CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


BLOOD RED THRONE
Avec : Heidrun, Herfst, Blood Red Throne
Date du concert : 08-12-2013
Lieu : Gasolina Bar - Waregem [ Belgique ]
Affluence : 50
Contact organisateur : http://www.snookbookings.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 16 janvier 2014 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy http://www.flickr.com/photos/106806217@n06/


A concert du dimanche, public du dimanche ! Tout commença lors de cette fin de week-end, sirotant mon café lorsque mon téléphone sonne avec ce message : "Y'a BLOOD RED THRONE ce soir du côté de la frontière, ça te tente ?"; ni une ni deux, on jette un coup d'oeil à l'affiche : le groupe précité ainsi que deux "ouvreurs" flamands : HEIDRUN et HERFT. Le tout à 30 minutes de Lille en Belgique, à Waregem plus exactement..
Quelques coups de fils et me voilà déjà en fin d'après-midi, garé le long d'une avenue déserte devant un café-concert dont j'ignorais jusqu'à ce soir l'existence : le Gasolina.
Petit bar tenu par deux tenancières fort accueillantes, je chope mon entrée dans l'unique salle qui définit le lieu, pouvant accueillir à tout casser une cinquantaine de personnes grand maximum. Sur la gauche on a un bar qui s'allonge sur quelques mètres tandis que sur la droite une estrade qui fait face face à un renfoncement où se situe une scène à peine plus grande que celle-ci mais largement équipée avec quelques jeux de lights et les retours pour les musiciens.
D'ailleurs sur celle-ci un groupe est déjà en train de jouer lorsque j'arrive : HEIDRUN.

Inconnus jusqu'alors au bataillon, le combo flamand créé en 2007 évolue dans un Black/Death primitif qui fleure bon le début des années 90 entre vocalises arrachées d'un frontman possédé, pied de micro à la main ; une rythmique au groove "Thrashy" qui remplit parfaitement son rôle et fait chauffer doucement les cervicales ou tout du moins une cervicale, celle de mon voisin. Les influences sont nombreuses, mais pour ma part c'est tout de même l'ombre d'un Dissection qui plane sur le groupe... Et lorsque l'on passe de quelques titres "live" sur la toile (c'est tout ce que j'avais trouvé pour me faire une idée) qui sonnent sans grand intérêt, je découvre ici un groupe extrême qui se défend nettement plus sur scène (si l'on passe tout de même la quasi absence de jeu, expliqué par la taille de la salle en elle-même) que pour le moment sur leurs enregistrements.... HEIDRUN est un groupe à voir si l'occasion se présente, reste à entendre ce que pourrait donner un album studio "pro".

SETLIST: Descendants of a Bitter Moon / Evil Lyn / Gone to Croatan / The Clinical Lycanthrope / Rape of the Amyadala / From The Woods / Sicarius.

Alors qu'HEIDRUN remballe leur matériel, c'est l'occasion de profiter du bar et de faire connaissance avec l'organisatrice de la soirée sur fond de vieux Cradle of Filth (Indétrônable ce "Dusk and Her Embrace" !!), qui nous annonce d'ailleurs la venue de Defeated Sanity et de Putridity le lendemain. On en déduira donc, en plus des signatures de musiciens un peu partout collées dans le bar, que le Gasolina est une habitué de l'organisation de "concerts underground". Et après cette grosse démo d'"extrême" on reste plus ou moins dans le même champ avec HERFST.

Ne connaissant pas non plus le combo belge, il m'était tout aussi nécessaire de me renseigner pour savoir à quoi m'attendre... D'ailleurs ceux-ci possèdent déjà du bagage ! Apparemment, ce groupe s'est formé en 1995 et démarche depuis la sortie d'une démo en 2003, suivi d'un EP en 2005 et enfin d'un album en 2010. Une carrière qui leur aura permis d'ouvrir pour quelques pointures tels que les Français d'Anorexia Nervosa.
La musique perpétrée par HERFST se veut mélodique et symphonique sans pour autant tomber non plus dans le cliché du "trop facile", les instrumentaux se rapprochant tout autant d'un Dimmu Borgir que d'un Death. Et après écoute de leur dernier E.P en date "The Deathcult Part.1" je m'attends même à une grosse surprise, tant je trouve les compos et l'univers lovecraftien du groupe travaillé. Mais hélas, c'est le contraire qui se produit, comme bien souvent (à mon grand dam) lorsque jouent des groupes "atmosphériques"... Les ambiances sont donc ici mises de côté au profit des instruments sauf que la guitare lead, qui doit-être au même niveau que la rythmique fait que les solis sont pratiquement inaudibles, alors que le guitariste, à le regarder possède un sacré niveau ! A côté de ça, leur chanteur qui occupe le devant de la "scène" tout en gesticulant reste "faible" niveau capacités, et on peine à l'entendre ce qui provoque quelques larsens lors de la remise à niveau de celui-ci... Par contre je ne peux que reconnaître le travail acharné de leur batteur, pointilleux et qui manie la double pédale avec aisance, donnant un bon coup de fouet aux différents morceaux joués ,et bien heureusement font bouger la tête de temps à autre avec ferveur. Malgré tout, je reste mitigé par les compositions du groupe en version "live"... Tant pis. On mettra ça sur le dos des conditions et leur donnerai une seconde chance dans d'autres circonstances, les albums studio étant si appréciables que si l'on compare les prestations par rapport aux albums enregistrés, HEIDRUN avait bien plus de feeling sur l'ouverture de soirée...

