronique OBITUARY


And now, ladies and gentlemen, from Tampa, here is OBITUARY, qui semble très attendu ce soir avec un public motivé et passionné qui se colle contre la scène pendant le changement de plateau. Quelques très longues minutes plus tard, les musiciens débaquent devant nous en lâchant le son avant l'arrivée de John qui s'empare du micro avec fougue, il a l'air en forme ! Le son, parlons-en, c'est le fameux son Obituary reconnaissable entre mille parmi les groupes de death-metal old school. peut-être et même sûrement que le guitariste Trevor Perez y est pour quelque chose. Et puis ces envois lourds et lugubres influencés par CELTIC FROST font le reste en précédent les démarrages en trombe initiés par Donald qui maitrise ses fûts implacablement. Inutile de vous dire que nous sommes éjectés de notre cercueil (sic) illico avec les premiers titres, la voix de John instaurant un climat de cimetière propre à la musique de la mort-qui-tue des Floridiens. Ce soir Obituary va nous gratifier des morceaux issus de ses trois premiers albums à savoir, "Slowly We Rot" (1989), "Cause Of Death" (1990) et "The End Complete" (1992), tournée anniversaire oblige. Et nous ne nous en plaindrons pas au contraire, car cette trilogie a marqué les esprits à l'époque et contribué à installer les Floridiens au panthéon du death-metal. On remarquera tout de même l'absence à la guitare de Ralph Santolla et ses aventures à la six cordes, son remplaçant assurera dans un style plus dépouillé propre à la musique brute du groupe surtout pour cette époque revisitée ce soir, époque qui fut sans doute la meilleure pour la formation:


Après plus d'une heure d'envois mortels, le quintette quitte la scène qui se retrouve dans le noir. c'est l'heure des rappels qui a sonné. Le public crie, gueule, réclame, siffle, bref en veut encore évidemment. C'est tout d'abord Donald qui revient derrière son kit de batterie pour un solo "killer", fait rare de nos jours ce solo interpelle forcément. puis les lumières se rallument et la bande à John tardy vient assèner le coup de grâce à un public vraiment agité ce soir, tant mieux car le concert fut filmé et enregistré dixit Donald Tardy. Le show fut donc très chaud dans un CCO en ébullition et si il fallait citer deux moments forts, je verrai bien l'ambiance sur "Chopped In Half" et sur le dernier rappel "Slowly We Rot" évidemment. En ce qui me concerne, l'un des meulleurs concert d'Obituary qu'il m'est été donné de voir tout simplement.


Set-list : Stinkupuss, Intoxicated, Bloodsoaked, Immortal Visions, Gates Of Hell, Infected, Cause of Death, Chopped In Half, Turned Inside Out, Body bag, Back To One, Killing Time, The End Complete, Dead Silence, Drum Solo, I"m In Pain, Slowly We Rot.


 


CHART - Chronique


 


Place maintenant à ceux que tout le monde est venu voir, OBITUARY. Cette tournée, si bien nommée, « Rotting Slowly In Europe », se concentre sur l’interprétation des 3 premiers albums du groupe, « Slowly We Rot », « Cause Of Death » et « The End Complete ». Depuis 1984, à sa formation, le groupe compte toujours dans ses rangs John TARDY au chant, Donald TARDY à la batterie et Trevor PERES à la guitare. Après 21 années de bons et loyaux services, Frank WATKINS s’en est allé rejoindre les norvégiens de GORGOROTH en 2010 et c’est désormais une autre icone du death metal floridien qui tient la basse, Terry BUTLER. A la guitare, le poste semble être un poste encore à prendre depuis le départ d’Allen WEST en 2006. Exit Ralph SANTOLLA, c’est aujourd’hui Lee HARRISON qui tient le manche, définitivement ? L’histoire nous le dira. En tout cas ce soir, le groupe est au top et après cette petite remise au point, il est temps de vous dire un mot de ce concert.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


L’entrée se fait sur « Stinkupuss » suivi de « Intoxicated », « Bloodsoaked », « Immortal Visions », en bref une grosse partie de « Slowly We Rot ». Depuis 1989, ces morceaux n’ont pas pris une ride et c’est tant mieux ! Quelle claque ! Le groupe est en pleine forme et c’est un véritable plaisir que de les retrouver ce soir. D’ailleurs, plus la prestation se passe, plus tout le public semble réellement prendre du plaisir. John TARDY échange de manière complice avec Trevor PERES et le groupe commence à montrer des signes de satisfaction grandissante. Après autant d’années de carrière, il doit être bon de retrouver un public de plus en plus conquis à sa cause. En effet, on ne peut pas non plus affirmer avec certitude que le même engouement était là sur les dernières tournées. Il n’y a nul doute sur le fait que ce genre de concerts basés sur ce qui a fait les racines d’un groupe et plus largement d’un style pendant des années ne puisse laisser qui que ce soit indifférent. D’ailleurs, un bon nombre de formations se prêtent à ce jeu avec un certain succès. En ce qui concerne ce que l’on peut voir ce soir, comment résister à des titres tels que « Cause Of Death », « The End Complete » ou « Turned Inside Out » interprétés à merveille… Bien entendu, le meilleur est gardé pour la fin. Après un solo de batterie en rappel, OBITUARY nous quittera sur le désormais classique et incontournable « Slowly We Rot ».


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Que les choses soient claires, OBITUARY nous a prouvé ce soir que même en regardant dans le rétroviseur, cette formation était encore capable de faire de grandes choses. Le public ne s’y est pas trompé… Sans aucun doute le meilleur concert d’OBITUARY auquel j’ai pu assister depuis sa reformation en 2003 et pour cel, un grand merci à MY REFERENCE EVENTS et son organisation.



no images were found