CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


ERAZER
Avec : ERAZER, DIVE YOUR HEAD, OGMA, AMAURY
Date du concert : 11-01-2014
Lieu : La Fabrique - Sens [ 89 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.mjc-sens.com/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 02 février 2014 - Chroniqueur : Maulny77 - Photographe : Ludovic LETOURNEAU


Initialement prévu dans le village de Gron dans le pub le Bogarts (fermé par arrêté préfectoral 3 semaines avant la date du concert), l'ASSÖ a su maintenir la date et c'est à Sens, dans la salle de la Fabrique , que se déroulera finalement le premier concert métal de la région sénonaise. L'ASSÖ n'a rien lâché et a fait preuve d'une grande réactivité pour pouvoir faire jouer Erazer, Ogma et Dive Your Head ainsi que le jeune batteur prodigue Amaury à la date prévue.

Et c'est à Amaury que revient la lourde tâche de chauffer la salle. Ce petit virtuose sénonais de la batterie du haut de ces 14 ans se présente sur scène, Il n'y a aucun doute sur son modèle, les cheveux longs et le bandana large porté sur le front, nous avons devant nous une réplique de Franky Costanza. Dès le début de son set, les baguettes virevoltent, les cymbales tremblent et les fûts vrombissent. Dès la première note, il saura se mettre le public dans la poche qui ne manquera pas de l'acclamer à la fin de chaque morceau. Nous ne pouvions espérer mieux pour réveiller le public présent et déjà nombreux devant la scène et les préparer pour l'arrivée d'Ögma .

C 'est au tour d'ÖGMA de fouler la scène de la Fabrique pour la seconde partie du concert, le groupe arrive à maintenir le public en alerte par leur "Free Metal" propre et bien exécuté. Les ayant déjà vu plusieurs fois, j'appréhendais quelque peu le son de voix aigue de "Norton" mais ce soir, il monte moins dans les aigus et sincèrement ça le fait plutôt bien, et ce, tout en gardant la dynamique qui est la sienne, à sauter sur place à tout va , souvent suivi par Mathieu l'un des gratteux du groupe. Loup, quant à lui, nous présente quelques riffs d'intro qui sonne très" Tool" du meilleur effet. Le public quelque peu timide commence à se lâcher enfin et on voit quelques débuts de pogo s'amorcer. Pari réussi pour ÖGMA qui seront parvenus à faire bouger la Fabrique!

Suivra, DIVE YOUR HEAD, jeune formation sénonaise qui a vu le jour en 2012, après quelques déboires de line-up et l'arrivée il y a un mois de leur nouveau chanteur, DIVE YOUR HEAD n'a qu'une envie, en découdre avec le public à l' image du bassiste survolté, qui saute, court partout sur la scène qui est manifestement trop petite pour lui, il y met tellement d'enthousiasme qu' il arrive même à se blesser à la main droite dès le second morceau mais peu importe le sang sur la basse, il continuera à frapper ses cordes avec la même virulence. Les autres membres ne sont pas en reste non plus, comblés d'être là et cela se ressent, ils continueront à mettre le feu dans la fabrique jusqu' à la fin de leur set. Pour ma part, à revoir...

Rideau noir devant la scène, ERAZER monte sur scène pour conclure ce concert. Ils feront un set de près d'une heure. Techniquement très bons, ils ont fait d'énormes progrès, c'est indéniable, leur son est propre, riche et puissant. Chaque membre du groupe amène un dynamisme toujours plus intense à chaque note, l'implication de chacun se ressent et le partage avec le public est présent à tout moment. Il en va de même pour le jeu de scène , le charisme de Peter opère toujours autant et les crises de frénésie d'Andy sont toujours aussi dévastatrices pour sa nuque, la précision de frappe de Vincent à la batterie ne laisse pas indifférent, le jeu de corde de Totti emmène un son lourd et dynamique...mais un seul petit bémol; et peut être, cela en le travaillant encore plus, peut apporter, pourquoi pas, une touche d'originalité à ERAZER; à vouloir piocher dans plusieurs registres, on se perd un petit peu, surtout quand la basse de Totti résonne blues et que juste derrière, Andy scratche avec sa gratte, ceci dénature un peu le style habituel du groupe ERAZER que le public connait, c'est à dire un groupe puissant en riffs et en son qui sait passer d'un son lourd à un son mélodiquement correct et apprécié...le frisson est tellement plus ressenti sur un "Pripiat" ou sur un "The Last" , avec son intro si géniale et entreprenante, une chose est certaine : techniquement, le groupe a fait de somptueux progrès et je suis convaincu : ERAZER n'a pas fini de nous étonner !!

La soirée se termine , déjà , un grand merci à ASSO, à Laurent du PYHC pour m'avoir accueilli , à l'ART SCENIQUE pour son professionnalisme de sonorisation ainsi qu'à tout le reste de l 'équipe sans qui rien ne serait.