CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


THE WALKING DEAD ORCHESTRA
Avec : The walking dead orchestra, high for a dive, anksunamon
Date du concert : 25-01-2014
Lieu : L'Assommoir - St-Etienne [ 42 ]
Affluence : N.C.
Contact organisateur : https://fr-fr.facebook.com/HighForADive
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 27 janvier 2014 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


En ce qui me concerne, retour à L’Assommoir de St-Etienne après un an (ou presque ) pour une soirée métal extrême, brutale si vous voulez. Le bar se remplit bien, cela promet pour la suite. Les groupes sont encore à table à 20 heures et prennent des forces pour nous envoyer contre les murs d’ici un moment nous n’en doutons pas un seul instant. Ces groupes, parlons-en, il s’agit de ANKSUNAMON de Lyon, HIGH FOR A DIVE de St-Etienne et THE WALKING DEAD ORCHESTRA de Grenoble, trois formations ne faisant pas dans la dentelle il me semble.

Première déflagration sonore vers 21 heures avec donc ANKSUNAMON sorti récemment de son sarcophage après 7 années de sommeil dans sa pyramide. Le death old-school pachydermique Lyonnais revient donc en force et ce soir il va nous le prouver avec son line-up originel auquel on a ajouté le fameux frontman/grogneur de DEATHAWAITS, Flo. Basse monstrueuse, guitare scalpel, batterie inhumaine, ceux d’Anksunamon semblent de faire plaisir comme au premier jour. Le public adhère bien sûr et commence déjà à s’ébattre devant la scène des lieux. Dam’s, Ben, Nico et Flo nous bousculent donc avec du gros death qui tâche à la Morbid Angel et autre Incantation voire Nile aussi. Le groove est imparable, efficace, sans fausse note, bref le set des Lyonnais fut ravageur et très apprécié visiblement. Le métal-de-la-mort-qui-tue a fait son œuvre pour un set court certes, mais imparable assurément.

Place maintenant à HIGH FOR A DIVE, les locaux qui ne sont pas des inconnus pour la plupart d’entre nous. En effet dans ce « super groupe » nous avons des membres de WINDS OF TORMENT, SORASTRELLA et AABSINTHE, que du beau monde qui s’est réuni pour nous présenter du métal alambiqué mâtiné de hardcore aux accents post-hardcore (DILLINGER ESCAPE PLAN es-tu là ?) et progressifs.
Bref, High For A Dive c’est du chaotique vous vous en seriez douté, mais que donne tout ça en live après avoir écouté chez soi leur premier EP éponyme de 2013 ? Et bien c’est énergique, énervé, bousculant tout devant soi. Les blasts sauvages vous pètent à la figure, les vocaux arrachés vous râclent la matière grise et l’on reste scotchés bien sûr lors des passages de guitare aux accents prog, mais oui. Des parties plus thrashcore sont là pour vous faite entrechoquer les corps, pour vous mettre ensuite dans un état second où le terme « à bout de souffle » prend tout son sens. Prestation fulgurante donc, rapide, efficace, déconstructive pour un mélange explosif de bon aloi. On aime tout simplement, bonne découverte pour ma part.

ET puis, et puis, vient l’heure du brutal deathcore, mais pas n’importe lequel, celui des grenoblois de THE WALKING DEAD ORCHESTRA. Le quintette arrive sur les planches avec sous le bras son premier « full lenght » intitulé « Architects Of Destruction » à nous présenter, mais pas que… Et ça va faire mal là tout de suite. En effet, mettez The Walking Dead Orchestra sur une scène et dans la salle de concert ce sera la « baston » générale, et ce soir à St-Etienne c’est la même. La même folie du deathcore violent et ravageur, il faut suivre… La jeune équipe à tout compris au film du mélange détonant du death-metal avec l’énergie « moshpit » du hardcore. Et devant la scène ce ne sera que circle-pits, walls of death et autres joyeusetés physiques non stop fleurant bon les odeurs de bière et de sueur. Guitares toujours au bord de la rupture, duo basse-batterie bulldozer, chant vociféré, éraillé, growlé, clair-obscur varié au possible, tout concoure avec force et persuasion technique à vous faire casser les murs des salles de concert. Alors TWDO, groupe à suivre ? Assurément, c’est la réponse Frenchie à des groupes ricains comme Whitechapel et Suicide Silence par exemple. C’est une démesure musicale donnant dans la brutalité moderne avec à la clé une efficacité monstrueuse à toute épreuve. On les encourage car ce soir ils nous ont prouvé encore une fois que là où le groupe passe la destruction brutale de ce qu’il nous reste de neurones est d’actualité, on en redemande.

Minuit, fin des hostilités, rafraîchissements au bar après cette soirée bien agitée où l’on a été littéralement « assommés » par les prestations de trois formations qui nous ont donné tout ce qu’ils avaient à offrir, énergie puissance et volonté d’en découdre. Ce qui a fait mouche dans un public en nombre, public qui à largement contribué à instaurer une ambiance métallique en diable, on recommence quand ? Bientôt j’espère, mais ne partons pas sans remercier les instigateurs de la soirée et tous les musicos en lice ce soir, sans oublier L’Assommoir pour son accueil évidemment