CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


JUCIFER
Avec : The Lumberjack Feedback, Jucifer
Date du concert : 04-11-2013
Lieu : Le Biplan - Lille [ 59 ]
Affluence :
Contact organisateur :
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 10 décembre 2013 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Le début du mois de novembre était placé sous le signe du stoner et de ses dérivés sur Lille. Après avoir vu un concert très mitigé des Spiritual Beggars quelques jours plus tôt, je commence la semaine sur les chapeaux de roues car c'est le duo Américain de Stoner/Doom bien fumé JUCIFER qui nous fait l'honneur de leur présence au Biplan. Exceptionnellement, la salle de concert/théâtre ouvre plus tôt ses portes (habituellement les concerts commençant à 22h) et c'est vers 21h que je me retrouve dans le sous-sol qui étonnamment est déjà bien rempli alors que la première partie démarre.

C'est les LUMBERJACK FEEDBACK qui ouvrent donc cette soirée. Le combo de Post/Sludge Lillois sévit déjà depuis quelques années dans la région et notamment outre-manche. Après un premier E.P en 2010 qui leur avait déjà ouvert quelques portes, les bûcherons resteront en hiatus jusqu'à la fin 2012 qui les voit modifier leur recette, passant d'un drone/noise/sludge à une musique clairement plus post/doom/sludge ( du lourd, très lourd si les "étiquettes" vous parlent pas), quelques changements de line-up et surtout le recrutement d'un second batteur. Ainsi, avec un nouvel E.P 2 titres sorti cet été, le quintette instrumental est reparti asséner la scène lilloise mais aussi outre-manche avec notamment une tournée en compagnie des Acid King. On les retrouve donc assez logiquement en première partie de JUCIFER ce soir. D'ailleurs ceux-ci possèdent un public quand on voit la salle somme toute bien remplie. Le groupe assène donc ses 2 titres (aux alentours de 30 min de set). Le son est globalement bien réparti, car des deux grattes qui se complètent et du jeu très travaillé des deux batteurs ressort une ambiance bien particulière aux Lillois.
Par contre, pour nous public Lillois, on aimerait maintenant un peu de nouveauté sachant que (si je compte bien), cela doit être la 4e ou 5e fois que je vois le combo en l'espace d'un an, et même si c'est toujours un plaisir pour les yeux et les oreilles, la lassitude pointe. Mais juste un peu hein !

30 minutes qui leur permettent de ranger au moins une batterie et le duo Américain enchaîne. Armée de sa guitare, Amber Valentine (dont on ne verra pas le visage une seconde de tout le concert) nous assomme. Tout simplement. Amplis à fond, même l'organisateur se fait envoyer balader lorsqu'il demande à celle-ci de baisser un poil le son. Et résultat des courses, on aura eu le droit au set le plus fort jamais entendu au Biplan ! Car, si on entend qu'un gros vrombissement durant tout le set qui cache même les quelques vocalises, le duo entre parties lourdes, voire noise, accélérations rythmiques à la limite du grindcore ou rock'n roll garde quelques irréductibles dans sa salle qui en l'espace de 15 minutes s'est pratiquement vidée, car c'est bien d'une cinquantaine à la première partie, que l'on passe à une douzaine de personnes, massées devant la scène à en prendre dans les tympans ou à observer une session guitare/batterie tout simplement effarante. On aura rarement vu Edgar Livengood ouvrir les yeux, qu'il paraît habité par l'instant présent (ou bien totalement déchiré, c'est aussi une hypothèse plausible..)
Les morceaux s'enchaînent , et nous dévoilent toute la lourdeur, l'expérience accumulée par le groupe qui est sans cesse en tournée et ne laisse personne indemne, tout comme Edgar qui va jusqu'à vomir à côté de son siège alors qu'il joue, instant magique ! On a même le droit à un auditeur, qui va jusqu'à s'allonger devant les retours, lui aussi possédé ou juste imbibé ?

Il n'empêche que ça n'aura pas plu à tout le monde, quand on voit la salle qui s'est vidée. Mais les gens restants étaient tous d'accord, ce concert était une expérience sans précédent.
Et un concert à s'en créer des acouphènes aussi par ailleurs ! Rarement il m'aura été donné l'occasion de voir un groupe en première partie avec un son proche de la perfection et celui qui suit pratiquement inaudible. Mais n'est ce pas là ce qui caractérise chacun de ces deux groupes ?
Une bien bonne soirée placée sous le signe des ambiances et des expériences, ça c'est sûr !