CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


METALLURGICALES
Avec : T.A.N.K, SUP, BLACK RAIN, CRUCIFIED BARBARA, THE HAUNTED, DESTRUCTION
Date du concert : 07-06-2014
Lieu : Complexe Sportif - Denain [ 59 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.lesmetallurgicales.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 29 juin 2014 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Après une année en mode "Warm up", édition qui mettait en avant des groupes locaux et nationaux et donnait la possibilité d'un tremplin pour l'un d'eux; malgré la disparition de son principal organisateur, Patrick Roy il y a maintenant 3 ans et aussi la perte de quelques-unes de leur subventions; l'association Denaisienne "Nord Forge" a maintenu le flambeau et fait en sorte que celui-ci ne s'éteigne pas pour permettre de continuer à faire vivre les Metallurgicales, qui après ce warm-up reviennent avec une 6e "grosse" édition en ce début du mois de juin, toujours à la salle omnisports de Denain avec le gagnant du podium, le groupe Francilien T.A.N.K, les "locaux" de SUP et les Parisiens de BLACK RAIN pour les groupes Français, ainsi que 3 groupes européens, et pas des moindres que sont le "girlband" de CRUCIFIED BARBARA, les thrashos suédois de THE HAUNTED et pour terminer la soirée, l'un des groupes cultes du Thrash teuton : DESTRUCTION. Une journée au soleil pour 6 groupes en condition "indoor" qui promet une 6e et belle édition des Metalleux !

Les gagnants du tremplin du Warm-up de l'an dernier Think of A New Kind (T.A.N.K), sont les premiers à ouvrir devant un parterre encore peu nombreux, certains faisant encore la queue, d'autres en train de prendre le soleil ou à discuter au bar, mais je dénombre tout de même une centaine de personnes lorsque j'arrive dans la salle alors que le quintette démarre son second titre "Inhaled". C'est plutôt moderne, carré avec quelques solis bien placés par les deux guitaristes, et ceux-ci sont bien accueillis par le public qui lance déjà un moshpit dans la fosse, ce qui a pour effet de faire redoubler d'effort pour la prestation des Franciliens qui se donnent à fond. Pas totalement conquis, mais pas totalement déçu non plus, le quintette investi comme il se doit la scène, sait se mettre en avant, voire même jusqu'aux barrières de laquelle leur chanteur, Raf ira se rapprocher de la foule. Etonnament, ou histoire de pas faire décrocher les non-initiés, ceux-ci reprennent un classique de Pantera "Walk" bien éxécuté. Une très bonne entrée en matière compte tenu du temps de show qui leur est accordé (soit 30 minutes). On réentendra sûrement parler d'eux prochainement !

SETLIST : The Raven's Cry / Inhaled / T.A.N.K. 09 / Beautiful Agony / Through the Disgrace / Walk (Pantera Cover) / Cryptic Words / Disturbia / Brother in Arms.

Second groupe Français à jouer, c'est ensuite à SUP d'entrer en scène. Les Valenciennois friands de la machine à fumée me rappellent de mauvais souvenirs quant à leur passage il y a un peu plus d'un an au Splendid, mais qui n'empêche en rien la qualité des morceaux de leur Death metal plus old school que leur prédécesseurs, mais tout aussi jouissif (voire même un peu plus) . C'est devant un parterre absorbé par la musique des frères Loez, pas toujours très communicatifs et concentrés sur leurs morceau que ceux-ci nous délivrent un set sans fioritures qui commencera tout d'abord par "The Old Mirror/Incubation" (tiré de l'album du même nom) avant de revenir sur "The Cube" (1993) en entier pour nos plus anciens. Le travail de leur ingé-son (et aussi ami de longue date) y est aussi pour quelque chose car "The Cube" en live, même si je ne connais pas celui-ci sur le bout des doigts, vieillit plutôt bien et prend toute son ampleur en conditions "live". Le seul point "négatif", étant l'absence de morceaux tirés de leur dernière réalisation "Cu3e", sorti l'an dernier. J'en connais au Hellfest qui ont été servis, car nos Nordistes, pas très fans de la scène se font relativement rares en représentations...

Setlist : The Old Mirror / Incubation / Prelude / The Elevation / Soul's Speculum / 138.JP.08 / The Cube / Through the Transparent Partitions / Spherical Inner-Sides / The Accomplishment / 4TX.31B / The Dim Light.

