CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DETROIT
Avec : Willis Drummond, Detroit
Date du concert : 13-06-2014
Lieu : Théâtre Antique - Vienne [ 38 ]
Affluence : 7500
Contact organisateur : http://www.unit-production.com
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 16 juin 2014 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart https://www.facebook.com/chartlivephotography


Après un passage remarqué au mois d'avril dans la salle du Fil de Saint-Étienne, DETROIT est de retour dans la région. La différence c'est que Saint-Étienne était l'une des toutes premières dates du groupe et qu'avec deux mois de concerts la formation a déjà bien évolué. Le public s'est très largement déplacé en remplissant quasiment ce lieu mythique et somptueux qu'est le Théâtre Antique de Vienne. C'est quasiment deux mille ans d'histoire qui sont sous vos pieds et les romains ont plutôt la réputation d'avoir construit des théâtres au potentiel acoustique remarquable. Cela se vérifie ici et ce soir. De plus, DETROIT ouvre la saison des concerts d'été et cela fait aussi son petit effet qui procure un certain plaisir que d'être ici, dans ses murs, pour ce groupe qui va jouer sous les étoiles.

C'est CANTAT lui même qui vient nous présenter le groupe de première partie, nos amis basques de WILLIS DRUMMOND. C'est une chose plutôt rare de voir la tête d'affiche présenter un groupe, rester sur le côté de scène, prendre des photos... Mais il faut dire que ce groupe a un potentiel énorme. D'habitude assez peu friand des groupes de première partie sur les grosses dates, WILLIS DRUMMOND est réellement convaincant. Son rock est énergique et personnel. La lumière du soleil couchant apporte une dimension supplémentaire à cette prestation et une touche unique qui rend les choses encore plus agréables. Les musiciens un peu crispés au début se détendent rapidement et nous offrent un show exceptionnel. Tout est vraiment là, toutes les conditions sont réunies pour nous offrir une première partie hors du commun et un groupe qui très certainement en a marqué plus d'un ce soir.

La nuit tombe doucement tandis que les techniciens installent le backline de DETROIT. Le Théâtre Antique s'est considérablement rempli. Des places étaient encore disponibles le jour même et il semblerait qu'un bon nombre de personnes se soient décidées un peu en dernière minute. Il faut reconnaître qu'avec 4 dates dans la région en l'espace d'une année peut en ralentir plus d'un. En même temps, s'il y a un concert sur ces 4, à savoir Le Fil de Saint-Étienne, la Halle Tony Garnier de Lyon, le Summum de Grenoble et le Théâtre Antique de Vienne, il me semble qu'à n'en choisir qu'une seule, j'aurais choisi celle-ci, pour le lieu. Cependant DETROIT s'est imposé tranquillement dans le paysage musical français depuis la sortie de son album. L'ex chanteur de NOIR DESIR n'a pas eu à donner des interviews en pagaille, courir les plateaux de télévision et de radio pour promouvoir son nouveau groupe. Les choses se sont faites naturellement, avec l'aide certes de SHAKA PONK qui a plus d'une fois inviter Bertrand CANTAT à le rejoindre sur différents événements comme l'émission ALCALINE par exemple. Ce soutien a donné un peu plus de visibilité à DETROIT mais les fans étaient déjà, à attendre quelque chose de neuf depuis le split de NOIR DESIR en 2010. « Horizon », l'album du groupe s'est imposé comme l'un des albums marquant de ce début d'année 2014, tranquillement mais sûrement et cela se confirme ce soir, sans équivoque. Il n'y a qu'à constater l'effervescence suscité par « Ma Muse » et « Horizon » les deux premiers morceaux joués en ce début de concert. La foule est là, observe mais réagit déjà très positivement. Les fans de l'ex groupe du chanteur ne sont pas oubliés avec « Des Visages des Figures » suivi de « A Ton Etoile » qui nous arrivent très vite. Avec une ouverture sur ces 4 morceaux imposants comment ne pas succomber aux charmes de cette musique envoûtante ? Et ce n'est pas terminé car la suite se révèle imposante ! Il n'y a qu'à constater ! Comment résister à des morceaux comme « Le Creux de ta Main », « Lazy », « Le fleuve », « Lolita Nie en Bloc », « Ange de Désolation » ou « Null & Void » ? Voici bien une liste de morceaux qui ont de quoi vous laisser totalement conquis. Bertrand CANTAT est d'autant plus imposant qu'il s'agit d'un homme de scène qui donne tout à son public, jusqu'à chuter d'ailleurs en prenant un mauvais appuis sur un retour. Vivant sa musique jusqu'au bout ce mauvais geste n’aura même pas pour effet de le déstabiliser. Une petite pause arrive au bout de ces 10 morceaux avant que le groupe revienne pour une nouvelle série de titre ouverte en acoustique par « Droit dans le Soleil ». « Un Jour en France » est intégré sur cette set-list et il se passe quelque chose d'assez inattendu. Les gens commencent à se lever par grappes dans les gradins puis c'est l'intégralité des gradins qui est debout pour chanter et danser. Cette version 2014 de ce morceau est légèrement ré adaptée mais fonctionne tout aussi bien que lorsqu'elle était jouée il y a quelques années. CANTAT n'a certes plus les mêmes capacités vocales que par le passé mais cela fonctionne évidemment très bien. S'en suivent deux morceaux encore énormes, « Fin de Siècle » et l'incontournable « Tostaky » avant un nouveau rappel. DETROIT revient pour les anthologiques « Le Vent nous Portera » et « Comme Elle Vient » avant de saluer son public qui refuse de lâcher le groupe comme ça. Le public est en plein émoi durant cet instant qui semble durer plusieurs heures. L'électricité est vraiment là et des gradins c'est absolument impressionnant de voir tous ces individus debout chantant encore le refrain de « Comme Elle Vient ». L'effet est saisissant et vous pouvez me croire, totalement unique. Il se passe réellement quelque chose puisque finalement DETROIT décide de reprendre ses instruments pour nous servir sa reprise de Léo FERRE, « Des Armes ».

Encore un concert réussi pour DETROIT. Le groupe a corrigé ses défauts en deux mois et vient s'imposer de plus en plus comme une valeur sure. Le groupe est de plus en plus soudé et nous donne à voir un spectacle saisissant et unique qu'il ne fallait en aucun cas rater ce soir-là.


Set-List DETROIT :


Ma muse
Horizon
Des visages des figures
À ton étoile
Le Creux de ta main
Lazy
Le Fleuve
Lolita nie en bloc
Ange de désolation
Null & Void

Glimmer in Your Eyes
Sa majesté
Un jour en France
Fin de siècle
Tostaky

Rappel :
Le vent nous portera
Comme elle vient

Rappel :
Des armes