SETLIST: Intro / An Interest in Distress / Eyeless, Soulless / Code Noir / Nemesis Dominatrix / Scarlet, Necromance / She wore Death as a Shroud / The Vulture Feast.

Heureusement on ne termine pas sur cette note et j'en profite pour choper les albums des flamands, le merchandise des BLOOD RED THRONE ayant été dévalisé lors de leur tournée et ne proposant que le nouvel album éponyme des Norvégiens, sorti au printemps dernier (qui d'ailleurs n'est pas transcendant...)
Par contre, même si en studio les albums du quintette ne sont pas toujours de qualité égale, leurs passages "live" ne m'ont jamais laissé de marbre, leur puissance se déchaînant sur scène. Et alors que je connais surtout "Affiliated with Suffering" (2002) quelle ne fut pas ma surprise lorsque "Unleashing Hell" retentit, morceau d'ouverture de l'album et donc de ce soir ! Rien de tel pour se mettre dans l'ambiance tranchante et technique des Norvégiens. L'occasion aussi ce soir de découvrir sur scène les deux nouveaux membres: Ole Bent Madsen, bassiste recruté en 2011 et leur nouveau chanteur Yngve Bolt Christiansen (arrivé à la même époque). Le résultat est charmant, on a l'impression que le groupe a toujours évolué de cette manière ! Groovy, Brutal, Technique et sanglant, voici quelques mots clés qui définiraient la prestation de BLOOD RED THRONE. Le public un peu plus amassé que lors des premières parties ira jusqu'à porter l'un des leurs en slam malgré une taille de salle plus que restreinte dans ces moments de fureur. Honneur aux guitaristes qui possèdent un jeu et un son sans failles et concernant Ivan Gujic (guitare) une certaine ressemblance (de la guitare au physique en passant par les mimiques) avec un certain Dimebag Darrell, dont on fête "l'anniversaire" de sa mort ce jour, il y a 9 ans de ça... (Déjà !) D'ailleurs c'est l'occasion de lui rendre hommage en jouant les premières notes de "Walk" et un public qui ovationne "Dimebag, Dimebag... !" (RIP)
Bref... Côté setlist, les Norvégiens reviennent sur une discographie plutôt bien fournie allant d'"Affiliated with Suffering" au dernier en date "Blood Red Throne" avec deux morceaux ("Soul Seller", sur lequel Yngve nous prouve que la consommation excessive d'alcool fait oublier les paroles... et "Primitive Killing Machine") qui sonne un poil meilleur tout de même qu'en studio. Seul le premier album "Monument of Death" restera absent de la setlist ce soir.
Dans tous les cas, BLOOD RED THRONE, malgré les déboires dûs aux changements de line-up (seul Dod est membre originel), tient la route et si leur Brutal Death reste classique, il n'en est pas moins ravageur sur scène !

SETLIST : Intro – Unleashing Hell / Deranged Assassin / Incarnadine Mangler / Arterial Lust / Brutalitarian Regime / The Light, The Hate / Primitive Killing Machine / Smite / Soulseller / Mephtication.

Rien n'est mieux que ces concerts prévus à l'arrache où l'on se décide l'après-midi même, surtout lorsque c'est dans un petit endroit qui rend le concert encore plus intime ! L'occasion de découvrir en passant deux groupes Belges de bonne facture que sont HEIDRUN et HERFST, mais surtout l'occasion pour BLOOD RED THRONE de montrer une fois encore que leur musique, c'est sur scène qu'elle se vit !