CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NDF DAY 01
Avec : DECEASED, ANTROPOMORPHIA, ABORTED, SPASM, MASSACRE, KRAANIUM, SCHIRENC PLAYS PUNGENT STENCH, GOD MACABRE, TERRORIZER, PROSTITUTE DISFGUREMENT
Date du concert : 02-05-2014
Lieu : Poppodium 013 - Tilburg [ Hors-France ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.neuroticdeathfest.com/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 20 mai 2014 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Et c'est parti pour la 3e année consécutive ! Direction Tilburg (NL) pour 3 jours de Death Metal et dérivés au sein du 013, avec la même équipe pour la 11e édition du Neurotic Deathfest, celle-ci s'est faite attendre, puissque les premiers noms n'ont été annoncés que courant janvier ! Mais fort heureusement pour le "Plus grand festival Indoor d'Europe", celle-ci comme tout les ans, promet dans sa programmation. Après avoir été surclassé pour notre première nuit dans un hôtel placé au coeur du centre-ville (et à 100 m de la salle) accessoirement, posé nos valises, direction récupération de billet et entrée dans ce vaste complexe.
Au programme cette année en vrac de bonnes surprises, quelques déceptions, mais surtout du Death metal dans tous les sens avec la présence d'icônes tels que MASSACRE, TERRORIZER, SUFFOCATION ou CANCER, mais aussi du Gore/Grindcore avec BRUTAL TRUTH, GUTALAX, SPASM, LOCK UP et du Brutal en veux tu en voilà avec PROSTITUTE DISFIGUREMENT, CEREBRAL BORE, CEPHALIC CARNAGE ou encore SEVERE TORTURE. Et en parlant torture, le non initié peut en prendre pour son grade ! A noter tout de même qu'il y a moins de groupes que l'an dernier, et que pour cette édition on commençera les hostilités à 18h et non pas 17h... Un grand merci d'ailleurs à Century Media qui offrent aux premiers arrivés une petite compile de leurs dernières sorties, mais par contre pas de Jack Daniel's côté invités... (zut alors !)
Bref, trèves de bavardages, c'est parti pour mon petit retour sur ces 3 jours de folie !

Rapidement je retrouve mes marques, comme à son habitude deux stages ouvertes seulement pour ce vendredi. Le temps de choper ses jetons, de trinquer avec les potes, et direction la Main pour le groupe qui ouvre le bal : DECEASED. Et l'air de rien on commence avec du gros car c'est ni plus ni moins que le 1er groupe à avoir signé chez Relapse (quand on connaît la réputation du label maintenant !). Entre rythmiques death/thrash, voire passages limite crust sur les bords, le combo ricain envoie ce qu'il faut pour mettre en condition. C'est brut de décoffrage, autant certains titres sonnent old school, mais les 30 minutes accordées prouvent que le quatuor à su se renouveller au fil du temps (formé en 86) et propose aujourd'hui une setlist qui me semble axée sur leurs dernières réalisations. Une figure du genre, qui plus est qui assure, comment commencer mieux ?

Le public n'est pas encore à son comble lorsque DECEASED quitte la scène, et le temps de sortir de la salle et de faire quelques mètres, que j'entend déjà vrombrir les murs de la Second... ANTROPORMORPHIA, combo local que j'avais entraperçu l'an dernier et habitués pour maintenant du fest avec pas moins de 4 apparitions... Du Death lent et lourd, tout le contraire de ce que j'ai vu auparavant. Lights bleux et fumée collent bien à l'ambiance du quintette livide dont il reste difficile d'aperçevoir le visage de leur chanteur/guitariste. Plutôt intéressant sachant qu'ils se sont reformé il y a 5 ans maintenant, il serait peut-être temps de se pencher sur leur dernière réalisation "Evangelivm Nekromantia". Ca casse un peu l'ambiance, ou ça repose selon les personnes car après ça blaste et ça enchaîne !

Hop, déjà 19h, Mainstage oblige, car même si j'ai l'impression de les voir tous les ans (et c'est le cas pratiquement) ça reste toujours un plaisir de voir ABORTED en "live", d'autant qu'ils ont un petit nouveau à nous présenter: "The Necrotic Manifesto". Beaucoup plus brutal que son prédécesseur, il doit avoir de quoi envoyer dans les esgourdes ! D'ailleurs c'est avec celui-ci que l'on commence (vu que je reconnais pas encore le titre ...), puis comme à son habitude, retour sur "Goremageddon" avec "Meticulous Invagination" enchaîné de "Sanguine Verse (...of Extirpation), deux morceaux issus de "Global Flatline" ("The Origin of Disease","Expurgation Euphoria") et histoire de terminer les paires, deux issues d'"Archaïc Abattoir" ( .... ). Le line-up qui gravite autour d'un Sven qui ne change pas ses habitudes à l'air de prendre de bonnes marques tout comme à l'OEF l'an dernier ainsi qu'au Motocultor... Une bonne prestance, rien de plus pour les 30 minutes qui leur sont accordés, mais qui verra naître les premiers pogos et circle, tandis que depuis le début d'après-midi, on voit des chevelures s'agiter...
J'ai pas encore pris le temps de parler du son des groupes jusque là, car on a pas encore eu de problèmes, si l'on excepte une guitare un peu en retrait pour Mendel...

