CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


THE SMASHING PUMPKINS
Avec : the smashing pumpkins, beware of darkness
Date du concert : 16-07-2013
Lieu : Théâtre Antique - Vienne [ 38 ]
Affluence : 5000
Contact organisateur : http://www.gdp.fr/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 18 juillet 2013 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart https://www.facebook.com/chartlivephotography


Se rendre à un concert des SMASHING PUMPKINS en 2013, c’est un peu pour un trentenaire, comme se rendre à une réunion d’anciens élèves du lycée. Le groupe a connu une ascension fulgurante au début de sa carrière dans les années 1990 avec ses albums « Siamese Dream » (1993) mais surtout « Mellon Collie and the Infinite Sadness » (1995). Les voir aujourd’hui éveille forcément quelque chose de nostalgique, car le dernier passage du groupe remonte déjà à bien des années.


Afin d’ouvrir la soirée, ce sont les américains de BEWARE OF DARKNESS qui ont été désignés. Le groupe dispose d’une demi-heure afin de distiller un rock électrisant. Le trio est en forme et cela se ressent sur sa prestation. L’énergie du frontman semble bien inspirée par les grands maîtres du style que sont JAGGER ou IGGY POP en tête. Le public encore éparse semble apprécier la chose, même si l’on ne sent pas une très grande réceptivité. Les gens sont là pour tout autre chose et comme bien souvent, les premières parties de groupes de cette envergure sont tellement éloignés de la tête d’affiche que le contact passe plus ou moins bien.


Il est grand temps d’accueillir dans ce lieu prestigieux, voire mythique, THE SMASHING PUMPKINS. Le show de cette tournée a été travaillé en compagnie de Sean EVANS dont on connaît le travail pour Roger WATERS pour la plus récente tournée de « The Wall ». Autant dire que visuellement, on a droit à de très beaux effets vidéo sur l’écran de fond de scène. Combinés avec ce lieu, le concert prend une tournure qui relève un peu de la magie. De plus, un concert au beau milieu de l’été, en extérieur, apporte toujours une dimension unique. Cela donne déjà un bon nombre de raisons de prêter à ce concert une attention toute particulière. Billy CROGAN sait surprendre son auditoire, chose que l’on constate déjà sur album. En concert, cela se manifeste par une entrée en scène des plus décontractées, sans intro, sans fioritures et sur un morceau de BOWIE en plus ! Oui, il s’agit de la reprise du morceau « Space Oddity ». L’idée est judicieuse et plutôt bien vue. La suite se fait sur « Starz », un morceau issu de « Zeitergeist ». Au fur et à mesure que la lumière baisse, le groupe nous amène doucement vers son passé le plus ancien avec « Disarm » suivi de « Tonight, Tonight ». L’ambiance se déchaîne enfin avec « Bullet with Butterfly Wings » qui met tout le monde d’accord. Même si ce morceau arrive relativement tôt dans cette set-list, il a pour effet de raviver les souvenirs de pas mal de monde et d’éclairer les visages de cette audience. On arrive enfin au dernier opus avec « Pinwheels » et « Oceania ». Ces morceaux prennent sur cette scène toute leur ampleur, surtout avec cet écran placé en fond. L’ambiance est planante à souhait et on peut en effet penser à ces groupes de rocks progressifs des années 70 qui savaient poser des ambiances feutrées. Le groupe revient plus tard dans la soirée avec « Zero » électrisant à souhait avant d'en finir avec « Stand Inside Your Love » et un « United States » rallongé d’un solo très intéressant et très inspiré de Billy CORGAN en conclusion, avant le rappel. Le groupe revient enfin avec une petite surprise en rappel, le fameux « Immigrant Song » de LED ZEPPELIN en ouverture. Cette reprise est à nouveau un point culminant de cette soirée suivi par un autre hit du groupe tout aussi grisant, « Cherub Rock ». Et afin de quitter le public de Vienne d’une manière particulière, Billy CORGAN annonce un titre supplémentaire par rapport aux autres concerts de la tournée qui n’est pas des moindres. Il s’agit effectivement de « 1979 » et quoi de mieux pour finir cette très bonne, voire excellente soirée.


Space Oddity (David Bowie cover) / Starz / Rocket / Quasar / Disarm / Tonight, Tonight / Bullet with Butterfly Wings / Pinwheels / Oceania / Thirty-Three / Ava Adore / Eye / One Diamond, One Heart / Pale Horse / Today / Zero / Stand Inside Your Love / United States /


Rappel : Immigrant Song (Led Zeppelin cover) / Cherub Rock / 1979


Merci encore à GDP qui nous a permis d’assister à cette très bonne soirée. Les concerts sur ce site ont toujours quelque chose de particulier et THE SMASHING PUMPKINS a su être vraiment à la hauteur du site. Il s’agit bien d’une date dont on se souviendra.