CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SATYRICON
Avec : Satyricon, chthonic
Date du concert : 11-12-2013
Lieu : L'usine - Geneve [ Suisse ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://ptrnet.ch/1983/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 13 décembre 2013 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


Pour tous ceux de Rhône-Alpes qui avaient « raté » la date de SATYRICON à Bourg-En-Bresse, France, il y a peu (le 22/11/13), et pour tous ceux qui désiraient les revoir, la date de Genève était idéale ce mercredi soir 11 décembre à l’Usine. Arrivé sur les « chapeaux de roue » dans la salle des bords du Rhône, je n’ai que 5 minutes pour « shooter » les taïwanais de CHTHONIC avant leur montée sur scène où ils doivent effectuer la première partie du concert de Satyricon. Le public genevois réglé comme un coucou Suisse est déjà bien présent devant la scène à 20heures 30 curieux de voir enfin les métalleux venant d’orient, de l’ile de Taïwan (ex-Formose).

Départ fulgurant du quintette chinois qui « scotche » l’assistance dès les premiers titres « Oceanquake » et « Supreme Pain For The Tyrant ». Là, on se rend compte tout de suite que CHTHONIC n’est pas un groupe de débutants. A son actif déjà 7 albums dont le petit dernier « Bu-Tik » qui les a fait connaitre un peu plus en Europe. Cette Europe médusés qui découvre encore une fois un groupe de métal oriental qui mélange allègrement black , folk avec un côté indus surtout au niveau du « look » du batteur et celui du claviériste. Chanteur et guitariste arborant fièrement des peintures faciales propres à leur culture. La bassiste quant à elle opte pour une tenue plus « gothique » qui lui sied à merveille. Bon, c’est pas tout ça, mais musicalement que valent ces fiers défenseur du métal d’extrême orient ?
Et bien deux choses sont à mettre en avant dirons-nous. Tout d’abord leur chorégraphie scénique très au point est impressionnante et agréable visuellement parlant. Ensuite nous avons à faire à des musiciens expérimentés, pour preuve ces « Awards » du meilleur groupe de Taiwan et celui du meilleur guitariste décernés récemment. Mais l’accroche est encore ailleurs, elle se situe dans ce mélange de black-métal agressif parfois, puissant souvent, symphonique toujours avec en filigrane des mélodies traditionnelles où des instruments samplés ou manipulé par le frontman (Ehru à corde) viennent apporter une variété incontestable à leurs compositions. Ces mélodies posées au milieu de déflagrations brutes de métal en fusion qui vous restent dans la tête longtemps après la fin du concert comme avec le dernier morceau de ce soir « Takao ». Le seul regret après la prestation de Chthonic c’est d’avoir un goût de « trop peu » dans les oreilles car le set fut court, un peu trop en fait (30 minutes). Belle découverte en tout cas pour ma part, et je pense que beaucoup de métalleux présents ce soir à l’usine ont largement apprécié cette prestation courte mais intense comme l’on dit dans ces cas là.

Set-List : Oceanquake, Supreme Pain for the Tyrant, Next Republic, Southern Cross, Sail Into The Sunset’s Fire, Defender of Bu-Tik Palace, Takao.

Après un long, très long moment en fait où l’on s’active sur scène pour mettre en place le décorum propre au groupe tête d’affiche. Les membres de SATYRICON apparaissent derrière un épais nuage de fumée (quelle manie ces excès de fumée sur scène !). La fourche-pied de micro emblème du groupe de black Norvégien trône au milieu de la scène et Satyr va l’empoigner vigoureusement dés le départ. Satyr figure emblématique du métal noir scandinave qui outre son propre groupe a participé à de nombreuses formations telles que Darkthrone, Eibon et Storm notamment. Mais ce soir il tient bon la barre du navire Satyricon avec son ami de toujours Frost, composant avec ses autres musiciens de « live » une entité malefique.
Le sextete ainsi représenté sur scène envoie dès le départ un son très connu pour ses accents froids, martiaux, plombés par une batterie bien mise en avant. Les claviers se font discrets étouffés par les deux guitaristes Steimar et Gildas qui n’ont plus rien à prouver avec leurs exploits guitaristiques tranchants et laminnants. Ce soir, c’est du pur Satyricon qui nous est offert avec toujours la prestation torturée de Satyr toujours en mouvement et qui pendant le set viendra guitare au poing, enfoncer le clou.
Un 8ème album intitulé tout simplement « Satyricon » est le prétexte de la tournée actuelle du groupe. Un album « différent » encore une fois de tout ce que l’on attendait des Norvégiens après « Age Of Nero » et le controversé « Now Diabolical » de 2006.
Mais en live tout passe très bien, Satyricon ne ressemble à personne dans la sphère black-metal, Satyricon n’a de leçon à recevoir de personne au final. Comment résister aux envois de diamant brut proposé ce soir avec un son à décorner le malin, merci l’Usine ! Ce concert fut un régal tout simplement avec, cerise sur le gâteau, le dernier titre du rappel le « tubesque » « K.I.N.G. ». En tous cas le public de ce soir n’aurait pas pardonné à Satyr et Frost de ne pas jouer ce titre devenu maintenant un classique du groupe.

Set-list :
1. Voice of Shadows
2. Hvite Krists Død
3. Now, Diabolical
4. Black Crow on a Tombstone
5. Our World, It Rumbles Tonight
6. Walker Upon the Wind
7. Repined Bastard Nation
8. The Infinity of Time and Space
9. To the Mountains
10. The Pentagram Burns
11. Mother North
12. K.I.N.G.

Encore une excellente soirée passée à l’usine où PTR que nous remercions avait bien fait les closes (qui a dit comme d’habitude) pour organiser ce concert de black-métal très attendu au final et qui restera gravé dans notre mémoire interne pour longtemps encore. Et bien sûr merci à Satyricon et Chthonic pour leur prestation sans faille.