Changement total de style pour quelque chose de plus "FM", c'est au tour de BLACK RAIN d'investir la scène Denaisienne. Vraiment pas convaincu pour un groupe que je trouve "surfait" (cf. Report au Splendid), il est vrai qu'il reste difficile pour Swan & co d'oublier leur "étiquette" de groupe de radio crochet et de les considérer comme il se doivent, d'autant que le "Glam F.M", on pourrait s'y attendre n'a pas le vent en poupe auprès d'une certaine (jeune) partie du public qui devant la scène leur font des gestes obscènes et auront pour but de faire intervenir leur manager sur scène entre deux titres "...j'ai donné ma vie pour cette musique [...] c'est à cause de petits merdeux comme vous que l'on reste dans l'ombre...", certes un beau monologue, mais c'est aussi ce qui arrive quand on fait jouer un groupe de "Hard" sur une chaîne grand public : tu récoltes des détracteurs... Bref.
On a beau dire ce que l'on veut, scéniquement parlant, tout y est : pieds de micros décorés, jeu de scène travaillé qui met en avant le guitariste et le bassiste au look glam/androgyne, mais surtout un public très présent qui suit tout aussi bien les paroles et mimiques de Swan ("Get a Gun") que je regrette toujours presque collé derrière son pied de micro, mais qui impose tout de même un peu de respect avec un timbre de voix particulier, presque féminin, mais qui plaît aux nanas comme le prouvent les deux fans qui monteront se déhancher sur scène (mais le topless, hein, on préfère le garder pour avoir une bière gratos au bar...). Les Parisiens usent de leurs chansons les plus accessibles, mais passent limite pour des gentillets à côté des groupes qui sont à l'affiche, chose non aisée pour ce type de festival. Moi, je ne suis toujours pas convaincu, mais ce ne sera pas spécialement le cas d'une bonne part du public qui restera accroché jusqu'au bout. Un poil trop "Disney" à mon goût quoi, qui me feront plutôt aller prendre l'air et faire bronzette arrivé au deux tiers du set...

Setlist : Death by Stereo / Dancing on Fire / Bad Love Is Good / Young Blood / Get A Gun / Dead Boy / Innocent Rosie / Blast me Up / Overloaded / Rock your city / Wild Wild Wild / Burn 'N' Die.

Terminé la promotion Française, maintenant on passe à l'international ! Ce sont au tour des 4 jolies Suédoises que sont les CRUCIFIED BARBARA d'investir la scène ! Plutôt surpris l'an dernier par le côté burné de leurs chansons, maintenant je sais où sont passées celles de leurs prédécesseurs. Toujours très efficaces dans leur Hard Rock, Mia (chant/guitare lead), Klara (guitares/backing), Nicki (batterie/backing) et Ida (basse) sont toujours en place ! C'est énergique à l'image du chant de Mia, et même les chansons de leur prochain album à paraître en août que celle-ci n'hésite pas à mettre en avant "'Til Death do us Party" se calent à merveille dans leur setlist qui inclue aussi leurs 3 premiers albums. Un peu de rock'n roll influencé par ACDC, voilà ce qu'il fallait... Ca manque peut-être juste un peu d'originalité, mais très bien orchestré.

Setlist : The Crucifier / Play Me Hard / Shut Your Mouth / Sex Action / To Kill A Man / Everything We Need / Losing the Game / Sell My Kids For Rock n' Roll / In Distortion We Trust / My Heart Is Black / Rock Me Like the Devil / Into the Fire.

