CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


GAMMA RAY
Avec : EVELKING, RHAPSODY OF FIRE, GAMMA RAY
Date du concert : 09-04-2014
Lieu : Le Trabendo - Paris [ 75 ]
Affluence : 700
Contact organisateur :
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 24 avril 2014 - Chroniqueur : Maulny77 - Photographe : Phil (Maulny77) https://www.facebook.com/phil.metallik?ref=tn_tnmn


En ce début avril, la venue de Kai Hansen et ses compères n'a rien d'un poisson, ni même l'adhésion des métalleux de l'ile de france. Le Trabendo affiche complet pour la soirée, avec une assistance assez nombreuse pour le groupe d'ouverture.

Elvenking a la lourde tache de lancer les opérations, la formation italienne accusant huit albums au compteur reste encore à découvrir sur nos terres. Le sextet oeuvrant dans un metal tendance folk / pagan s'en sort assez bien. Les six compositions interprétées passent bien, ont un son propre et reçoivent un accueil respectable de la part du public. Les italiens s'exprimant sur une scène exiguë ne sont pas très mobiles, Damna (chant) communique régulièrement avec le "trab". Le groupe n'est pas forcément original mais pas désagréable, une bonne entame...

Setlist :

The Loser
Runereader
Elvenlegions
The Divided Heart
Moonbeam Stone Circle
The Winter Wake


L'Italie reste à l'honneur pour la suite avec Rhapsody Of Fire. L'épisode Luca Turilli étant maintenant largement oublié, la formation a su depuis démontrer qu'elle était en mesure de créer des compositions digne de ce nom et accueillir en son sein deux musiciens assurant le job. La disposition de la scène reste étroite et avec un temps de jeu d'un peu plus d'une heure, dix titres interprétés dont 6 provenant de l'ère Rhapsody, la formation délivre un set honnête plein de cohésions. Fabio Lione est en place vocalement et se fait plaisir à entrer en contact avec le public parisien. Les musiciens s'expriment sans défaut, Roberto De Micheli (guitare) et Oliver Holzwarth (basse) discrets dans leurs attitudes, nous permettent d'oublier leurs prédécesseurs. Le son est correct bien que les claviers apparaissent légèrement en retrait. Le Trabendo étant autant pour la cause des Italiens que des Allemands à venir délivre un retour à Rhapsody Of Fire digne d'une tête d'affiche.

Setlist :


Rising From Tragic Flames
Land of Immortals (Rhapsody cover)
The March of the Swordmaster (Rhapsody cover)
Unholy Warcry (Rhapsody cover)
Dark Wings of Steel
Lamento Eroico (Rhapsody cover)
Holy Thunderforce (Rhapsody cover)
Dawn of Victory (Rhapsody cover)

Rappel : Reign of Terror
Emerald Sword (Rhapsody cover)


Gamma Ray clôture la soirée, autant vous avouer que le dernier album ne m'ayant pas convaincu, essentiellement de par ses ressemblances, je vois arriver la formation avec une certaine appréhension. Les titres font-ils sonner différemment en version live.
Point de doutes, dès les premières notes de "Avalon" me voilà rassuré et conquis. L'effet est bien plus punchy que sur galette. Pas le temps de mollir que les titres s'enchaînent et nous voici pris de court avec "I Want Out" et son break revisité tendance Bob Marley. Kai Hansen nous conduit vers une ambiance surprenante mais en aucun cas déroutante ou éprouvante. Le frontman et ses compères sont bien présents à Paris et le font voir et savoir, tant dans leurs motivations, que dans leurs attitudes. Au vue de leur visage réjouis, le quatuor prend du plaisir mais n'est pas là non plus pour amuser la galerie. La set faisant la part belle au nouvel album, les titres défilent à vitesse grand V et l'ensemble passe sans encombres l'épreuve de la scène. Seule une petite ombre vient noircir le show avec le solo de batterie mettant en valeur Michael Echre, mais dispensable nous privant ainsi d'un titre supplémentaire. L'ambiance de ce fait redescendue ne tarde pas à revenir à son niveau jusqu'au bout du set. Gamma Ray s'exprime sans fioritures, les lights sont peu imposants, la production permet d'entendre chacun sans difficultés.
Quand le Trabendo se rallume, tous semblent éblouis par l'excellente prestation délivré par le petit Allemand et sa bande.
Il se dit que Gamma Ray doit revenir sur nos terres en fin d'année, croisons les doigts.

Setlist :


Avalon
Heaven Can Wait
New World Order
Tribute to the Past
I Want Out
(Helloween cover)
Pale Rider
Time for Deliverance
Drum Solo
Blood Religion
Master of Confusion
Empire of the Undead
Rebellion in Dreamland / Land of the Free
Man on a Mission

Rappel : To the Metal
Send Me a Sign