Et là maintenant, il va être l'heure de danser ! Avoir deux groupes sur trois des plus gros groupes tchèques à l'affiche c'est déjà bien, puis quand on sait que deux d'entre eux font du Goregrind, c'est encore mieux et ça promet des bonnes parties de rigolade ! Le premier d'entre eux SPASM fait du "Gigolo Drum'n Bass Goregrind". "Gigolo" pour son chanteur, Radim, "Drum'n Bass" pour ces deux musiciens, qui jouent sans guitare. Du gras et cradingue, en veux-tu en voilà ! Alors que leur popularité n'est pas négligeable dans les pays de l'Est, elle commence à pointer le bout de son nez (ou autre chose hein pour ne pas paraître pervers auprès de ces dames.. ). Dans la veine de Gronibard par chez nous, on relâche la technique et on met l'efficacité en avant ! Radim, leur chanteur possède tout le charme des pays de l'est : Une centaine de kilos, un justaucorps une pièce (style Borat), un chant digne d'un cochon qu'on égorge et un nouveau masque ! Il a laissé de côté son masque en latex sadomaso/tête de cochon (qu'il enlevait les trois quarts du temps au bout de quelques titres) pour un masque lui cachant les yeux et un nez de forme très phallique (jugez les photos). Ca donne le ton ! Plus porn que gore, le trio fait danser, circle pit à foison et pour la première fois au Neurotic, les gens montent sur la stage pour se jeter tour à tour dans le public. Je suis plus aux Pays-Bas mais en Rép.Tchèque ! Ambiance "friendly" à souhait, confettis et carnaval, il ne manquerait plus que les serviettes et c'est un concert de Patrick Sébastien sauce "porn" ! Et ça vient de loin pour venir les voir, la preuve en est de ces deux petites japonaises au premier rang affublées de leur t shirt "OEF Asia" et comme tout bon Japonais (oui cliché quand tu nous tiens), prennent de jolies photos avec leur smartphone customisée, c'est pas tout mignon ça ?!
Bref, SPASM dans le coin c'est pas tous les jours, maintenant faut que les petits organisateurs que certains d'entre nous sommes arrêtions de les bouder, pour qu'ils viennent en France ! Et au passage, un joli final sur "No pain, No gain" !

Après cette demi-heure dansante, on revient au choses sérieuses. MASSACRE, le groupe formé par Rick Rozz (fondateur de... DEATH avec Schuldiner) et Terry Butler (lui aussi ex-DEATH) a fait son retour depuis quelques années et surtout sorti un dernier album "Back From Beyond" en mars dernier. Bon, pas de Kam Lee, résultat ces parties soli sont diffusées sur bande, ce qui gâche un peu le truc. Mais resté très "old school", on oublie rapidement ce détail/absence pour se concentrer sur une setlist qui voit se côtoyer des morceaux issus des deux "anciens" albums et du dernier en date qui leur a valu une tournée Européenne ces jours-ci. Un bon set.

Je profite que KRAANIUM joue sur la second pour faire un tour côté merch' où je retrouve les habituels exposants (dont les collègues de Listenable). Oui, j'ai fait le choix de ne pas voir KRAANIUM. Bien que le groupe soit efficace sur scène, leur Slamming Death ne m'attire pas plus que ça après les avoir vu au Deathfeast l'an dernier pour une simple chose : la construction des morceaux qui font qu'on a toujours l'impression d'entendre le même. D'ailleurs, mes collègues me le confirmeront lors de nos retrouvailles, donc j'aurais pas "perdu" mon temps... Et trouvé quelques perles dans les stands !

Voici l'heure d'une mini-polémique concernant PUNGENT STENCH. Ou plutôt dirais-je, SCHIRENC PLAYS PUNGENT car après passage aux tribunaux, les deux autres membres ont refusé l'utilisation du nom. C'est pas dramatique en soi (même plutôt déplorable), donc à se demander le pourquoi de cette reformation. Question d'argent? Je ne pense pas, mais plutôt l'amour de la musique pour le protagoniste de ce soir Martin Schirenc. Sous forme de trio, le set délivré fait honneur à des titres cultes des Autrichiens, qui en plus bénéficient d'un son bien loin des productions de l'époque d'où ils sont tirés. Un set aux relents très rock'n roll qui m'émerveille avec des morceaux bien choisis, qui même si à l'époque je devais être en primaire font mouche ! "Happy re-birthday", "For God your Soul ... For me your Flesh", "Rip you without Care"... Que du bon ! Et une salle blindée pour les accueillir. Voilà qui devrait promettre pour ceux qui comptent les voir sur leurs dates estivales, et vous leurrez pas, ils sont bien là pour la musique ! L'un des meilleurs set de la journée et du week-end !

