CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SAINS GO EN HELL WINTER FEST 2
Avec : Mahestrya, Slaughtered, Pitbulls in The Nursery, Otargos, Gorod
Date du concert : 14-12-2013
Lieu : La cave à Zic - Sains en Gohelle [ 62 ]
Affluence : 200
Contact organisateur :
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 28 janvier 2014 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy http://www.flickr.com/photos/106806217@n06/


Sains en Gohelle, petite ville minière du Pas de Calais à 60 km de Lille, ses lotissements, son église désacralisée, oui oui désacralisée, prochain haut lieu de concerts dans le Nord de la France ? Possible. Cette grande bâtisse ne faisant plus partie du Vatican a donc été rénovée afin d'accueillir en son sein maints événements dont celui de ce soir le "Sains en Go Hell Winter fest vol.2", deuxième édition d'un mini-festival à l'affiche haute en couleur car en plus de promouvoir deux groupes nordistes que sont MAHESTRYA et SLAUGHTERED voit aussi 3 belles têtes d'affiche avec le retour de PITBULLS IN THE NURSERY, mais aussi OTARGOS et GOROD, rien que ça !

Bon hélas, c'est après avoir tourné dans toute la ville que l'on trouve enfin le panneau vers lequel se diriger et découvrons l'église alors que MAHESTRYA termine son set. D'après les dires, le groupe local qui a connu plusieurs soucis de line-up propose un Death metal moderne voire Djent sur les bords. Pas toujours carré, c'était une entrée en matière pour les gens déjà présents. Et ils sont nombreux ce soir, car c'est tout de même une cent-cinquantaine de personnes qui ont fait le déplacement dans le bassin minier ce soir, et ce malgré le froid, la pluie et le vent, pour l'une des dernières grosses affiches Nordiste de la fin d'année.
Le temps que SLAUGHTERED investisse les lieux c'est l'occasion de découvrir l’architecture intérieure de l'église, rénovée pour permettre à ses groupes de jouer. Une capacité d'environ 500 personnes, un cadre magnifique pour faire appel à tous nos démons intérieurs et métalliques, ça a du charme, il faut l'avouer. Mais ce qui me fait peur c'est la résonance dans ce type de salle, pas spécialement adaptée à la base pour ce type de concert... Wait and see comme on dit...

Et c'est donc au tour de SLAUGHTERED de prendre place sur la scène. Les Lillois enchaînent dates et tournées et bien leur en fasse, car leur jeu au fur et à mesure du temps se bonifie pour le bien de tous. Bon, je trouve pas leur musique ultra originale, entre Machinehead et Gojira, mais on peut reconnaître que les 4 compères ont un jeu bien ficelé et filent droit comme il faut, leur prestation s'en trouve aussi bien travaillée le groupe est présent et vit ses compos à fond. Mais bon, comme je m'y attendais le son est brouillon par moments. Je tente de changer de place, d'aller plus en arrière, dans le fond, sur les côtés et c'est bien au niveau de la console au milieu de la salle que le son reste le meilleur. Mais à chacun des endroits où l'on peut aller, on pourra constater que le rendu sonore change du tout au tout, selon le groupe aussi, je l'apprendrai dans la soirée à mes dépends ! 30 minutes de set suffisent à SLAUGHTERED pour échauffer la salle, et une date de plus à ajouter dans leur book.

Il est maintenant l'heure de remettre les pendules à l'heure, car ça doit bien faire 7 ans que j'attendais de (re)voir PITBULLS IN THE NURSERY. Nous ayant laissé sans news depuis la sortie de leur unique album "Lunatic" (qui me décroche toujours autant la mâchoire soit dit en passant) avec un changement de chanteur entre deux, les Parisiens reviennent enfin sur les devants de scène, il était temps, et aux vues des discussions ce soir, le groupe est attendu par une paire de gaillards qui comme moi ont été motivés simplement par leur présence ce soir... Intro, et hop on est mis dans le bain avec "W.Crew" bonne entrée en la matière, sauf que... Tersim Backle, leur nouveau chanteur est bien loin du growl de Panda, l'ex chanteur, et targue plutôt vers un des espèces de screams plus proches d'un groupe de screamo ou d'émo que du Death metal auquel on était tous habitués. Musicalement ça poutre toujours autant, mais la dégaine "hardcore" casse un peu tout le trip sur le morceau. S'ensuivront 6 nouveaux titres pour lesquels on sent que la musique de PITBULLS a bien évolué en fait. Toujours aussi technique, moins "parpaings dans la tronche" et plus aériens, voilà à quoi ressemblent leur nouveaux morceaux, pour lesquels j'avouerai avoir beaucoup de mal à accrocher. On passe sur les mimiques de Tersim, je suis pas là pour le descendre, mais faut avouer qu'on est a des années lumières de ce qu'on attendais tous. Il n'empêche qu'une bonne partie du public, tout comme moi sceptique, reste pour accueillir les nouveaux morceaux et attendre un déclic. Déclic qui viendra lors d'un titre fleuve approchant les dix minutes, qui restera l'un des seuls que j'apprécierai pour son côté plus "progressif" à la limite du post-core par moments, et de la clôture du set avec "Lunatic Factory" que je n'attendais plus. Pas une piètre performance, je le reconnais, mais un groupe qui tente de changer la donne, et pas forcément dans le bon sens. Mais pour ça, on attendra l'enregistrement de ces nouvelles pistes, laissant plus la place au scepticisme pour le moment, dommage.

