CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


AN EVENING WITH DREAM THEATER
Avec : DREAM THEATER
Date du concert : 31-01-2014
Lieu : Le Zénith - Paris [ 75 ]
Affluence :
Contact organisateur :
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 09 février 2014 - Chroniqueur : Maulny77 - Photographe :


Dream Theater a décidé de revenir à un format utilisé jusqu'à la tournée pour "Octavarium", à savoir des concerts nommés "An Evening With Dream Theater". Ce type de show voit le groupe jouer, sans première partie, deux sets d'une durée globale proche de 3h00 de spectacle. Entrecoupés d'une séquence vidéo humoristique d'un quart d'heure.

La première partie du set, composée de neuf morceaux, fait honneur au dernier album du groupe et à des titres récents. On y retrouve cinq compositions de l'album éponyme "False Awakening Suite" en intro et sous forme de sample, suivi de "The Enemy Inside" puis "The Looking Glass", "Along For A Ride" et "Enigma Machine". Deux visites dans le précédent opus "A Dramatic Turn of Events" par "On the Backs of Angels" et " Breaking All Illusions". Un détour vers l'album dédié au combat de Mike Portnoy contre ses démons de l'alcool par "The Shattered Fortress" et un titre du "Trial Of Tears" écarté de la set list depuis une dizaine d'année.

La pause voit défiler une séquence vidéo d'un humour mitigé dans l'esprit d'une formule similaire à Rush.

La seconde partie, elle aussi scindée en deux parties, est une célébration au 20ème anniversaire de "Awake" et pour le rappel au 15ème anniversaire de "Metropolis Part 2: Scenes From a Memory". Le premier est visité à cinq reprises avec un titre inédit en live " Space-Dye Vest" et est conclu par " Illumination Theory" dernier morceau de "Dream Theater", le second est honoré durant le rappel par quatre compositions et se voit terminer par "Illumination Theory" dans une version sample pour la circonstance.
Cette soirée en compagnie de Dream Theater permet de confirmer que le groupe a su se tirer d'affaire du départ de Mike Portnoy. Nombreux sont ceux qui n'auraient pas misé sur l'avenir de la formation, il y a 3 ans. Les musiciens sont parfaitement en place et maîtrisent leur sujet à la perfection, toutefois ce professionnalisme écarte en grande partie le coté feeling et la communication avec le public. James La Brie s'exprime peu avec le public, Jonh Myung reste souvent en retrait, John Petrucci est mobile et prend la pose uniquement dans son pré carré. Hormis la venue pour haranguer la foule de Jordan Rudess à deux reprises avec son claviers portatif, on se demande si Dream Theater n'est pas en répétition tant le groupe joue pour lui. Heureusement la deuxième partie du show est plus animée que la première.

Au niveau son, les spectateurs assis dans les gradins ont pu jouir d'un ensemble plus convenable que dans la fosse. Une surexposition des graves est venue gâchée une partie des lignes de claviers et parties de guitares. La voix de James La Brie a été à la hauteur durant la globalité du show.

Il est évident que le risque pris par la formation de jouer durant 3h00, n'est pas permis à tout le monde. Et malgré les détails précisés précédemment Dream Theater a su remplir le Zénith et faire vibrer un public varié musicalement et représentant plusieurs générations.

Dream Theater n'est pas loin d'atteindre le niveau d'un Pink Floyd et d'un Rush.



Setlist :

Set 1

False Awakening Suite (sample)
The Enemy Inside
The Shattered Fortress
On the Backs of Angels
The Looking Glass
Trial of Tears
Enigma Machine
Along for the Ride
Breaking All Illusions

Entracte Vidéo

Set 2

The Mirror
Lie
Lifting Shadows Off a Dream
Scarred
Space-Dye Vest
Illumination Theory

Rappel :

Overture 1928
Strange Déjà Vu
The Dance of Eternity
Finally Free

Illumination Theory (sample)