CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


BIOHAZARD
Avec : Biohazard, arhytmia, seekers of the truth
Date du concert : 09-04-2014
Lieu : Le clacson - Oullins [ 69 ]
Affluence : 330
Contact organisateur : https://www.facebook.com/LYON.HxC
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 11 avril 2014 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


Alors qu’il y a seulement quelques années, les lyonnais « montaient » à Paris pour assister à un concert de BIOHAZARD, voici que le célèbre gang New-Yorkais pose ses valises à Oullins (banlieue de Lyon ) au Clacson, événement donc.
Lyon hardcore, Culture Punk et M2M Entertainment ont tapé dans le mille car ce soir la salle sera pratiquement « sold-out » à 20 personnes près ! Au menu de cette soirée très attendue, BIOHAZARD donc, mais aussi les Italiens de ARHYTMIA et les Lyonnais de SEEKERS OF THE TRUTH, alors vite on entre dans les lieux à 20 heures afin de ne pas rater une miette de cette nui hardcore/métal qui promet d’être bien chaude, voire brûlante…

Honneur aux anciens, honneur donc à SEEKERS OF THE TRUTH vétérans de la scène hardcore frenchie ayant débuté en 1988 et ayant choisit leur nom de groupe en hommage aux CRO-MAGS. Alors, bien « boostés » par l’opportunité d’ouvrir la soirée BIOHAZARD, ils vont se lancer dès 20heures 30 dans un set époustouflant de maitrise musicale et de présence scènique. Bien que certains les aient traité de « papys du hardcore », ils vont nous démontrer ce soir que les « papys » font de la résistance. Bien sûr des nouveaux membres ont rejoint Xav et Sylvain, membres originels, mais cela n’entache en rien leur show et même apporte du sang neuf à la formation, alors garez-vous ça va faire mal !
Un furieux « Crash World » démarre la prestation, « Inside Nice Guy », tornade thrashy est au menu ainsi que notamment « Born Toulouse » rock n’roll en diable et un « Victim In Pain » qui arrache se suivent sans lasser. François chanteur de ALL OF YOU DOWN viendra aussi « aboyer » une chansonnette, bref que du bon qui va exciter un public en mouvement déjà bien chaud pour la suite.
(Set-list en photo).

La suite ce sera nos amis Italiens de ARHYTHMIA qui vont s’en charger, et de quelle excellente manière !
Les « coreux » sardes vont nous présenter un metal/hardcore/thrash soit disant alternatif, mais ne partez pas, ce terme alternatif ne dois pas vous rebuter. En effet, si au début de leur gig avec une intro ambiancée inattendue, le public reste sur ses gardes et découvre. Ce ne sera pas ainsi durant tout le set ce ce groupe soit disant particulier mais qui va nous mettre au final une « quecla dans la chetron » monumentale comme dirait mon ami le keupon fou.
Ce groupe italien n’est pas né de la dernière pluie métalcore, il a déjà ouvert pour notamment SEPULTURA, HATEBREED et LINEA 77 entre autre et actuellement il tourne avec BIOHAZARD dont le leader Billy Graziadei a produit leur dernier EP en date.
Mais revenons-en à leur prestation de ce soir. C’est agressif au possible, direct « in your face », ça joue vite, ça joue bien et ça joue fort (le son est bon ce soir).Leur show locomotive « rentre dedans » est souvent agrémenté de mélodies solides et bien ficelées. Devant nous ce sera une progression au fil des titres, variés en l’occurrence, et les derniers morceaux seront énormes pour un public qui va enfin se déchainer grâce à ces titres d’une efficacité redoutable. La surprise de la soirée, et quelle surprise, on en redemande, groupe à suivre si vous en avez l’occasion.
(Set-list en photo)

Il ne faudra pas longtemps ensuite à ceux de Brooklyn pour venir s’installer là devant nous et brancher les grattes et envoyer la purée. Cette purée hardcore renforcée de puissance métallique et pimentée de rap groovy, plat consistant en fait qui va nous être jeté en pâture illico. Ce groupe mythique est actuellement composé de Billy Graziadei, Bobby Hambel, Dany Schuler et Scott Roberts et ne fait toujours pas dans la dentelle ne faisant pas regretter par les puristes le temps où Evan Seinfeld menait la troupe au combat de rue avec un hardcore implacable et « couillu ».
A peine « Chamber Spins » extrait de « Urban Discipline » (1992) est lancé que c’est la bataille rangée ou dérangée devant la scène, le groupe à une pêche d’enfer, le public aussi. Et cela va en être ainsi durant tout le concert. Sueur, chaleur, allez-retours scène/public, slams, bourrinages en tout genre, le clacson va imploser si ça continue, c’est de la folie, mais où donc est passée ma godasse ? Les brûlots (surtout piochés dans ceux des 90’s) de la bande à Billy font mouche surtout « Urban Discipline », « Shades Of grey » et « Wrong Side Of The Tracks ». le féroce et brutal « Vengeance Is Mine », extrait du dernier opus en date de 2012 jette de l’huile sur le feu ainsi que « Black And White and Red All Over » (Urban Discipline encore). Trois classiques du premier album (Biohazard de 1990), « Retribution », « Howard Beach » et « Victory » continuent la tuerie en règle et « ratatinent » un public qui n’en a cure.
C’est ensuite évidement le rappel, puis c’est fini. La foule commence à sortir de la salle, mais une fois dans les escaliers on retourne dans la fournaise pour encore un titre. Décidément BIOHAZARD a tout donné ce soir aux 330 personnes présentes à Oullins. Une assistance présente et remuante qui a ravi les New-yorkais, Billy disant souvent « merci, merci Lyon ».

(Set-list en photo).

Quant à nous il convient bien sûr de remercier une organisation impeccable de la part de Lyon Hardcore, Culture Punk, M2M Entertainment et Punk Rock Shows in Lyon qui ont eu l’audace de faire venir les new-yorkais à Oullins. De son côté pavillon666 va attribuer un coup de cœur à cette nuit agitée car tout était réunit pour un concert hors norme dont on se souviendra longtemps. Un concert avec trois formation au top niveau, un bon son et un nombreux public enragé qui a retourné le Clacson (cqfd).