CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


TURISAS
Avec : Starkill, Turisas
Date du concert : 15-02-2014
Lieu : Le Liberté - Rennes [ 35 ]
Affluence : 300
Contact organisateur : http://www.facebook.com/events/226278630880594/?fref=ts
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 18 février 2014 - Chroniqueur : Simius - Photographe : Ghislain Leblanc http://www.flickr.com/photos/103498572@n04/sets/72157641122449054/


La soirée s'annonçait bien pourtant. Une tête d'affiche comme Turisas et un super groupe comme Starkill que je n'ai pas souvent eu l'occasion de voir. On est déjà arrivé pas du tout en avance. Le set de Starkill était malheureusement quasiment fini. Dommage, j’y allais surtout pour ce groupe, voir ce qu'il était capable de donner sur scène. Et quelle scène … Enfin nous y reviendrons. Le peu que j’ai pu entendre m’a fortement plu, il faut bien le dire. Dans l’ensemble une très bonne prestation et un son ma foi bien géré... bref semblerait que ce fut un bon début de concert. C'est ensuite que vint la surprise !

Turisas 21h40, selon les organisateurs. Le premier concert à fini à 21h35, 5 minutes pour faire le changement c’est juste. Mais alors là, ils ont vraiment pris leur temps. Une bonne demi-heure, une PUTAIN de demi-heure pour changer 3 cymbales, et faire la balance des instruments ! Balance qui, à mon humble avis était totalement foireuse en début de concert. Quand le public se met à chanter des musiques du Donjon de Naheulbeuk (CROM) c’est qu’il commence à se faire définitivement chier (veuillez excuser mon vocabulaire, mais j'ai franchement pas d'autres termes pour décrire l'ambiance générale.) Bref, Le groupe arrive sur scène, le public applaudit, blablabla… et ils commencent à jouer. Et là j’avais l’impression de voir 2 groupes. D’une part le chanteur, éventuellement le violoniste et d’autre part le reste du groupe. Les premiers mettaient vraiment de l’ambiance, ils bougeaient dans tous les sens, Mathias (chanteur) a lancé sa serviette dans le publique après 4 chansons seulement. Heureusement qu’ils étaient là, on avait l’impression que le reste du groupe était en répète. Jaakko (batteur) a tout de même craqué son slip en fin de set en lançant ses baguettes en l’air alors qu’il jouait, wouhou ! Pour ce qui ets de l'ambiance au sein du public… He bien je pense qu’une pause d’une demi-heure ça refroidit pas mal. A ce niveau (surtout quand c'est organisé par Garmonbozia) on aurait pu s'attendre à bien mieux niveau orga. À part quelques pogos, et deux slam qui ont ma foi duré bien longtemps, rien de bien spécial. Le public suivait bien le groupe : à peine Olli (violoniste) faisait-il un signe de lancer un circle-pit que cette troupe de guerriers peinturlurés amassés devant les crash-barrières s’exécutait. Le fait que Turisas soit un groupe assez populaire auprès du grand public y est sans doute pour quelque-chose. En regardant cette masse de personne on pouvait distinguer deux types de personnes. Les metalleux, juste devant la scène, les plus actifs, les plus pris par la musique et les personnes lambda, plus en retrait. Beaucoup plus statiques et moins réceptives aux interactions avec le groupe. Ça me faisait beaucoup penser au public que l’on peut voir lors de la fête de la musique par exemple, des gens qui apprécient sans forcément sauter dans tous les sens. En tout cas, un bon point de mon avis puisque ça prouve que le metal s’ouvre de plus en plus au grand public.

Quitte à rester dans un esprit critique, autant le faire jusqu’au bout. Parlons donc de la gestion du son. Quand je suis entré dans la salle je me suis tourné vers la console (qu’on ne pouvait pas rater, elle devait prendre presque 1/6 de la salle) et j’ai aperçu un décibel-mètre qui indiquait 99db. Nickel, ils surveillent leur volume je n’aurais pas besoin de mes bouchons d’oreille. Ça c’était pour Starkill, Turisas fût une autre histoire. Installé devant les crash-barrière, je sentais littéralement le souffle des basses et du son passer de sous la scène jusqu’à mes jambes... Un vrai ventilateur. Devant ce amas de baffles en tout genre (et surtout gêné par le pit dans mon dos), je pris un certain recul pour mieux prendre mes photos. les basses étaient tellement puissante qu’elle faisait bouger le tissus de mon jean, et il est plutôt épais celui-là croyez moi. Après une grosse demi-heure, autant vous le dire simplement, je n'en pouvais plus : j’ai choppé mes bouchon et là ce fût l’extase. Sans compté cet aspect des plus déroutant, j’ai remarqué des variations au niveau des instruments au fil du concert … EN particulier le volume du violon qui a été revu à la hausse après quelques morceaux, lui qui était alors complètement effacé pour les autres instruments au début du set. Du reste le set s'est fini sur une bonne ambiance puisque c'est la musique « Raspoutine » qui est venu clore la prestation aphone. De quoi repartir le sourire au lèvre.

Juste un petit point sur le prix des places : 26€ pour voir 2 groupes dans ces conditions moi je dis non ... Le concert à peine fini nous fûmes très gentiment pressé par la sécurité vers la sortie de la salle (à peine eu le temps de ranger mon matériel...) .

On m’aurait dit ce qui m’attendait et le prix je n’aurais même pas envisagé l’éventualité que peut être, dans certaines circonstances, j’aurais pu y aller. En bref, un concert comme on aimerait en voir moins souvent et franchement décevant pour un niveau de cet ordre, que ce soit d'un point de vue d'organisation que de prestation.


no images were found