CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


TA GUEULE
Avec : Ta gueule, smoke deluxe
Date du concert : 29-11-2013
Lieu : Les capucins - Lyon [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.punkrockshowsinlyon.fr/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 02 décembre 2013 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


Lyon, c’est des grands concerts, des grandes salles, mais aussi des caves underground où des groupes de rock, punk et hardcore remplissent régulièrement les café-concerts de la croix-Rousse, quartier où se mélangent tous les rebelles et les rockers déjantés de la capitale des Gaules.
Nous sommes un vendredi, mais les Capucins sont toujours pleins, que ce soit dans le bar, dans le sous-sol où les concerts ont lieu et au premier étage pour le billard. Ce soir l’affluence battra des records car TA GUEULE, le combo Lyonnais dérangé bien connu a décidé de démolir les lieux en compagnie des basquais de SMOKE DELUXE, alors « prêts » pour une soirée rock n’roll ?

Il est 21 heures 30 (et oui il faut prendre le temps de manger) lorsque ceux de Bayonne (pas les jambons) lancent le son au fond de la cave. SMOKE DELUXE pratique un gros rock qui tâche limite stoner parfois. Le son est très fort, enfoncez bien vos bouchons (d’oreilles). Les envois sont costauds, ce n’est pas un bal musette ce soir aux Capucins. Le groupe ne fait pas dans la dentelle, on le savait après avoir écouté leur premier album de 2012 « Rock, Drink, Fuck, Die », tout un programme.
Donc du rock, du punk, du glam en fond d’écran, tout ça propulsé par un groove imparable. Smoke Deluxe n’invente rien, ne prouve rien, mais se fait plaisir et nous aussi par la même occasion. Un nouvel enregistrement est en route et nous en aurons la primeur ce soir en live (test ?). Bon, mais il faut quand même bien leur reprocher quelque-chose. Pas grand-chose en fait, un chant un peu limite parfois et des refrains où la sauce retombe un peu. A part ça leurs titres sont accrocheurs et l’ambiance rock n’roll est garantie, pas de problème. Résultat, un bon moment passé avec le quatuor qui a bien assuré ce soir.

A peine mis en place TA GUEULE provoque un flux de public important passant du bar à la cave et il faudra pousser les mûrs et la voûte de lieux pour contenir une assistance importante où l’on se serre comme des sardines. Mais assez de bla-bla et …Ta gueule !
Alors, dès les premiers titres « Nord-Sud », « Ta Gueule », « Hardcore Muscles et Karaté » et « Barbamerde », c’est le « merdier » dans la cave. Ça bourrine dans tous les sens, les tignasses volent, la bière inonde le sol, bref ce sera non-stop pendant tout le set des punk/métalleux/rockers/thrashers et plus si affinité.
Entre chaque titre, El Conservator raconte sa vie, enfin notre vie, nos boulots de merde, la misère sexuelle, les extrémismes de bazar, les « sdf », notre belle société en perdition quoi ! Bref, c’est sauvage, sans limite, speed, sale, grossier, mais toujours redoutablement efficace. Efficacité labellisée et prouvée avec les envois implacables d’Adrien et sa basse turbo, de Romain défonçant les fûts (de bière ?) et de ED aux riffs violents et venimeux, mais où est passé le frontman et sa guitare ? Ah bon il est toujours là pour nous tenir ses propos enragés et engagés.
Nous arrivons tranquillement (façon de parler) à la fin de ce show bien chaud et pour ne pas partir comme des « salauds » les musiciens de Ta Gueule nous offrent une belle reprise de Iron Maiden avec démolition assurée, paf dans Ta Gueule. Et puis un envoi dément et plombé en guise d’outro termine ce set fulgurant, décontracté, surpuissant (comme leur dernier album en date). On en aurait bien reprit une louche, mais bon on en avait déjà prit plein « la gueule » depuis une bonne heure alors on se « casse » au bar pour nous remettre de nos émotions.

Set-list : Introduction, Nord-Sud, Ta Gueule, Hardcore Muscles et Karaté, Barbamerde, Basket Ball Diarrhée, Strangulation Masturbatoire, Tricastin, Pompe à Morphine, Jonagym, 666phylis, Tendre matin, Subutex, Mangez-moi les Burnes, Niche Fiscale, reprise Maiden, Outroduction.

Merci les gars, merci le public démonté, merci Smoke Deluxe, merci les Capucins, merci aux tribus de la Croix-rousse, merci les « gones », merci au rock n’roll d’exister. Merci à Punk Rock Shows In Lyon toujours sur la brèche pour organiser des concerts chauds, bouillants où l’on se retrouve fatalement avec un plaisir non dissimulé eh, eh !