CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


STONEHENGE FESTIVAL
Avec : KATALEPSY, FLESHGOD APOCALYPSE, BEHEADED, IMPALED NAZARENE, IMMOLATION, OBITUARY etc...
Date du concert : 26-07-2014
Lieu : DE BUZE - STEENWIJCK, PAYS-BAS [ Hors-France ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.stonehengefestival.nl/2015/en/homepage
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 08 août 2014 - Chroniqueur : Béné - Photographe : Béné https://www.facebook.com/BeneDuvalPhotoSijopics


Après cinq heures de route et une nuit que trop courte, je débarque donc à Steenwijck aux Pays-Bas pour le Stonehenge Festival.

Accueil chaleureux avec deux mecs qui font l’effort de nous saluer et de nous expliquer deux trois trucs en français.

On passe l’entrée et là plein de chevelus, pas de doute, vu la masse capillaire présente on y est !

On aperçoit une grande scène, il est tôt donc pas encore énormément de monde. On se balade un peu sur le site, on entend de la gratte et oh surprise une plus petite scène à l’arrière.

Un groupe est déjà en plein set alors tu penses bien on s’est précipités. Il s’agit du groupe ILLUSIONLESS. Ils ont gagné l’édition la plus récente de la Dutch Metal Battle. On prend une petite douche de death metal progressif, avec un côté un peu plus…profond ? Les lyrics s’inspirent de l’histoire, de l’art et de tout ce qui peut être en lien de près ou de loin avec ça.

En avançant dans le set, on remarque que le groupe essaie de se réinventer à chaque morceaux et les influences black sont indéniables.
Melle, au chant, se donne et ses comparses suivent, leur énergie est une belle bouffée d’air et commencer un fest sur une performance d’une telle qualité ça fait plaisir !

Une fois le set terminé j’attrape au passage un « program guide ». La grande scène est donc la XX PODIUM et la plus petite la STONEHENGE.

Rendez-vous donc maintenant à la XX PODIUM pour le groupe suivant ANARCHOS. Les hollandais vont tenter de motiver les trouves avec 6 titres. Succès mitigé. Personnellement j’ai eu beaucoup de mal à adhérer. Le côté limite caricatural du chanteur m’a gênée, et je n’ai pas vraiment apprécié la voix.

Musicalement c’était déjà autre chose, chacun est précis, ça joue bien on a eu quelques soli de guitare plaisants au cours de ces six morceaux :

1. Morbid Ways To Decay
2. The Great Black Death
3. Anointing Of The Sick
4. Doom Of The Necroslaughter / Sarggeburt
5. Cursed Gift
6. Tales Of The Mutilated Remains

BODYFARM s’installe sur la STONEHENGE. C’est parti pour un set façon old death metal. Très bon groupe que ces hollandais. Ils jouent à domicile et des fans assidus ont suivi. On entend des cris et des interpellations dans le public. Des cris résonnent quand débute l’intro. Le groupe débute ensuite avec l’excellent « Unbroken ».

Les titres qui suivent n’en sont pas moins tout aussi bons. Riffs accrocheurs, énergie, ça blaste, bref tous les ingrédients nécessaires. Cependant le set est un peu trop court à mon goût, on reste un peu sur notre faim :

1. Intro
2. Unbroken
3. Frontline Massacre
4. Demons of the cross
5. The coming scourge
6. Tombstone crusher
7. The well of decay
8. Slaves of war
9. I am the war

ENTRAILS prend possession de la XX PODIUM. Les suédois vont nous servir un death metal à l’ancienne qui leur sort des tripes. Soyons honnêtes, il n’y a rien de bien novateur dans tout ça. Mais ils maitrisent tellement bien leur sujet qu’on ne peut pas leur en vouloir et on ne peut pas ne pas aimer. On a l’impression de faire un bon de 15 ans en arrière et c’est bon.

1. The Tomb Awaits
2. Unleashed Wrath
3. Blood Red
4. Bloodhammer
5. Headless Dawn
6. Eaten by the Dead
7. Voices
8. In Pieces
9. Berzerk
10. Carved to the Bone
11. To Live is to Rot
12. Crawling Death

Retour sur la Stonehenge. Là on grimpe d’un level quand même. J’ai pris THE claque dans mes dents. Je peux même te dire que j’ai passé un moment à les ramasser (métaphore pour dire que j’ai mis un moment à m’en remettre, je t’explique parce que c’est le weekend et il est possible que tu ais abusé de la bière).

Cette grosse claque je l’ai prise par les russes de KATALEPSY. Juste énorme! Du death bien brutal qui envoie ! Là tu as juste envie de poser ton reflex et d’aller jumper et pogoter avec les autres.

On commence avec le morceau « Gialo », Igor au chant arpente la scène comme un fou et vas-y que ça jump synchro avec les autres.
C’est juste un pur régal. Mes tympans et mes yeux me criaient « MERCI !MERCI ! » (c’est faux hein…).

Pour résumer KATALEPSY ça fait mal aux dents, ça te dégomme la tête mais sérieux…qu’est-ce que c’est bon ! Par contre, 11 titres ce n’est pas assez :

1. Intro
2. Gialo
3. Lurking in the Depth
4. Unearthly Urge to Supremacy
5. Gore Conspiracy
6. Post-Apocalyptic Segregation
7. Knifed Humility
8. Taedium Vitae
9. Rots of Fuck
10. Evidence of Near Death (E.N.D.)
11. Number Of Death (13)

A ce moment-là je n’’ai qu’une hâte : les revoir sur scène. Bientôt.