Après les Suédoises, on reste dans le même pays pour l'une des deux têtes d'affiche (et accessoirement qui m'a décidé à en être cette année) : THE HAUNTED. Beaucoup de mouvement dernièrement pour le groupe de Thrash entre le départ du guitariste Anders Björler (At the Gates) laissant la place à Ola Endglund (Feared) mais surtout le retour de Marco Aro (période "Made me do it"/"One Kill Wonder") après le départ de Peter Dolving (qui m'avait fait décrocher du combo après pourtant un excellent "rEVOLVEr"); ce qui signifierai une grosse partie de la setlist s'attardant sur la période "Aro" d'autant que ceux-ci qui viennent de sortir un EP "Eye of the Storm", on l'air d'être revenus à un "Crossover Thrash/Death" calibré et taillé pour la scène.
Et les mosheurs autant que les headbangers vont en avoir pour leur grade avec une température qui va monter de quelques degrés ! Car entre cet EP qui est joué en entier et qui comme je le disais plus haut et taillé pour la scène, tout autant c'est un réel plaisir d'entendre autres "99", "Bury your Dead" et "D.O.A"(que je reprendrais aussi à gorge déployée) ou encore "All Against All", "No Compromise"... Les Suédois mettent le feu au pit comme il le mettent sur scène. Côté setlist, mes prières ont été entendues et celle-ci s'attarde sur toute la période "pré-rEVOLVEr" avec juste 3 titres de "The Dead Eye" avant le rappel, excellent choix ! Aro, qui possède un chant nettement moins mélodique que Dolving en impose car sa gueulante est maîtrisé, il sait s'adresser à son public avec une joke ou deux ou pour présenter le contenu des morceaux. Seul Ola Endglund est en retrait sonoriquement parlant, même si le taf de passer derrière Anders est réussi. Du bon à prévoir pour l'avenir, avec espérons-le la même trempe que celle prise ce soir sur scène sur un éventuel prochain album !

SETLIST : Dark Intentions / Bury Your Dead / 99 / Silencer / Eye of the Storm / Trespass / All Against All / My Enemy / In Vein / Hollow Ground / Infiltrator / D.O.A. / No Compromise / Bullet Hole / The Flood / The Medication / The Guilt Trip. Rappel : Undead / Hate Song.

Allez, dernière ligne droite et petit repos du guerrier, qui se verra allongé, car la tête d'affiche des Metallurgicales (quand on connaît le penchant pour le Thrash que possèdent certains de ses organisateurs), DESTRUCTION, démarre avec un petit 30 minutes de retard... qui signifieront un set raccourci. Raccourci certes, mais intense ! Trio rondement mené par son frontman bassiste/chanteur Schmier qui peut arpenter la scène de tous sens grâce aux trois pieds de micro placés sur la scène et lui permet d'haranguer une foule en liesse, d'où on voit les chevelures virevolter ! DESTRUCTION ne fait pas dans la dentelle et associe morceaux old school tels que "Mad Butcher" ou "Bestial Invasion" qui, avec le son actuel qui colle au groupe ont plutôt une seconde jeunesse, celle de leur dernier album qui n'est pas oublié avec deux morceaux: "Spiritual Genocide" et "Carnivore" tout en mettant de côté la période "sombre" des milieux 90's. Setlist équilibrée, et même si Schmier et beaucoup plus en avant que son comparse Mike (qui lui n'a jamais quitté le navire...) celui-ci joue toujours ses morceaux avec une justesse évidente qui nous dit que même chez les plus "âgés", le Thrash a encore de beaux jours. Et tout ça avec l'appui d'une rythmique en béton menée par Vaaver, on vient à se demander pourquoi on ne les voit pas plus souvent... Concert d'un peu moins d'une heure certes, mais assez pour mettre K.O tout le monde, ça c'est sûr ! Heureusement que c'est pas moi qui conduit !
Le Thrash Allemand m'a toujours séduit et rarement déçu (si on passe les mi 90's) sur scène, et DESTRUCTION, en bonne tête d'affiche, cuir et clous n'ont fait que me le confirmer !

Setlist : Days of Confusion (Intro) / Thrash Till Death / Spiritual Genocide / Nailed to the Cross / Mad Butcher / Armageddonizer / Eternal Ban / Life Without Sense / Beyond Eternity (interlude) / Release from Agony / Carnivore / Total Desaster / Bestial Invasion. Rappel : Curse the Gods / The Butcher Strikes Back.

Une bien belle 6eme édition, qui au niveau de sa programmation laissait autant de place pour les groupes Français qu'internationaux, pour tout autant de styles et de goûts pour tout le monde ! Maintenant, il ne nous reste plus qu'à continuer à supporter les Métallurgicales, qui ont mené un travail de comm' sans fautes (Bravo Fred, maintenant tu peux souffler !), mais aussi grâce à son public, sans lequel le fest ne serait peut-être plus... On se retrouve l'année prochaine pour un nouveau warm-up, qui je l'espère, nous présentera encore de bons espoirs tels que T.A.N.K !
Merci à l' orga pour l'invit, mais surtout aux groupes, mais aussi la mairie qui fait confiance à notre public. Souhaitons beaucoup de réussite aux Metalleux !