CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


MAIN SQUARE 2014
Avec : GHOST, MASTODON, ALICE IN CHAINS, IRON MAIDEN
Date du concert : 03-07-2014
Lieu : Citadelle d’Arras - Arras [ 62 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://mainsquarefestival.fr/fr/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 09 juillet 2014 - Chroniqueur : Maulny77 - Photographe : Phil (Maulny77) https://www.facebook.com/phil.metallik


Afin de fêter son 10e anniversaire, le Main Square n'a pas hésité à organiser son festival sur 4 journées dont une dédiée à notre musique de prédilection. Au programme de cette première soirée : GHOST, MASTODON, ALICE IN CHAINS et IRON MAIDEN.

Quand GHOST débarque sur les planches, l'affluence n'est pas à son maximum. La programmation débutant à 17h15 ainsi que le jour de la semaine retenu, jeudi, font que de nombreux spectateurs n'ont pu arriver à temps pour le début des hostilités.

Papa Emeritus II et ses goules vont distiller près d'une heure de doom-metal, dans un format peu adapté à l'ambiance habituelle du groupe. Les six musiciens parés de leur costume religieux n'ont que leur qualité technique et leur composition pour capter l'attention d'un public essentiellement venu pour Eddie.
Sans effets pyrotechniques et lights, GHOST envoie un set sans extravagances, mettant en évidence une prestation scénique rodée et confirmant une formation aussi soudée que mystérieuse. Vu le temps alloué au groupe, Papa Emeritus II fait quelques interventions auprès du public et privilégie le propos musical plutôt que de grands discours. Bien que les basses aient été mises trop en avant dans le mixage et gâchées un peu le résultat global, GHOST a lancé le festival d'une belle manière.

Setlist :

01 / Year Zero
02 / Con Clavi Con Dio
03 / Elizabeth
04 / Prime Mover
05 / Stand by Him
06 / If You Have Ghosts
07 / Ritual
08 / Monstrance Clock


L'attitude des roadies sera la même durant toute la soirée, énergique et allant à l'essentiel, l'intervale entre chaque prestation sera réduit afin de maintenir l'ambiance.

Comme ses prédécesseurs, MASTODON n'aura qu'un backdrop pour épaulé sa prestation. Celui-ci reprend la magnifique pochette du dernier album "Once More 'Round the Sun". La prestation associe compositions doom et titres plus death prog. Les musiciens se partagent comme en studio les voix selon les morceaux, ils profitent pour glisser l'instrumental tôt dans le set. La qualité d'exécution est correcte, la prestation des musiciens est dynamique, il est dommage que le son ne soit pas au rendez vous. Les basse sont de nouveau omniprésentes et le mixage semble brouillon, ne mettant pas à leur juste valeur les titres du dernier opus. Le public est peu réceptif au répertoire complexe des américains, ceux ne sont pas les relances de Troy Sanders (basse) auprès de la foule qui va mettre le Main Square en liesse.
Après un show de GHOST ayant mis tout le monde d'accord, l'atmosphère redescend temporairement avant la troisième prestation du soir.

Setlist :

01 / Black Tongue
02 / Divinations
03 / Bladecatcher
04/ Crystal Skull
05 / Megalodon
06 / The Motherload
07 / Blasteroid
08 / Chimes at Midnight
09 / High Road
10 / Aqua Dementia


ALICE IN CHAINS réincarné est dans l'hexagone. Fans ou curieux, la foule est devenue plus compacte pour l'arrivée des quatre musiciens. La prestation est carrée, William DuVall assurant le chant et certaines parties de six cordes se tire d'affaire avec les honneurs. Le groupe est peu expressif, hormis Mike Inez (basse) qui headbangue tout au long du set. William DuVall et Jerry Cantrell sont quant à eux plus réservés dans leur prestation scénique, assurant le job de façon plus calme. Les musiciens maitrisent leur sujet et préfèrent parcourir leurs albums pré-reformation venant titiller "The Devil Put Dinosaurs Here" qu'à deux reprises seulement. Les artifices ne sont pas de mises, seuls la musique, la qualité sonore et la technique des musiciens suffisent à maintenir la foule attentive. Sans en faire des tonnes, ALICE IN CHAINS assure un retour agréable demandant peut-être d'un peu plus de fougue.

Setlist :

01 / Them Bones
02 / Dam That River
03 / Check My Brain
04 / Again
05/ Hollow
06 / Man in the Box
07 / No Excuses
08 / Stone
09 / We Die Young
10 / It Ain't Like That
11 / Would?
12 / Rooster


Inutile de vous préciser que l'assistance est au rendez-vous, la vierge de fer fait escale à Arras pour revisiter l'album "Seventh Son Of A Seventh Son". Dès le montage de la scène, le public est déjà conquis, puis le notes de "Doctor, Doctor" de UFO confirme la venue des six musiciens. Pas de fioritures, l'entame est directe, dynamique et puissante. Pas d'évasion inattendue dans la setlist, MAIDEN assure un show classique, épaulé d'un décor connu mais Steve Harris et ses compères ne s'économisent pas. Les lights venant tardivement, les musiciens font le spectacle sans artifices. Bruce DICKINSON n'hésite pas à communiquer en français, faisant quelques blagues au passage. Le show est rodé, laissant peu de place à l'inattendu. Que ce soient, les pyrotechniques, les apparitions d'Eddie ou les attitudes scéniques de chacun, tout est assimilé autant sur les planches que dans la foule. On peut regretter un manque de mise en danger de la part du groupe, un show coutumier... Mais la formation démontre une efficacité sans failles, une joie de partager sa musique que les années n'ont pas érodée. Un set agréable et plaisant.


Setlist :

01 / Moonchild
02/ Can I Play with Madness
03 / The Prisoner
04 / 2 Minutes to Midnight
05 / Revelations
06 / The Trooper
07 / The Number of the Beast
08 / Phantom of the Opera
09 / Run to the Hills
10 / Wasted Years
11 / Seventh Son of a Seventh Son
12 / Fear of the Dark
13 / Iron Maiden
Rappels:
14 / Aces High
15 / The Evil That Men Do
16 / Sanctuary



Pour ce dixième anniversaire, le Main Square nous a offert une affiche aussi éclectique qu'agréable 100% metal. Il est vrai que le jour retenu n'est peut-être pas des plus judicieux mais les metalleux sont venus au rendez-vous et chacun a pu apprécier son style favori.
Le manque de lights a permis de voir évoluer des formations en toute simplicité privilégiant les qualités techniques des musiciens.

En dix ans, de la Grand'Place à la Citaldelle, le Main Square s'inscrit dans la liste des festivals incontournables.