CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


THE AUSTRALIAN PINK FLOYD SHOW
Avec : THE AUSTRALIAN PINK FLOYD
Date du concert : 01-02-2014
Lieu : Le Summum - Grenoble [ 38 ]
Affluence : 3000
Contact organisateur : http://www.gdp.fr
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 02 février 2014 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart https://www.facebook.com/chartlivephotography


PAVILLON 666 qui envoie ses chroniqueurs sur un concert de THE AUSTRALIAN PINK FLOYD est-ce totalement logique ? On pourrait se poser la question car en quoi un cover band de PINK FLOYD pourrait captiver l’attention des métalleux ? La réponse est simple. Il existe un véritable lien entre certains groupes de metal et les vétérans du rock psychédélique. De mon point de vue, des groupes tels qu’ANATHEMA, PORCUPINE TREE, THE GATHERING et bien évidemment TOOL pour ne citer qu’eux seraient parfaitement légitimes dans une revendication aux droits à l’héritage musical du FLOYD. Et puis bon, de toute manière, les gens qui s’intéressent à la musique se doivent un minimum de s’ouvrir l’esprit… ou plus simplement si vous ne comprenez pas PINK FLOYD ou pourquoi l’engouement que le groupe suscite encore aujourd’hui à travers des cover bands c’est peut-être que vous n’avez pas vraiment compris l’histoire du rock en général.

Rendez-vous donc au Summum de Grenoble, salle mythique qui entre autre avait accueilli l’un des tous derniers concerts de NIRVANA. Mais ce soir, rien de tout ça même s’il s’agit bien d’un bond dans l’espace temps que nous allons effectuer ici. THE AUSTRALIAN PINK FLOYD a débuté en 1988 et comme son nom l’indique en Australie, dans la ville d’Adelaide. En 1994, David GILMOUR se rendit à un concert de THE AUSTRALIAN PINK SHOW à Croydon en Angleterre ce qui eut pour conséquence de permettre au groupe de participer en after-show à la tournée de « The Divsion Bell » à Londres. David GILMOUR invita à nouveau le groupe à jouer pour la fête qu’il fit pour ses 50 ans. Ces anecdotes donnent une légitimité certaine à ce groupe de reprise.

Par ailleurs, le groupe soigne sa mise en scène en reprenant quelques éléments importants du visuel de PINK FLOYD. On retrouve notamment l’écran en fond de scène faisant référence au fameux « Mr Screen » qui fit ses premières apparition lors de la tournée de « Dark Side of the Moon ». Un concert tel que celui-ci sans les vidéos ne pourrait être le même, tout comme le jeu de lumière impressionnant déployé ici. Bien sûr, comme tout bon groupe de reprise même en déployant des moyens techniques conséquents est encore en dessous de ce que PINK FLOYD avait pu déployer en son temps. Mais peu importe, nous savons tous très bien qu’un show des maîtres du psychédélique ne peut être recopié simplement comme ça en claquant des doigts. Les moyens étaient colossaux. Il n’y a qu’à se souvenir de ces lasers couleur or de la tournée « Division Bell » à 120 000$ pièce pour bien se rendre compte que les deux formations ne peuvent rivaliser sur le plan financier. Tout ça pour souligner tout de même le fait que même sans tous ces moyens extravagants, THE AUSTRALIAN PINK FLOYD SHOW vous permet déjà une approche absolument réussie de ce que furent ces concerts démentiels avec des moyens restreints certes mais totalement honorables quoiqu’il en soit.

Niveau musical, nous sommes évidemment en droit d’en attendre beaucoup. Déjà à l’époque le groupe original avait besoin de nombreux musiciens sur scène afin de compléter son quatuor. En effet, la complexité de cette musique et sa très grande richesse se doivent d’être fortement travaillées si on veut la rendre crédible en live. Ce sont donc pas moins de six musiciens, un chanteur et trois choristes qui se chargent de tout cela. Le rendu est absolument parafait. S’il est ardu mais néanmoins faisable de reproduire des sons de guitares, de claviers ou de basse, il est quasiment impossible d’obtenir le timbre de voix si singulier d’un David GILMOUR. Pourtant, Alex McNAMARA s’en sort particulièrement bien, tout autant que Steve MAC (guitare) ou Colin WILSON (basse). Particulièrement impressionnantes aussi que sont les choristes. En effet, sur la reprise de « The Great Gig in the Sky », nous avons droit à trois soli de voix tout aussi impressionnants que ceux figurant sur l’album. Mais que dire de ce set ? Cela ressemble à un best-of mais en mieux. Une ouverture sur « Shine On You Crazy Diamonds (Parts I-V) » suivi de « Welcome To The Machine » puis plus loin de « Time », « Breathe (Reprise) » du forcément incontournable « Another Brick in the Wall Part.2 ». Même le professeur est là sur scène, mesurant bien ses 3 mètres de hauteur. Et puis, comme il s’agit d’un concert particulier, on a droit un petit entracte de 20 minutes. Oui, je n’ai ni l’habitude de cela, ni des concerts en places assises mais finalement, on s’y fait bien, surtout pour ce genre de musique. Avec la deuxième partie, nous ne sommes pas en reste avec encore une très belle série, « Set the Controls for the Heart of the Sun », le très remarquable « High Hopes », « Hey You », et pour le trio de fin de quoi vous scotcher au siège du Summum à savoir « Wish You Were Here », « One of These Days » et « Comfortably Numb ». En rappel, le groupe revient avec un cochon géant sur le bord de la scène pour nous achever avec « Run Like Hell ».

Comment ne pas succomber à pareil concert ? Comment ne pas non plus rentrer chez soi et replonger corps et âme dans la musique de PINK FLOYD ? Voir un groupe en concert est très souvent un moyen de comprendre différemment sa musique. Certes THE AUSTRALIAN PINK FLOYD SHOW n’est pas PINK FLOYD mais une ouverture indéniable sur ce que fût l’un des plus grands groupes de l’histoire du rock mais que l’on ne reverra malheureusement plus jamais sur scène dans toute sa splendeur. On peut le regretter certes mais si cette formation assure le relai avec les gens de ma génération qui peuvent l’espace d’une soirée comprendre ce qu’étaient une partie de la musique des années 70, la partageant même avec pas mal de personnes qui ont vécu cette période. Même la jeune génération était là ce soir alors, qui a dit que le rock était mort ?

SET-LIST :

Shine On You Crazy Diamond (Parts I-V)
Welcome to the Machine
What Do You Want from Me
Take It Back
Coming Back to Life
Time
Breathe (Reprise)
The Great Gig in the Sky
Us and Them
The Happiest Days of Our Lives
Another Brick in the Wall Part 2

ENTRACTE

Astronomy Domine
Pigs (3 Different Ones)
Set the Controls for the Heart of the Sun
Young Lust
High Hopes
Hey You
Keep Talking
Wish You Were Here
One of These Days
Comfortably Numb

RAPPEL :
Run Like Hell