CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NDF 2014 - JOUR 3
Avec : CEPHALIC CARNAGE, FLESHLESS, WARPATH, GRAVE, MEATHOOK, SKULLHOG, MISERY INDEX, SEVERE TORTURE, LUCIFERICON, PESTILENCE, PENTAGRAM CHILE, BLOODTRUTH, GORGUTS, CANCER, DARK ANGEL, GORETRADE
Date du concert : 04-05-2014
Lieu : Poppodium 013 - Tilburg [ Hors-France ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.neuroticdeathfest.com/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 27 mai 2014 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


3h de sommeil dans les pattes, 3h en terrasse à attendre l'ouverture du site (dont une passée au Febo) et plus qu'une journée à faire : c'est pas qu'il soit fatiguant le Neurotic, mais c'est plutôt l'équipe avec laquelle j'y suis allé qui m'a donné un sacré coup de fatigue ! Mais aux vues des groupes de la journée, je suis sûr qu'encore une fois, j'en aurai pour mes heures de sommeil que je rattraperai plus tard ! Des têtes d'affiches plus axées Thrash/Death quand on voit que le dernier groupe annoncé cette année n'est autre que DEATH ANGEL (!!) mais aussi CANCER, GORGUTS, GRAVE, CEPHALIC CARNAGE, MISERY INDEX, FLESHLESS ou SEVERE TORTURE, rien que ça pour terminer ce week-end en beauté !
Allez, les portes sont ouvertes, c'est reparti pour un tour, le dernier de cette année !

Et autant dire qu'on commence fort avec CEPHALIC CARNAGE en ouverture de journée. Salle pas tout à fait comble, mais qui aura l'honneur de le finir pratiquement, les Américains et leur "Hydrogrind" met en appétit ! En parlant d'appétit d'ailleurs, quand on ne croisait pas Leinzig (chant) la veille qui cherchait après quelque chose à fumer, celui-ci en arrivant sur scène nous tend un plateau de catering dans le pit photo (que bien sûr on fera tourner au premier rang après s'être servi) avec tout pour se faire un bon lunch, excepté la bière et la-dîte substance qui se fume ! Fumeurs oblige, ceux-ci ne cessent de scander "Need more weed ! " tout au long du concert, dur dur pour les non-Hollandais quand on sait que pour nous autres étrangers, l'entrée dans les coffee shop nous est refusée... Bon sinon niveau musique, ça envoie toujours autant que la première fois (ah ce concert à Boulogne sur mer en 2005... presque 10 ans n'empêche !), un jeu de basse effarant, des riffs dans tous les sens, on reconnaît bien là le "Technico grind/death" du Colorado, en plus d'un énorme son qui les honore, quand c'est pas trop bordélique... Côté setlist, vu que ceux-ci n'ont rien sorti de nouveau depuis 2010, c'est avec joie que j'y retrouve les habituels "Divination & Volition", "Endless Cycle of Violence" et le trio final "Kill for Weed"/"Lucid Interval" et "Black Metal Sabbath" qui leur fera toujours honneur, car pour le coup, entre le masque tête de cheval, ou celui de l'oeil pour le batteur (il est magique ce masque !) c'est une bonne tranche de rigolade !
L'un des concerts du week-end si j'en crois le stand merch' qui en sera dévalisé...

Sur la Second ce sont les Tchèques de FLESHLESS qui enchaînent. Après m'avoir tapé dans les esgourdes à l'OEF et au Deathfeast l'an dernier, je m'attend à remettre ça cet après-midi. Et même si sur album, par moments le manque de basse se fait sentir, ce n'est plus le cas en condition "live". Le Death metal que délivre le quatuor m'étonne toujours autant car y reprenant subtilement tout ce qui en fait sa diversité. Entre passages "slamming" sont ajoutés des parties mélodiques bien réussies, le tout porté par une session rythmique oscillant parties "speed" ou plus brutales. De quoi s'adonner assez facilement au headbanging. Et même si le groupe ne fait pas salle comble, ceux-ci s'en donnent à coeur joie devant une prestation juste et carrée. A voir et revoir.