D'ailleurs, cette idée me reste en tête car aux anges, on suit dans la Second qui est elle aussi pleine pour accueillir un combo qui serait inconnu au bataillon pour certains, et qui pourtant ont marqué le coup au début des années 90 en Suède : GOD MACABRE. Alors que ceux-ci n'ont sorti qu'un album "The Winterlong..." en 93, Relapse a fait le bon choix de le remettre au goût du jour tout d'abord en 2002 puis prochaînement (avec quelques titres bonus) je sens que ce set va fleurer bon le "Swedish Old School Death Metal". Point n'en faut donc pour être aux premières loges ! Et des connaisseurs il y en a car ça n'aura de cesse d'headbanguer du début à la fin du set, qui verra pratiquement "The Winterlong..." joué en entier, comme l'indique leur chanteur "- Ce prochain titre vient de notre seul album, un peu comme toute notre setlist...". Leurs titres n'ont pas subi une seule ride, même si ça me laisse un petit goût amer dans la bouche, dans le sens où j'ai un peu l'impression d'assister à une répète. Mais ce n'est qu'un détail, et je m'incline bien bas devant l'un des seuls sets du genre que l'on aura ce week-end.

Une autre légende va d'ailleurs démarrer sur la Mainstage, et fait du bruit tout de même, car TERRORIZER, car en plus de l'absence de Jesse Pintado (R.I.P ...) ou ne serait-ce de Rezhawk qui a enregistré les deux autres albums du combo de grind, ce sont Sam Molina et Lee Harrison, deux MONSTROSITY qui accompagnent le moissonneur Pete Sandoval ce soir... Bon. Malgré tout c'est "World Downfall" qui est joué en entier ce soir messieurs-dames, une pièce de l'histoire ! Mettons donc de côté ces histoires de line-up et laissons parler la musique, ou plutôt la chute du monde !
Si l'on excepte quelques "pains" parfois niveau batterie, la prestance d'Harrison a de quoi m'étonner ! Lui qui est batteur au sein de MONSTROSITY est à la guitare, et ce rôle lui plaît tellement il ne manque pas de mimiques digne d'une prestation typiquement "Thrash", ça esquisse le sourire... Par contre à côté de ça, aucune faute n'est a déplorer du côté des "guest musiciens". Et c'est tout autant de claques tellement entendues sur album que je revis sur scène, comme les 9/10e du public qui chante, pogos furieux et headbangings acharnés sur des pièces comme "Infestation", "Corporation Pull-In", "Fear of Napalm", ... tout le set en fait ! Si ce n'est une reprise de DEATH à noter, ainsi que le morceau éponyme tiré de "Horde of Zombies", la dernière production du groupe.
A setlist exceptionnelle, morceaux et prestation du même calibre, de quoi se tenir prêt pour le Ieper Fest où je serais empressé de les retrouver, rendez-vous est pris ! "It was History !!"

Epuisé, mais heureux, c'est les collègues qui me traînent à PROSTITUTE DISFIGUREMENT qui ferme cette première soirée. Pas spécialement connaisseur, je me suis juste penché sur leur dernier bébé qui est brutal à souhait pour les amateurs. Pour ma part, sur la durée, ça devient un peu difficile, mais pas dans le pit qui est encore déchaîné l'air de rien ! Par contre, tout comme pour le lendemain, j'aurais préféré du Goregrind pour conclure, genre SPASM échangé avec eux? Ce qui m'aurait peut-être fait accrocher un peu plus à une prestation qui n'était pas vendue après ce que l'on a pu entendre ce jour, mais j'en connais qui en sont sorti ravis, le groupe ayant pioché dans toute sa disco pour faire plaisir à une salle comble qui en veut encore...

Une première journée qui confirmait mes espérances, avec de superbes shows de SCHIRENC PLAYS PUNGENT, TERRORIZER et DECEASED sur la Mainstage et une programmation plutôt réussie sur la Second (SPASM, GOD MACABRE)... L'hôtel n'est qu'à 100 mètres, et vu la bande d'ahuris dans laquelle je me trouve, ça risque d'être Las Vegas Parano là-bas !
"Dis leur de mettre leurs putains de chaussures de golf !"