CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DOUR FESTIVAL-JOUR 3
Avec : THE CATHARSIS, CEREBRAL BALLZY, GALLOWS, CYPRESS HILL, MADBALL, SICK OF IT ALL
Date du concert : 19-07-2014
Lieu : Extérieur - DOUR [ Belgique ]
Affluence : 195000
Contact organisateur : http://www.dourfestival.be/live2014/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 31 juillet 2014 - Chroniqueur : Béné - Photographe : Béné https://www.facebook.com/BeneDuvalPhotoSijopics


C’est parti pour l’avant-dernier jour de cette 26ème édition du festival de DOUR. Direction la Cannibale Stage pour le premier groupe du jour : les britanniques de THE CATHARSIS.

Et là, histoire de mettre tout le monde d’accord, ça balance du lourd direct et je me prends une rafale de claques en pleine tête. C’est LA découverte du jour. Je ne connaissais pas le groupe je peux te dire que je vais m’en souvenir !

Morgan, au chant, est intenable, il ne tient pas en place et se donne corps et âme. Il en est de même pour le reste du groupe.
Leur prestation ne te laisse aucun répit tellement le rythme est furieusement rapide, le chant rageur et une réelle énergie émane du groupe.

Le public ne s’y trompe pas et adhère. N’en déplaise à Morgan, la belle gueule tatouée (ben quoi…je relate ce que j’ai vu hein…), descend de scène et se hisse sur la crash barrière pour mieux voir la foule et interagit directement avec elle. Inutile de te dire qu’une paire de minettes s’en est donnée à cœur joie eh eh…

Pour résumer THE CATHARSIS m’a mis une bonne claque et si j’ai l’occasion d’aller les revoir en live j’irai sans l’ombre d’une hésitation.
Je patiente un peu pour le groupe suivant. Ils arrivent et prennent place. Je n’ai jamais entendu parler d’eux je ne sais pas de quoi il retourne.

Il s’agit de CEREBRAL BALLZY. Les zicos sont bons il n’y a aucun doute là-dessus. Ils maitrisent techniquement parlant. Dommage qu’un élément vienne tout gâcher : le chanteur…

Non ne te dis pas « elle est méchante » ! Je suis juste réaliste. Pour moi ce n’est pas un chanteur, ou alors il est vraiment vraiment mauvais en live… En même temps ce qu’il a pris avant le concert ne doit pas aider. Il a débarqué en titubant, dans un état second simulant (ou pas ?) des yeux révulsés et chantant archi faux… c’était censé être du punk, c’était tout sauf du punk…

Alors j’ai pris mes clichés et je me suis sauvée. C’est vraiment triste pour le reste du groupe parce qu’ils sont vraiment doués… Je te laisse quand même la setlist :

1. Burnout
2. Insufficient Fare
3. Better in Leather
4. Another Day
5. Black Kar
6. On the Run
7. Cutting Class
8. Fake I.D.
9. Lonely Is American
10. Drug Myself Dumb
11. Be Your Toy
12. City's Girl
13. Don't Tell Me What to Do
14. Speed Wobbles
15. All I Ever Wanted
16. Downtown
17. Puke Song
18. Sk8 All Day

C’est avec une joie non dissimulée que j’accueille la fin du set. Je suis bien contente de voir arriver sur scène les mecs de GALLOWS et leur punk hardcore.

Le set démarre avec le titre « Last June » et son solo de basse juste excellent.

Wade, le chanteur et ex-Alexisonfire, ne perd pas de temps et saute de la scène pour rejoindre le public. Il chantera d’ailleurs au moins la moitié du show depuis la foule.

Il en impose Wade. Canadien, mais genre le bûcheron canadien, tatoué de partout, il ne met pas longtemps à motiver les troupes et réclame un circle pit.

Les autres membres du groupe n’ont rien à envier à leur leader, chacun étant très présent et charismatique sur scène. GALLOWS nous livre un show bien dynamique qui me réconcilie avec la journée.

1. Last June
2. Outsider Art
3. Misery
4. Everybody Loves You (When You're Dead)
5. Mondo Chaos
6. Wristslitter
7. Austere
8. Chains
9. Bad Dreams
10. Cult of Mary
11. True Colours
12. In the Belly of a Shark
13. Cross of Lorraine
14. Orchestra of Wolves

Pas le temps de s’éterniser je cours rejoindre la Last Arena. C’est la tête d’affiche du jour : CYPRESS HILL.

Alors je t’arrête tout de suite parce que je te vois déjà arriver avec tes gros sabots m’agressant d’un « Ouais Cypress Hill c’est du rap c’est pas du rock ni du métal !! ».