Et ce soir, la palme du son le plus fort, pas forcément le plus brouillon mais celui qui nous arrachera les tympans revient à OTARGOS ! Un retour en grande pompe après leur concert au printemps dernier en première partie d'Anaal Nathrakh à Lille, Ulrich et sa bande nous renvoient toute la haine malsaine qu'ils possèdent, et le public le comprendra bien, reculant de quelques mètres tellement le son est massif, voire vers le fond de la salle, mais tout en restant apprécier la prestation d'un groupe solide qui s'est forgé une nouvelle identité en enlevant ses maquillages et autres armures. Bon, ce soir on a pas un public très chaud, y'a qu'à voir un wall of death loupé et un circle pit à 4 gugusses... Il n'empêche que les prestations d'OTARGOS restent toujours impressionnantes, et ce soir ils sortent le grand jeu avec faisceaux lasers, fumée et grands coups de lights ! Une setlist que j'aurais tout de même du mal à reconnaître, mettant en avant la dernière production du groupe, "Apex Terror" et une belle sortie avec son titre de clôture, "Aftermath Hyperion" qui soit dit en passant est le seul extrait de leur dernière production (et pas des moindres !) que j'ai retenu à ce jour. Pour le reste, une bonne dose de metal extrême dans ta face. Et un des plus gros groupes de metal extrême Français, quoiqu'en dise les détracteurs.

SETLIST : Apex Terror / Kinetic zero / Deadstar / Origin / For Terra / Fleshless / Cloning the Divine / Aftermath Hyperion

Et enfin au tour de GOROD de débarquer 20 minutes plus tard... Exit les lasers, et place à une leçon de riff qui pourrait renvoyer nombre de musiciens à leur solfège. Cette fois l'ambiance monte d'un cran, surtout grâce à un Julien en grande forme, et encore et toujours à ses zicos sur cordes qui sont déconcertants tant ils ont l'air d'enchaîner leurs morceaux avec une certaine facilité et le sourire aux lèvres. Pas de réelles surprises niveau setlist qui ressemble comme deux gouttes d'eau à leur dernière prestation vue au Motocultor cet été. Contrairement à OTARGOS, cette fois le son est mieux calibré même si c'est pas encore ce qu'on a pu entendre de mieux au niveau de leurs prestations. Les Bordelais assoient leur place dans le paysage Français, et nous sortent bombe sur bombe "Birds of SUlphur", "Here Die Your GOds", "The Axe of Gods", "State of Secret"... Le public s'est bien rapproché cette fois, et ca pit dur et sec comme il faut. Mention spéciale à un couple de Londoniens qui ont fait la route pour l'occasion, c'est pas tous les jours qu'on voit ça ! On a même le droit à une farandole, c'est dire l'ambiance "friendly" qui règne... Un set sans fioritures, même si les anciens qui les "ont vu 15 fois" vous diront "c'est pas le meilleur concert que j'aie vu d'eux..." Il n'empêche que dans le contexte, GOROD a été reçu comme il le fallait ("GOROD en Ligue des Champions !" qu'on entendra à la fin), avec sa petite photo "vue stage avec un public au anges".

SETLIST : Birds of Sulphur / A Common Hope / Here Die Your Gods / The Axe of God / The path / Chronicle from the Stone Age / State of Secret / Carved in the Wind / Programmers of Decline / Almighty's Murderer / Disavow Your God

Quoiqu'on en dise, et même si le travail des ingés n'est pas chose facile dans une salle de ce type, c'est pas tous les jours que l'on peut assister à un concert de Metal dans une église. Et quand en plus l'affiche y est, on a toute une population qui s'y pointe ! Y'a plus qu'à espérer une longue existence à cette salle. Dans tous les cas, on ne pouvait mieux finir l'année 2013 avec ce type d'affiche. Des groupes locaux qui ont quelque chose à prouver et deux pointures Françaises qui nous prouvent que chez nous aussi on sait faire de l'extrême. Restera tout de même la hargne des Pitbulls, qui me donne l'impression qu'ils sont vraiment dans une nurserie. Mais laissons leur le bénéfice du doute... Un grand merci à Fred pour l'invit, à l'orga qui a assuré, aux jolis ecocup estampillés "Cave à Zic", aux copains, aux groupes... Et à l'année prochaine !