CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


EASTWOOD
Avec : Eastwood, lovgun
Date du concert : 20-12-2013
Lieu : Le Trokson - Lyon [ 69 ]
Affluence : N.C.
Contact organisateur : http://dirtysevenconspiracy.blogspot.fr/p/friends.html
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 22 décembre 2013 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


La fin de l’année 2013 approche, alors pour l’occasion, pour se remplir la tête de bon son extrême avant 2014, on va vite au Trokson à la croix-rousse quartier animé (surtout la nuit) de Lyon. Et ce soir Vendredi 20 décembre ça tombe bien puisque sous le bar on va s’éclater les neurones avec du grindcore, celui des Allemands de EASTWOOD et celui des Lyonnais de LOVGUN. Ces deux formations profitent de l’occasion pour nous présenter une cassette audio split live enregistré au « Grind the nazi Scum 2013.

On est pas pressés, comme souvent dans ces lieux, et c’est vers 21 heures 15 que les membres de LOVGUN enfilent leurs cagoules pour nous déverser leur rage, leur vélocité scénique, leur défonce instrumentale, grind oblige. Mais au fait que nous proposent ces « héros » du grind local ? Et bien selon leurs dires, c’est un mélange détonant de fastcore, punk crust, grind et hardcore pas piqué des vers. Dans la cave du Trokson l’ambiance est là avec en fond d’écran un dessinateur éprouvé qui « croque » les musiciens sur un tableau blanc. Le son te ramone les conduits auditifs, le chant est écorché vif et ça « défouraille » vraiment avec des titres courts mais abrasifs comme du papier « verre » qui te décaperait l’esprit. Le set fut court mais positif. On aime tout simplement la démarche de ces « grindeux » issus de différents groupes extrêmes régionaux qui sous la bannière de Dirty Seven Conspiracy nous ont proposé ce soir une musique extrême de chez extrême pour notre plus grand plaisir cela va de soi.

On remonte ensuite les escaliers pour examiner de plus près le stand de « merch » bien garni ma foi avec plein de nouveautés, stickers, cassettes audio, vinyls, tout à l’ancienne voulu par Lovgun. Et puis à noter un « book » des dessins parus dans la revue Laurence666 du collectif « Mauvaise Foi ». Et puis vite un petit « monaco » avant de redescendre prendre une autre claque grind, celle qui va nous être donnée par nos cousins germains de EASTWOOD. Un groupe qui parait-il tire très vite à l’image d’un certain…Clint ?
Effectivement, ça part très vite dans le sous-sol. Le « grrrind » teuton ne fait pas dans la dentelle. Leurs titres vous remontent l’estomac au cerveau, rapidité et puissance de feu étant au rendez-vous. Le frontman est un « pince sans rire » et ravit un public qui participe physiquement à cette défonce extrême qui nous est proposée. Groupe charismatique donc qui ne s’économise pas, bousculant une assistance en nombre collée aux murs de la cave, mais qui s’écrase par instant sur la petite scène, grindcore quoi !
Que dire de plus à propos de la prestation de EASTWOOD ? Que le quatuor promet d’aller loin dans sa démarche « jusqu’au boutiste » alliant férocité technique de musiciens et présence très accrocheuse en live. Des compositions variant aussi les plaisirs dépravés de ce mélange musical sans « foi ni loi » font mouche évidemment. Pas de lassitude, et lorsque le groupe « rend les armes » nous nous sentons comme rassasiés, remplis de bonne sonorités, percutantes certes, mais oh combien jouissives. Alors chers amis d’outre-rhin, vous pouvez revenir quand vous voulez, nous serons là !

Avant de sortir des lieux, il convient de remercier Dirty Seven Conspiracy et le Trokson pour ce moment bien agité passé en compagnie de EASTWOOD et de LOVGUN, deux groupes qui ont le « grind au core » (facile celle-là !).