Stop petit(e) insolent(e) ! Sois ouvert(e) d’esprit et révise tes classiques ! Cypress Hill a fait beaucoup de collaborations avec des groupes de métal (Biohazard, Rage Against the Machine, Deftones, Sonic Youth et Pearl Jam)et ont plutôt innové dans la fusion des genres.

Donc oui on va parler de Cypress Hill. 95% des festivaliers sont massés devant la scène et hurlent « CYPRESS HILL ». Dans le photo pit c’est guère mieux et il faut jouer des coudes.

Lorsque Sen Dog et B-Real débarque sur scène le public est en liesse. Le set débute avec le classique « Get’Em up ». La foule reprend les paroles par cœur c’est juste impressionnant à voir et à entendre.

Bon je me suis quand même plus concentrée sur mes photos que sur le reste étant donné que les photographes n’étaient autorisés que pour les 3 premières chansons.

Les CYPRESS HILL vont reprendre leurs plus grands titres. Bon je ne te le cache pas, ça manquait de titres fusions à mon goût mais c’était tout de même sympa à voir.

Je ne traine pas, les vapeurs trop présentes de certaines substances pourraient avoir des effets néfastes à la longue, et je retourne vers la cannibale stage où le show va reprendre de plus belle.

J’ai tout de même attrapé la setlist au passage :

1. Get 'Em Up
2. Hand on the Pump
3. When the Shit Goes Down
4. How I Could Just Kill a Man
5. Real Estate
6. Latin Thugs
7. Tequila Sunrise
8. Insane in the Brain
9. Roll It Up, Light It Up, Smoke It Up
10. Yo Quiero Fumar
11. Dr. Greenthumb
12. Hits From the Bong
13. Drum and Turntable solo
14. Throw Your Set in the Air
15. Boom Biddy Bye Bye
16. Cock the Hammer
17. Illusions
18. Lick a Shot
19. I Ain't Goin' Out Like That

Retour donc à la Cannibale stage pour voir les New-Yorkais de MADBALL. D’entrée ça dépote, ça joue plus que bien, c’est précis et stylé.

Freddy, au chant, n’est plus à présenter tant son charisme est renommé et je confirme il est omniprésent. Oscillant d’un bout à l’autre de la scène, il semble vouloir être partout à la fois. Il y arriverait presque…

Bassiste et guitariste n’ont rien à envier à d’autres et leur jeu est carré et impose le style MADBALL. Le public est plus que réceptif et ça headbangue de tous les côtés !

Les New-Yorkais offrent un set qui répond aux attentes du public.

C’est juste un pur moment musical, rien à dire de plus c’était excellent !

1. Intro
2. Hardcore Lives
3. We the People
4. Get Out
5. The Beast
6. Smell the Bacon
7. Set It Off
8. DNA
9. Infiltrate the System
10. Look My Way
11. Born Strong
12. Lockdown
13. Doc Marten Stomp
14. It's My Life
15. Down by Law
16. 100%
17. Hardcore Pride
18. Pride (Times Are Changing)
19. Hardcore Still Lives

Le set prend fin et c’est au dernier groupe de la soirée d’envahir la scène. A nouveau du hardcore new-yorkais avec les SICK OF IT ALL !
Et contrairement à moi qui commence à fatiguée, eux, ils ont la patate ! A peine débarqués sur scène, menés de front par les frères Koller ça jumpe de partout.

Dans la lignée de Madball en un peu plus aérien scéniquement parlant, SICK OF IT ALL nous offre un set mi agressif mi mélodique, le tout allié à une énergie e une bonne humeur qui te donne le sourire.

SICK OF IT ALL c’est aussi et surtout 25ans de carrière et des titres phares, tels que « Good lookin’out », « Scratch the surface », « Death to Tyrants » ou encore « Us vs Them ».

Le public est enthousiaste et se prête volontiers aux demandes de Lou, le chanteur. Pete à la guitare est un extra-terrestre. Il saute partout, tout le temps. Et il parvient à jouer parfaitement tout en étant en l’air. Juste terrible.

1. Scratch the Surface
2. Good Lookin' Out
3. Busted
4. Clobberin' Time
5. The Innocent
6. Injustice System
7. Uprising Nation
8. My Life
9. Death To Tyrants
10. Sanctuary
11. World Full of Hate
12. Bullshit Justice
13. Step Down
14. Let Go
15. Friends Like You
16. Pushed Too Far
17. Pete's Sake
18. Built to Last
19. Call to Arms
20. Machete
21. Us vs. Them

Si je me souviens bien, Freddy fait un guest sur un morceau studio de Sick Of It All. Dommage qu’il ne l’ai pas joué ce soir. Madball étant de la partie ça aurait pu être un petit moment sympa.

La soirée et ce troisième jour s’achève donc sur cette dose de bonne humeur. Rendez-vous demain pour le quatrième jour et du heaaavy : Loudblast, Aborted, Kreator et d’autres !