CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NEUROTIC DEATHFEST 2013 DAY 01
Avec : obscura, death to all, iniquity, devourment, putridity, morbid saint, strong intention, decapitated, bodyfarm, vader
Date du concert : 03-05-2013
Lieu : Poppodium 013 - Tilburg [ Hors-France ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.neuroticdeathfest.com/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 11 juin 2013 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


14h – Lille, on arrive enfin à récupérer la voiture de location, direction l'[Art]Gressif pour récupérer les quelques collègues avec qui je vais passer le week end, direction Tilburg (NL) pour fêter les 10 ans du NEUROTIC DEATHFEST et par la même profiter de ma 3e édition consécutive. 10 ans ça se fête et l'organisation a mis les bouchées doubles pour cette édition avec pas moins de 44 groupes et quelques concerts qui risquent d'être mémorables la présence du « tribute band » DEATH TO ALL en premier !


Et histoire de mal commencer voilà qu'au lieu des habituelles 2 heures de route, on aura presque mis le double faute aux vessies des passagers et de la circulation belge toujours aussi chaotique... Résultat, arrivée à l'hôtel en périphérie du centre ville, le temps de déposer les affaires et de se mettre en route (à pied je précise) qu'il est presque 18h, autant dire que c'est mal barré pour apprécier INIQUITY qui ouvrent en lieu et place de VADER qui pour le coup passera de la Main Stage à la Second Stage, mais on y reviendra...


Bon pour maintenant BODYFARM ne m'intéresse pas tant que ça, on va plutôt marcher tranquillement, et... arriver aux 3 derniers morceaux de DECAPITATED qui soit dit en passant possèdent un son à la hauteur quand on pense que deux ans plutôt, ils étaient trois sur scène, faut de l'absence justifiée de deux de leurs musiciens. Maintenant, faudrait jeter une oreille à leur dernier album en date...


Les trois groupes suivants m'intéressant tout aussi peu, j'en profite pour aller faire le plein de jetons qui comme à l'habitude sont placés de sorte qu'il n'y a jamais la queue, la présence des nombreux bars dans le hall et les salles évitant toute attente, l'occasion de faire un tour par le sous sol pour profiter des nombreux exposants et tenter de récupérer quelques albums cultes ou recherchés. L'occasion aussi de croiser d'autres collègues nordistes que ce soit au stand de Listenable ou dans les fumoirs toujours aussi pleins et suffoquants alors qu'il fait un temps magnifique dehors (et qui durera jusque la fin du week end) puis d'aller manger un peu plus loin pour se préparer au premier « vrai » assaut de la journée, DEVOURMENT !


Je ne suis pas fin connaisseur du groupe, mais quand vous vivez avec une charmante femme dont c'est le groupe « phare » on fini par s'y faire et ce serait un affront que de louper les Texans, dont les prestations Européennes se font rares... Il me semble qu'ils étaient à l'affiche du Deathfeast Open Air en 2011, mais avaient annulé à la dernière minute.  Une chose est sûre le public est venu nombreux pour eux quand on voit le nombre de metalheads arborant les couleurs du combo de « Slamming Death Metal ». Et quel rouleau compresseur ! Le quatuor excelle dans leur style tout en rythme lorsqu'on voit un circle pit affamé qui fait monter la chaleur de quelques degrés. Les texans reviennent sur une discographie certes peu fournie mais déjà culte pour nombre de fans avec en plus un « Conceived in Sevage » sorti il y a quelques mois, sorte de mix de ce qu'ils aient pu composer. Heureusement pour moi que j'ai une inconditionnelle à mes côtés qui peut me citer des titres comme « Autoerotic Asphyxiation », « Postmortal Coprophagia » ; pour ma part j'aurais reconnu « Legalize Homicide » ou le final « Babykiller » (j'en ai mangé de celui-là!). D'ailleurs, ils ont l'air de s'amuser sur scène, quand au final le guitariste se met un espèce de masque de cheval sur la tête... DEVOURMENT signent ce qui pourrait être la première claque du festival, 40 minutes de set c'est bien assez, même si je pense, fallait vraiment être connaisseur pour apprécier à fond, mais il n'est jamais trop tard pour s'y mettre !


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Le cas VADER reste une déception, car comme il fallait se douter, la Second Stage, lorsqu'elle propose des groupes de renommée se remplit rapidement (peut-être même trop à la vue de la sécurité qui est présente à l'entrée), et les malchanceux restent à la porte pour entendre comme ils peuvent les Polonais, ce qui m'aura suffit après quelques minutes pour me dire que je me rattraperai une prochaine fois, pour me préparer mentalement à DEATH TO ALL.


