CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NASHVILLE PUSSY
Avec : Nashville pussy, god damn
Date du concert : 19-02-2014
Lieu : Ninkasi Kao - Lyon [ 69 ]
Affluence : 560
Contact organisateur : http://mediatone-lyon.net
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 21 février 2014 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


NASHVILLE PUSSY est de retour avec une nouvelle tournée Européenne pour présenter son nouveau « méfait » intitulé « Up The Dosage ». Bien entendu la France n’est pas oubliée avec des dates aux quatre coins de l’hexagone. Ce Mercredi soir 19 Février c’est au tour de Lyon de subir les assauts rock n’roll du quatuor américain d’Atlanta, Georgie. Cette venue organisée par Médiatone Lyon va attirer beaucoup de monde, même si les « Nashville » ont joué sur la scène du Sylak Open Air en Août dernier à proximité de l’agglomération Lyonnaise.
Pour ouvrir les débats, les « motherfuckers » Lyonnais, que l’on ne présente plus, GOD DAMN vont hisser le drapeau sudiste bien haut avec leur stoner metal implacable.

Ouverture des portes à 20 heures, et déjà une bonne affluence se presse contre la scène un moment après pour accueillir donc, Bij aux fûts, Pich à la guitare, Charly à la basse, Gayrem à la guitare aussi et Renato au chant.
Nos cinq lascars sont remontés comme des coucous (pas des Suisses pourtant), et vont sa lâcher sur l’estrade du Kao et demander au public régulièrement de « foutre le bordel » dans la salle. Et ça va marcher, comment résister à cette bande de coyotes du désert qui envoie un son lourd et gras avec des riffs saturés et des dérapages rock n’roll endiablés. Le son est bon et favorable à leur prestation, Renat’ en fait des tonnes sur scène aidé par ses acolytes (jai pas dit alcooliques) qui tabassent sec à côté et derrière lui. La scène n’a plus aucun secret pour eux depuis le temps et tout le monde est emballé, jeunes ou moins jeunes, car ce soir le public rock est « multi-ages ».
Les titres de leur dernier album en date « Back To the Grindstone » seront bien représentés, mais attention un nouvel album est sur les rails, attendez vous donc à du très gros car le groupe retourne « au charbon » inlassablement. Ce soir, leur courte prestation à fait plus que chauffer la salle, elle à placé la barre bien haute avant la venue des rockers « ricains ».

Set-list : Crazy Train, 4, Under Pressure, All In, I Could Be Jay,
Never Look Your Fate Down, Legend Come Down From US, Landing For My Pride.


Ces rockers “ricains” vous les connaissez tous bien sûr, vous qui ce soir avez « blindé » le Ninkasi kao avec plus de 500 personnes au compteur. Blaine, Ruyter, Jeremy et Bonnie, autrement dit NASHVILLE PUSSY nous font attendre quelque peu devant la scène en fait. Et du coup la tension monte dans une assistance motivée qui ne semble pas se lasser du groupe depuis 17 ans déjà. Et bien sûr la sortie du nouvel et très apprécié « Up the Dosage » ne peut que rajouter de « l’huile sur le feu" du gros rock « couillu » et « poilu » qui a pour devise « sex, drugs & rock n’roll », on ne vous fait pas un dessin.
Nashville Pussy de par ses compositions fait honneur au vrai rock n’roll, celui de AC/DC, MOTÖRHEAD et ROSE TATTOO, et il le fait bien. Pourtant ce soir, en ce qui me concerne j’ai éprouvé un peu de lassitude avec tous ces clichés rock proposés par le groupe qui tendent à s’user légérement en live à la longue. Toutefois le groupe satisfait visiblement toujours son public, c’est une évidence encore remarquée ce soir à Lyon. Alors, tant mieux, apprécions du nouveau avec « Everybody’s Fault But Mine » et « Up The Dosage », puis du classique avec « I’m So High, Why Why Why » et « Go Motherfucker Go ! ». Durant plus d’une heure nous allons être bercés donc par du hard-rock bien gras avec notamment un Blaine affublé de son blouson classique tape à l’œil et une Ruyter toujours à la 6 cordes mais un peu plus « sage » dans sa tenue vestimentaire au couleurs du dernier album (et oui, le temps passe, la jeunesse aussi). Mais bon, le set fut agréable à défaut d’être génial. Trop de fumée et un son pas toujours au top en fin de show, trois petits tours et puis s’en vont… Et reviennent pour nous jeter en pâture deux rappels dont un clin d’oeil aux « Tatts » Australiens.
Set-list :

1. Keep on Fuckin'
2. High as Hell
3. Struttin' Cock
4. Wrong Side of a Gun
5. Rub It to Death
6. She's Got the Drugs
7. I'm So High
8. Everybody's Fault But Mine
9. Gonna Hitchhike Down to Cincinnati and Kick the Shit Outta Your Drunk Daddy
10. Up The Dosage
11. Go to Hell
12. Milk Cow Blues
(Kokomo Arnold cover)
13. Snake Eyes
14. I'm the Man
15. Why Why Why
16. Encore:
16. Go Motherfucker Go
17. You're Goin' Down



Au final, un seul mot a prononcer, merci ! Merci à Médiatone pour l’organisation de cette soirée bien juteuse, bien lourde, bien grasse, bien rock’ n’roll en fait avec un GOD DAMN convaincant et un NASHVILLE PUSSY égal à lui-même, sans fioritures, sans faux-semblants, qui « assure » quand même toujours depuis le temps.