CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


U.D.O.
Avec : LION TWIN, U.D.O.
Date du concert : 04-02-2014
Lieu : L'Empreinte - Savigny le Temple [ 75 ]
Affluence :
Contact organisateur : https://www.facebook.com/lempreinte77
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 13 février 2014 - Chroniqueur : Maulny77 - Photographe : Maulny77


UDO présent sur la scène de L'Empreinte, ne boudons pas notre plaisir!!! Quelle aubaine de pouvoir profiter d'un live du vocaliste teuton dans des conditions confortables.

Ayant connu ses heures de gloires dans les années 80, au sein d'Accept, Udo Dirkschneider voit sa carrière solo moins exposée. Malgré ses 14 albums, la formation évolue sur notre territoire dans des salles plus conviviales et pour un seul show.


LION TWIN a l'honneur d'ouvrir les festivités du soir. Le groupe originaire d'Allemagne, formée en 2011, présente son unique album "Nashville" paru en 2012. Dès l'arrivée du quintet, le décor est posé avec la six-cordes en forme d'étoile ornée du drapeau américain qu'arbore Jan Koemmet, le set d'ouverture sera orienté metal 80's traditionnel. Le groupe est venu faire découvrir cinq titres de son répertoire. On est vite rassuré par la musique distillée, et le coté hair metal est plus en vitrine qu'autre chose. Les allemands menés par leur chanteuse (Li) pratiquent un heavy metal commun mais bien exécuté, des rythmiques et riffs puissants, des soli maitrisés. Tout est en place pour passer un bon moment, le tout transpirant la bonne humeur et la joie d'être sur les planches. Pas révolutionnaire mais pas inintéressant. Parfaitement adapté pour chauffer une salle avant l'arrivée de leur compatriote.

Setlist :
Tristan & Isolde
Ready To Rock
Eco Warrior
Far Away
Day Of Anger


Pour l'occasion, Udo a mis remisé son treillis et celui de ses acolytes. Les tenues sont beaucoup sobres et sombres hormis les gants de fer du vocaliste. De la puissance, il va y en avoir ce soir, le groupe a décidé de frapper fort avec un son propre mais terriblement puissant, mais aussi en sortant l'artillerie lourde, la formation va enchaîner 22 titres sans frémir, sans faiblir, tout en gardant la foule concentrée. A l'instar d'un solo de batterie, intense et dense bien souvent pénible, qui passera presque inaperçu. Au programme "Steelhammer" comme mise en bouche, suivi de "King Of Mean" et "A Cry Of A Nation" avec en intermède, à cette visite dans le dernier opus, "Future Land" puisé dans Faceless World (sorti en 1990). Rapidement U.D.O. met l'Empreinte dans sa poche, la foule reprend sans attendre à une seule voix les paroles des morceaux.

Le groupe étant venu promouvoir son dernier album en date, sept titres sont donc interprétés, les autres morceaux ont tendance à venir de la période pré-2000. Aucune composition éditée entre 2002 et 2011 ne sera jouée, soit entre "Man And Machine" et "Rev-Raptor". Tout comme des reprises d'Accept, il faudra attendre les rappels pour que nos six gaillards reviennent avec des compositions anciennes comme le précise Udo himself, dès les premières notes les fans die-hard ont bien saisi que le retour aux bases est venu. Quatre titres de la grande époque, celle d'Accept, vont clôturer ce set d'environ 2h00 et permettre aux metalleux de vider leur dernière dose d'énergie présente en eux et de pouvoir être aphone au réveil. Comment ne pas être réjouit par ce spectacle, les musiciens ont pris du plaisir sur scène et en ont fait une belle démonstration. Soli techniques et poses clichées mais tellement dans l'esprit et pas surjouées, riffs énergiques, basse qui ronronne comme puma, nappes de claviers discrètes mais pas inutiles, fûts et toms aux bords de l'épuisement par la frappe monumentale qu'ils reçoivent, le tout exécuté avec tant de sourires de bonne humeur qu'il serait bon que certaines formations s'inscrivent dans cette démarche. Sans oublié, le boss peut communicatif et expressif mais tellement serein par le travail assuré par ses musiciens, un Udo Dirkschneider en grande forme vocalement, sachant être présent sans en faire des tonnes, faisant oublier son passé et convaincre avec ses compositions qui tiennent le pavé.


Lorsque les lumières se rallument, tous semblent avoir pris une grande claque et beaucoup de plaisir à retrouver U.D.O. en grande forme, un set qui laissera de belles traces dans une Empreinte dévoilant encore une fois une agréable affiche.


Setlist :
Steelhammer (Steelhammer)
King Of Mean (Steelhammer)
Future Land (Faceless World)
A Cry Of A Nation (Steelhammer)
Heart Of Gold (Faceless World)
They Want War (Animal House)
Never Cross My Way (Steelhammer)
Stranger (Faceless World)
Stay True Stay You (Steelhammer)
In the Darkness (Animal House)
Azrael (No Limits)
No Limits (No Limits)
Mean Machine (Mean Machine)
Metal Machine (Steelhammer)
Devil's Bite (Steelhammer)
Go Back To Hell (Animal House)
Timebomb (Timebomb)
Holy (Holy)
--------------------------------------------------
Metal Heart (Accept Cover - Metal Heart)
I'm A Rebel (Accept Cover - I'm A Rebel)
Balls To The Wall (Accept Cover - Balls To The Wall)
Fast As A Shark (Accept Cover - Restless And Wild)