DEATH TO ALL depuis l'annonce de leur unique date européenne au NDF était LE groupe qui m'a fait faire des pieds et des mains pour pouvoir y retourner cette année. Car pour l'une, en plus d'un groupe dont j'aurais épuisé les cd lors de mon adolescence, c'est le moyen de rendre honneur à Chuck Schuldiner, mais ensuite parce que la reformation/tribute était un moyen d'alimenter les discussions autour de cette tournée. Coup marketing, ou véritable tribute band? Déjà lorsque l'on voit le line-up tiré de “Sound of Perseverance” je ne peux qu'être heureux. Les musiciens s'échangent même les instruments pour laisser place à Bobby Koelbe par exemple (guitariste sur “Symbolic”) et c'est Gene Hoglan (rien que lui) derrière les fûts ! Et pour la guitare lead et les vocalises? Certains me parlaient de la présence de Steffen Kummerer (OBSCURA) concernant les morceaux tirés des derniers albums et de Matt Harvey (EXHUMED) concernant les anciens. Sachant qu' OBSCURA joue après, je penche donc pour Matt Harvey... Et contrairement à certaines setlists trouvées sur la toile, le tribute band avec son backdrop au logo si reconnu n'aura pas joué que des morceaux tirés de leurs 3 premiers albums, mais bel et bien un best-of, pour la joie de tous ! Matt Harvey ne cherche ici pas à remplacer le génie qu'était Chuck, mais lui rend bel et bien hommage même si les solos ne sont pas à la note près (voulu me diriez-vous?). Je m'arrache comme bon nombre d'entre nous à reprendre en coeur les paroles de “Zombie Ritual”, “Suicide Machine” ou “The Philosopher”, quand ce n'est pas pour mimer tout en headbanguant ces solis/rythmiques monstrueuses de “Lack of Comprehension”, “Crystal Mountain” ou encore “Trapped in a Corner” (mon morceau favori qui me verra faire les deux...) et qui me bercent encore par moments. Une chose est sûre, je suis loin d'être le seul en transe devant l'heure et demi du set, qui passe trop vite, mais toute chose se doit d'avoir une fin. Je confirme, les mauvaises langues et les absents continueront à dire que DEATH TO ALL est un coup marketing, DEATH TO ALL ce n'est pas DEATH, mais vraiment un honneur éternel au compositeur qu'était Chuck Schuldiner. On en réclame même pas l'absence de certains membres. Mais une chose est certaine, ces messieurs nous auront laissé des souvenirs pleins la tête qui ne sont pas près de disparaître...


SETLIST: Leprosy/ Zombie Ritual/ Living Monstrosity/ Flattening of Emotions/ Suicide Machine/ Lack of Comprehension/ Overactive Imagination/ The Philosopher/ Trapped in a Corner/ Zero Tolerance/ Crystal Mountain/ Symbolic/ Bite the Pain/ Flesh and the Power it holds. Rappel : Pull the Plug


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzine


Après cette vilaine claque, beaucoup d'entre nous n'iront pas voir OBSCURA qui ont une mauvaise place, celle de jouer après cette affiche. Mais n'empêche qu'il reste quand même du monde est la Second Stage est bien remplie, même si cette fois, on a aucune difficulté à entrer dans la salle (je crois bien que ce sera une des rares fois du week end d'ailleurs !) Mais il me tardait de revoir les Allemands après leur passage près d'un an plus tôt à Dunkerque (en compagnie de SPAWN OF POSSESSION et GOROD), ayant en souvenir le son chaotique de la dernière fois. Et c'est à se demander si ce n'est pas un problème récurrent chez eux, car encore une fois, la batterie est un poil trop en avant et ne permet pas tout le temps de se délecter des parties rythmiques se rapprochant un tant soit peu de ce que composait Schuldiner. Mais les Allemands sont remontés et nous livrent toute leur énergie pour un set technique et au poil si l'on passe le problème sonore. De quoi terminer une première soirée qui commencera mouvementée chez moi, mais qui se termine de la meilleure manière qu'il soit avec de très belles représentations.


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzine


Maintenant petit détour par le “Little Devil” quelques rues plus loin, ou hélas j'arriverai pour voir DEPARTEMENT OF CORRECTION en after qui sont en train de remballer leur matériel. Un jour j'arriverai à les voir nos Grindeux Français ! Quelques bières histoire de finir et c'est parti pour une heure de marche avant de voir les lumières de l'hôtel...



no images were found