Retour en Main avec l'une des prestations que j'attendais le plus : GRAVE. Alors qu' "Endless Procession of Souls", le petit dernier en date (2012) signait un nouveau line-up et un dixième album, les 45 minutes imposées aux Suédois ont de quoi ravir les fans de "Swedish Old School". Alors qu'Ola Lindgren reste à grimacer derrière son micro, ce sont un Tobias (basse) et un Mika (guitare) qui sont déchaînés et n'arrêtent pas la prise de pose pour le bonheur des photographes. Un son à l'honneur dans cette grande salle pour une prestation qui relève ses promesses. Très à l'aise, le combo revient sur une carrière de plus de 20 ans et sans oublier le dernier avec "Amongst Marble and the Dead" et "Wind of Chains", s'attardent sur ce qui a assis leur notoriété: "Eroded", "Into the Grave", "Christi(ns)anity", un "You'll Never See" qui m'arrachera les cervicales et nous quittent sur un morceau de leur dernier E.P "Morbid Ascent". Y'a plus qu'à creuser maintenant...

MEATHOOK joue sur la Second. J'arrive pas à entrer dans leur "Slamming Death metal" qui manque de punch malgré de jolies parties techniques. Ne serait-ce peut-être la cause à un groupe qui manque énormément de présence sur scène... Pour la première fois du week-end, m'est donnée l'occasion de voir ce qu'il se passe à l'étage, dans la Third. SKULLHOG qui joue, son "Sludgy" bien crade, ça peut être intéressant. Je me faufile devant et le combo Néerlandais sera tout simplement la grosse découverte du week-end ! Anciens BILE, ces bouchers, si on en croit leur tablier tâchés de (faux) sang et le masque de Leatherface qui va à ravir au chanteur/guitariste tape dans le mille et présente peut-être la musique que je ne cherchais plus ce week-end ! Entre passages Grindcore et rythmiques lourdes et macabres le combo me rappelle un parfait mélange entre Necrophagia pour le côté "Horror/Gore" et COFFINS pour son côté "Cradingue/Sludge". L'ambiance café/concert et les lights rouge en rajoute une couche, au point que je resterai durant tout le show, allant jusqu'à oublier MISERY INDEX qui a commencé depuis 10 minutes sur la Mainstage ! Des bonnes grosses découvertes, j'en fais pas souvent, et j'en viens à regretter de ne pas être passé plus souvent sur cette 3e stage qui me prouve encore une fois que c'est dans les petites salles qu'on y trouve les meilleures surprises...

Allez hop, quatre à quatre je rejoins la Main, tant pis pour les photos et apprécions ce show de MISERY INDEX, l'un des groupes les plus attendus du week-end aux vues d'une salle comble ! (Oui, en fait, les 3/4 des groupes étaient plus qu'attendus ce week-end...)
Alors qu'entretemps leur nouvel album est sorti (et quel album !) j'aurais l'occasion d'en découvrir deux extraits joués en cette fin d'après-midi, et ils promettent ! MISERY INDEX sur scène c'est une machine de guerre ! Carré, technique, puissant, professionnel, je manque de superlatifs tellement le combo américain me met littéralement une tarte dans la face. Tournant surtout autour de "Heirs of Thievery", le groupe déchaîne les troupes avec un pit furieux et n'aura de cesse de nous marteler durant ces 45 minutes, un grand moment !

Jusque là que de bonnes prestations pour ce dimanche grâce à une prog' bien ficelée. Aussi si je reste qu'un titre ou deux à SEVERE TORTURE qui, tout aussi brutal que les Misery avant, se veulent plus techniques et moins "groove" et la salle comble leur fait honneur. Mais pour ma part, je me balade entre LUCIFERICON dans la Third qui déservent un Death metal old school sombre de bonne facture (ils n'ont qu'un E.P à leur actif) et leur souhaite de continuer sur cette voie pour les retrouver d'ici quelques années sur de grosses scènes.

Autant même si je n'attend pas grand chose de PESTILENCE j'y resterai tout leur set pour entendre un "Out of the Body" qui ne viendra pas. Leurs sorties en dents de scie niveau qualité, ne m'ont pas atteint même si le rendu sonore reste aussi bon que les autres groupes, le groupe est beaucoup plus statique que ceux vu auparavant, et leur setlist se concentre énormément sur leurs dernières réalisations si l'on excepte "Echoes of Death" en début de set (je crois que c'est ce qui m'a fait rester) et une sortie de scène (et de pit qui s'est vidé largement durant leur prestation) sur "Twisted Truth". Dommage, pour ma part, PESTILENCE a loupé le coche.

