CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


TAAKE
Avec : taake, helheim, orkan
Date du concert : 27-02-2013
Lieu : CCO - Villeurbanne (Lyon) [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://dreamfactorymusicinc.com/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 28 février 2013 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart / Black Roger https://www.facebook.com/chartlivephotography


C’est une programmation exclusivement norvégienne que l’on retrouve ce soir au CCO. C’est une très bonne opportunité pour savoir où se trouve actuellement la scène black norvégienne. Bien entendu TAAKE n’est pas vraiment inconnu. Le groupe a déjà bien fait parler de lui, et pas que pour sa musique. Par contre, en ce qui concerne ORKAN et HELHEIM, c’est une belle occasion créée par DREAM FACTORY MUSIC INC et que nous remercions bien entendu pour son organisation, pour découvrir ces groupes.


Les hostilités commencent avec ORKAN. Le groupe n’est pas à proprement parlé un groupe de true black metal même si ces racines et ses inspirations sont incontestables. Disons qu’il s’agirait d’un retour aux bases de ce qui a fait le style avec une bonne dose de Thrash, de heavy et un côté empreinté au punk des années 70. Ces ingrédients suffisent à créer une atmosphère bien chargée. La prestation est intéressante et bien dynamique même si le set ne suffit pas à entraîner le public. Concert intéressant, groupe à redécouvrir maintenant sur album.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


 


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


HELHEIM prend la suite avec un black metal nettement plus épique pour un set d’une petite quarantaine de minutes. Le groupe est nettement plus proche cette fois des débuts du black façon ENSLAVED dans les années 90. La prestation a du mal à partir avec un début de set relativement mou mais une fois cette période passée, le groupe commence à devenir nettement plus intéressant. La vidéo placée en backdrop apporte une touche intéressante à l’ambiance. On reconnait quelques titres intéressants tels que « Jemskogen » qui dégage une certaine puissance en live. HELHEIM place en avant dernier morceau de son set « Dualitet Og Ulver » rejoint par un Hoest encapuchonné qui vient pousser la chansonnette en compagnie de ses compatriotes. Sa présence est très forte lors de ce titre. Très étonnamment le groupe termine sa prestation sur une reprise de MÖTÖRHEAD, « The Ace Of Spades ». La surprise est réelle car il y a un véritable contraste entre le côté rock n’ roll de cette interprétation et ce que nous avons pu écouter jusqu’ici. En tout cas, le public en profite pour se défouler un bon coup avant la pause.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


 


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


TAAKE arrive sur scène à 22h15. L’entrée est sobre sauf pour Hoest qui arrive enroulé dans son drapeau norvégien. Le musicien a beau avoir une réputation sulfureuse, il n’en dégage pas moins un certain charisme. Et puis, l’idée de mélanger rock n’roll et black metal, même si ce n’est pas nouveau produit toujours son effet. Par contre, niveau prestation, je trouve TAAKE un peu faiblard sur la qualité du son. L’ensemble sonne un peu brouillon et même si le style veut ça, on est parfois à la limite. Malgré aussi son charisme, Hoest n’est pas réellement convaincant sur cette performance. Sa voix semble quelque peu fatiguée et son jeu de scène un peu réduit. Ces détails ne nuisent pas l’ensemble bien entendu car le groupe a de la ressource mais on s’attendrait peut-être à un peu plus de la part de ces norvégien surtout si on regarde un peu en arrière avec les groupes de l’ancienne génération et la force de leurs prestations. Mais peu importe, les temps ont changé et c’est comme ça. N’empêche que j’en aurais peut-être souhaité un peu plus de la part de TAAKE. En effet, sa façon de faire du black, même si elle n’est pas novatrice est réellement intéressante. Les riffs et les agencements sont réellement bien construits. Par contre, en live, la retranscription n’est pas toujours au top et du coup, je reste un peu sur ma fin en quittant cette salle du CCO qui n’a naturellement pas eu droit à son rappel.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


 


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine



no images were found