CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


D.O.A.
Avec : D.O.A, savage riposte, bad siam cat
Date du concert : 17-10-2013
Lieu : Le warmaudio - Décines [ 69 ]
Affluence : N.C.
Contact organisateur : http://www.punkrockshowsinlyon.fr/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 19 octobre 2013 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


Depuis quelques temps déjà une certaine dynamique punk se fait jour à Lyon et ses environs pour le plus grand plaisir des « keupons » de la région et d’ailleurs bien entendu. Ce soir, nous sommes le 17 octobre, un jeudi, jour de semaine donc, mais le Warmaudio de Décines et ceux de Punk Rock Shows In Lyon nous convient à un concert particulier. Pour l’occasion, la salle sera pleine comme un œuf car tout à l’heure, l’un des groupes légendaires du style, les fameux D.O.A . trio canadien formé il y a plus de trente ans, combo mythique donc, viendra nous abreuver de ses classiques du genre.
BAD SIAM CAT et SAVAGE RIPOSTE de Lyon vont tout d’abord « chauffer le warm » et ils n’auront aucun mal à le faire soit dit en passant, le public est là bien présent et bien motivé par l’affiche.

A peine le temps de finir nos frites au bar que déjà vers 20 heures trente BAD SIAM CAT branche les « grattes » sur l’estrade et c’est parti. C’est parti pour une soirée rock/punk déjantée, du moins nous l’espérons. Les lyonnais, Xav, Dave et Elwin envoient une purée bien rock n’roll, punk et garage rock si vous voulez. L’énergie promise par le groupe est bien palpable en live. Le trio ne se prend pas la tête, ne se la « pète » pas, les accords sont justes, les textes accrocheurs et dénonciateurs, la rythmique est plombée, que demander de plus ? Le show fut court, mais intense comme l’on dit dans ces cas là. BAD SIAM CAT joue avec ses tripes, joue pour se faire plaisir et nous en profitons par la même occasion, bien vu !

Il ne faudra pas beaucoup d’atermoiement pour voir devant nous s’installer sur scène SAVAGE RIPOSTE, et croyez-moi, cela va être « sauvage » comme prestation (facile celle-là).
Je n’avais pas encore eu l’occasion de voir ce trio (encore) sur les planches malgré ce nom de groupe que je voyais trainer un peu partout et je ne vais pas être déçu du voyage, vous non plus je l’ai bien remarqué derrière vos visages enjoués de « keupons » dérangés. SAVAGE RIPOSTE a traîné ses « rangers » un peu partout en Europe et s’est façonné un son particulier, un punk/rock né dans l’urgence et qui vous « pète » à la figure d’entrée de jeu.
Démonstration ce soir au Warmaudio où l’ambiance est au rendez-vous, chaleur, sueur et boissons houblonnées aussi.. Les « gones » sont furieux, les « gones » tranchent dans le vif, défouraillent et prônent une certaine révolte. Ils en ont les moyens avec un bassiste ne tenant plus en place, un batteur inventif et précis et un guitariste faisant « miauler » sa six cordes sans compromis. Vocaux arrachés, vocaux lame de rasoir, compositions abrasives, le menu servi est piquant bien arrosé de « tabasco » vous m’avez compris. Savage Riposte place donc la barre bien haute avant l’arrivée des très attendus D.O.A. Ces héros punk vétérans de la soirée qui s’installent maintenant avec un certain flegme sur scène avant la déflagration sonore et l’aura qui entoure ce groupe de Vancouver, Canada ayant débuté en 1978 alors que la plupart d’entre vous n’étaient pas encore nés !

Considéré comme l’un des fondateurs du punk/hardcore avec BLACK FLAG, BAD BRAINS et MINOR THREAT, D.O.A. bénéficie donc d’une renommée mondiale car très actif, que ce soit au niveau concerts où au niveau de ses très nombreux enregistrements dont le dernier de 2012 « We Come In peace ». Ce trio est toujours d’actualité dans la mouvance anarcho-punk dont se réclame le groupe, ici pas de « punk à roulette » mais du punk dur de part sa déviance hardcore qu’il à lui-même engendré.
Devant nous maintenant voici Joey « Shithead » Keithley, chanteur / guitariste seul rescapé de la formation originelle avec ses sbires actuels et qui va nous accaparer l’esprit et les conduits auditifs avec une « pêche » incroyable en live. Le vétéran d’un punk/hardcore radical n’a pas perdu sa forme, même physique et sa façon de cisailler les cordes de son instrument même avec les dents ou encore avec une canette de bière !
Alors, pendant un bon moment chargé de pulsations binaires, mais aussi d’émotion partagée, le trio n’aura de cesse de nous faire savourer encore une fois ses anciens titres et des nouveaux bien sûr. Chantons-donc avec eux, « Nazi Training Camp », « Class War », « World War 3 », « He’s Got a Gun », « D.O.A. », « General Strike », « Race Riot », « Police Brutality », « War », « The Enemy », et encore plus bien sûr. Ces “plus”, Joey viendra en plusieurs fois nous les enfoncer dans le crâne car rappelé au moins deux fois. On n’en finit plus, ce set est magique, un coup au coeur tout simplement.

Et puis, après un dernier envoi, « Switch Off », on arrête donc pour ce soir dans ce Warmaudio copieusement blindé. La soirée fut donc hors du temps et mouvementée dans tous les sens du terme, ceux qui étaient présents ce soir me comprendrons… Merci aux organisateurs et merci aux musicos passionnés pour cette « quecla dans la chetron », on recommence quand ?