Petite pause resto histoire de déguster un "NDF Burger" (la viande de boeuf reconstituée m'étonnera toujours chez les Hollandais) je fais impasse sur PENTAGRAM CHILE et BLOODTRUTH (durant lesquel on aura le droit à la minute de silence en mémoire des soldats Néerlandais disparus durant la WW2) et revient alors que GORGUTS est déjà sur les planches (!) Ah oui, une heure d'attente pour manger, faut le faire !
Bref, après un premier passage qui signait leur retour il y a deux ans maintenant, avec entre autres un nouvel album en poche "Colored Sands" plutôt intéressant, les Quebecquois attirent moins de monde que je ne l'aurais cru (l'heure du repas peut-être) mais délivrent un set précis, sans fioritures qui met en avant le dernier album précité et revient sur une discographie qui plait toujours autant avec un bon Death metal des familles. Luc et sa bande sont en bonne forme et ça, ça fait toujours plaisir !

Cette soirée termine sur des reformations exceptionnelles de "vieux" groupes car après GORGUTS c'est CANCER qui enchaîne dans la second, et là vraiment la salle est pleine à craquer. Près de 10 minutes pour arriver aux premières loges, non sans avoir essuyé quelques coups de pieds et pourtant j'allais pas à la bousculade, mais en même temps, cette reformation exceptionnelle du combo de Thrash/Death Anglais avait de quoi : Phénoménal ! Alors que ce sont les 3 premiers albums qui sont mis à l'honneur suite à une réédition il y a peu, c'est surtout le premier album "To the Gory End" à l'honneur avec pas moins de 6 titres : "Witch Hunt", "Into the Acid", "Die Die", "To the Gory End" et "Blood Bath". Rythmiques speed agrémentés de solis à tout va, on fait un bond de presque 30 ans en arrière (j'étais pas encore de ce monde, mais merci les CD et les réeditions !) et putain que c'est bon ! Une ambiance de feu, ça headbangue et ça arrangue comme il se doit. CANCER aurait peut-être dû être mis sur la Mainstage car rarement en 3 ans, j'aurais vu cette salle aussi bondée !

Et ici pour moi se terminera le festival sur une bonne note avec DARK ANGEL. Alors qu'on pourrait les prendre pour des "intrus" sur la prog' du festival, le groupe Américain évoluant dans un registre purement Thrash, cette reformation qui fait parler d'elle (après les nombreuses autres que l'on pu observer ces dernières années) reserve tout de même son lot de surprise. Entre un public qui n'est point découragé et tout aussi fan, on a le droit à une prestation de haute volée, entre duo/solis de guitares, rythmiques bien speed et chant un peu plus "heavy" qu'à l'accoutumée, oui oui, on termine sur un groupe de Thrash. La setlist se dévoile quant à elle et laisse la place à d'excellents titres également reproduits "We have Arrived", "Time does not Heal", "Welcome to the Slaughter House" enchaîné de "Death is Certain (Life is not)" qui aura raison de moi, de mes cervicales me lâchant à corps perdu dans le pit. DARK ANGEL a été très bien accueilli et pour ma part, vu que je dois suivre mes conducteurs pour un retour mérité au pays, une belle touche finale à ces 3 jours de festival. Tant pis pour GORETRADE, l'occasion se représentera bien assez tôt !

Au final, une affiche qui valait le coup (comme tous les ans) sachant que son principal organisateur ne pensait pas remettre le couvert après avoir fêté les 10 ans l'an dernier. Pas de réelle déception à proprement parler, mais plutôt que des groupes qui confirment que le Death metal et ses confrères ont encore de beaux jours devant eux. Et c'est pas le public qui dira le contraire ! Faut continuer sur la lancée car le Neurotic Deathfest a encore de beaux jours devant lui, ainsi que ce qu'il représente, sans conteste l'un des meilleurs festivals de musique extrême sur notre vieux continent !
Je l'espère à l'année prochaine, en bonne et dûe forme !

Merci à toute la bande, les groupes rencontrés, les collègues croisés et surtout toute l'équipe organisatrice ainsi que Frank pour sa confiance année après année pour vous permettre de relater un week-end de folie en ce doux mois de mai !