CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


WEDNESDAY 13
Avec : Wednesday13, sister, the defiled
Date du concert : 21-11-2013
Lieu : Ninkasi Kao - Lyon [ 69 ]
Affluence : 200
Contact organisateur : http://www.eldorado.fr/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 23 novembre 2013 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


Joseph « Wednesday 13 » Poole et sa bande de dépravés horror-punk du groupe WEDNESDAY 13 ont investi ce jeudi 21 Novembre le Ninkasi Kao de Lyon sur l’invitation de Eldorado & Co. Pour les précéder sur les planches (du cercueil) nous retrouverons, mijotant dans la même marmite du genre, les Suédois de SISTER et les Britishes de THE DEFILED.
La neige et le froid ont peut-être découragé certains rockeurs, punks et métalleux car le kao n’est pas remplit. Mais nous le verrons tout au long de la soirée, et surtout pour la tête d’affiche, le public sera bien agité, bien concerné, bref les quelques 200 personnes présentes ce soir feront un accueil chaleureux et génial au chanteur charismatique W 13.

Dès vingt heures, les Londoniens THE DEFILED nous mettent dans le bain de la soirée. Le quintette issu des bas-fonds de Londres avec ses tenues glam/punk/indus représente une certaine « new wave metal UK » aux côté d’autres formations comme WHILE SHE SLEEPS, BURY TOMORROW et DEVIL SOLD HIS SOUL ». Un second opus macabre intitulé « Daggers » paru en Août dernier sera d’actualité sur scène bien entendu. Leur musique est un mélange furieux de métalcore et d’éléments électroniques qui passe assez bien en live. Au menu, dérapages thrashisants contrebalancés par des mélodies acides aux claviers, peut-être un peu trop « clean » quand même. Donc, au bout de quelques titres on reste un peu sur sa faim, on attendait peut-être un peu plus d’agressivité. Leur set fut donc court sans être intense, mais ne crachons pas dans la soupe, un potentiel est là, bien présent, encore mal exploité, mais comme dirait mon ami le cyber/punk/indus métalleux, « wait & see ».

Nous allons subitement monter d’un cran avec les Suédois de SISTER. Le quatuor sleaze-rock de Stockholm n’a plus rien à prouver sur scène après des tournées et des concerts de qualité incessants depuis sept ans maintenant. Et ce soir leur venue sur l’estrade du Ninkasi est semble-t-il très attendue. Nous allons comprendre de suite pourquoi.
Si vous aimez CRASHDIET et HARDCORE SUPERSTARE, musicalement parlant, vous ne pourrez qu’adorer le mélange des deux proposé par SISTER.
Ce groupe ne serait qu’un groupe punk/glam de plus si ce n’était cette farouche volonté de plomber le rock n’roll classique avec des guitares très heavy. Hard-rock déviant donc qui fait un malheur sur scène. Ici pas de complexité technique mais des envois typés 80’s (MÖTLEY CRÜE es-tu-là ?). Mais hormis la comparaison « chevelue » SISTER est beaucoup plus énervé, plus moderne, plus dérangeant aussi dans les ambiances noires. Le groupe a donc tout comprit au film déviant du sleaze-punk et il va être difficile à W 13 de relever le défi ce soir après le set incroyable des Suédois.


Mais WEDNESDAY 13 en a sous le chapeau haut de forme de son frontman qui a à son actif 20 ans de carrière dont dix années avec W 13. Ce frontman qui a notamment marqué à l’encre noire indélébile les fameux MURDERDOLLS avec Joey Jordison (batteur de SLIPKNOT).
Nous avons donc ce soir un groupe en pleine forme, fort de son nouveau « méfait » intitulé « The Dixie Dead » paru en Février dernier et très bien critiqué à sa sortie.
Ce soir dès le début du show (car show il y a évidemment) le public saute en l’air. L’accroche est immédiate avec le chanteur cheveux au vent sur son piédestal qui invective un public venu chercher sa dose de horror-punk « riffu » avec des ambiances mortelles, ensanglantées, remplies de vampires, de loups-garous, de zombies, et j’en passe et des meilleures. Le son est bon et les musiciens d’en donnent à cœur joie avec des dérapages guitaristiques empoisonnés qui vous découpent la cervelle et des samples bien placés. La présence scénique de ce groupe est indubitable avec ce look post/indus déglingué qui renforce les envois. Nous ne voyons pas le temps passer en buvant le sang noir crachè par le frontman W 13 qui semble se donner à fond ce soir dans son « trip » remplit de « fuck » et de « shit ».
Après avoir vidé sa tombe sur les spectateurs, le groupe s’en va dans l’ombre du backstage et il faudra quand même un moment pour qu’enfin le rappel tant attendu se réalise après moult cris et réclamations émanent d’un public chauffé à blanc. Pour le rappel, W 13 se présentera à nous avec son chapeau évidemment, et ce rappel sera copieux et toujours dans une ambiance glauque, à réveiller les morts, dont le groupe a le secret. Mais le mieux pour vous, c’est d’assister aux concerts de cette formation hors-norme dans le style, quant à nous figurez-vous, ce soir, on aime ça c’est sans appel.

Set-List : I Want You Dead, Till Death Do Us Party, Scream Baby Scream, Home Sweet Homicide, Get You Grave On, Cremated, Vincent Price, Death Mask, Ghost Stories, Dixie Dead, Rambo, 167666, Hail Ming, We All Die, Zombie, Bloodsucker, I Love To Say Fuck, Bad Things.

Les lumières s’éteignent sur scène et se rallument dans la salle, c’est fini, les portes du cimetière se ferment. Encore un concert programmé par Eldorado & Co qui valait le détour, merci à eux. Public content et tant pis pour les absents qui ont raté quelque chose encore une fois.