C’est SINISTER qui prend le relais sur la XX PODIUM. Accueil royal pour eux qui jouent à domicile. Au programme entre autres: « The Grey massacre », « Sadistic Intent » , « Afterburner », « Blood Ecstasy », « The macabre God » ou encore « The Carnage Ending ».
Le public, maintenant bien nombreux est enthousiaste de voir ce soir du grand SINISTER.

Groupe inconnu pour moi maintenant : BURNING HATRED. Au chant un inconnu pas vraiment inconnu : René Brugmans. En effet il est un des organisateurs du festival et aussi la personne qui m’a donné mon accred. Autant te dire que le groupe est ovationné à son arrivée sur scène. Ils vont nous jouer un death metal très old school aux influences suédoises entre autres.

Comme pour ENTRAILS rien de novateur mais quand c’est bien joué, et c’était ici le cas, ça ne fait jamais de mal. Le photographes regretteront peut-être le manque de mouvement, c’était un peu trop statique. Mais musicalement rien à redire, un bon groupe, un bon set :

1. Genocide
2. Streams of blood
3. Dying Day
4. Doomed city
5. Sheep among wolves
6. Religious insanity
7. The Rawagede Massacre
8. Deceived

Les italiens d’EYECONOCLAST enchaînent sur la mainstage avec leur trash/death metal. Je n’ai pas accroché plus que ça…contrairement au public qui lui était bien dedans.

Riffs lourds, chant pesant…limite oppressant par moment…pas ma tasse de thé.

1. Hexadecimate
2. Anoxic Waters
3. Proclaiming From Dead Dimension
4. Hallucinating in Genetic Disarray
5. Rise of the Orgamechanism
6. Overload 95653
7. Sharpening Our Blades on the Mainstream

Je retourne vers la petite scène pour voir IGORRR, le projet du français Gautier Serre. Je ne te cache pas que je suis sceptique. Mais bon…wait and see.

Sur scène un homme limite sorti des Pierrafeu ou de tout autre âge de glace, débarque sur la scène, vêtu de…guenilles( ?). Le corps et les cheveux recouverts de peinture bleue et blanche, il nous dévoile une voix digne d’un bon groupe métal. Il s’agit en fait de Laurent Lunoir, chanteur du groupe Öxxö Xööx.

Un peu plus tard, c’est la chanteuse baroque Laure Le Prunenec qui assure certaines parties de chant. Elle a une très belle voix, vraiment et ce quel que soit le type de chant.

Par contre j’ai vraiment du mal sur le mélange électro-métal… ou du moins sur cette proposition-là. L’électro est trop présent… je sais que certains qualifient le travail de Gautier comme de l’art… Certes il faut oser mais ça ne m’a pas touchée…


Retour sur la XX PODIUM où les belges de BLIKSEM s’installent. Deuxième claque de la journée. Ils ont un dynamisme et un charisme hallucinant. Peggy, chanteuse de son état, est autant à l’aise dans le chant clair que guttural.

Le groupe a littéralement mis le feu au festival. Leu engouement est communicatif, le public se déchaîne. Merci à Jeroen, guitariste, pour ses mimiques idéales pour les photos.

Hâte de les revoir sur scène pour un concert ou un autre fest ! C’est à voir, et surtout à écouter !

1. Face The Evil
2. This Time
3. Disciples
4. These Tales Of Tragedy
5. Insanity's Curse
6. Unbirthmark
7. Dead End Road
8. The Life On Which I Feed
9. Stand Up and Shout
10. Circus Schizophrenia

BEHEADED enchaîne. Le set est court mais éfficace, les maltais nous livrent huit titres puissants :

1. Extortion of Benevolence
2. Scourging Repudiation
3. Elapsed in the Vortex of Extinction
4. Recounts of Disembodiment
5. Resurgence of Oblivion
6. Where Hours Etch Their Name
7. Lament of a Sordid God
8. Transcendental Iniquity

Le public manifeste sa joie de voir le groupe. C’est carré, c’est propre et maitrisé. Que dire de plus ? rien retiens juste que c’est bon et que si tu en as l’occasion, va les voir jouer.

C’est au tour de Possessed de se lancer. Du line up initial il ne reste que le chanteur, qui est en fauteuil suite à un accident d’arme à feu. Sa passion pour le death est par contre intacte et il va se donner à fond et headbanguer comme un forcené du début à la fin du set !
Prestation de qualité, musiciens au point et passionnés…

Le groupe va déchaîner ses fans venus en nombre tout au long de sa performance, ceux-ci connaissant chaque mot des morceaux de la setlist :


1. Pentagram
2. Beyond the Gates
3. The Eyes of Horror
4. Evil Warriors
5. Tribulation
6. Seance
7. The Heretic
8. Twisted Minds
9. My Belief
10. Storm in My Mind
11. Swing of the Axe
12. The Crimson Spike
13. The Exorcist
14. Satan's Curse
15. Burning in Hell
16. Confessions
17. Death Metal

C’est avec une impatience non dissimulée que je me redirige vers la petite scène. Le prochain groupe c’est un peu un des groupes qui m’a donné envie de venir. IMPALED NAZARENE. J’avais envie de les voir. Et malheureusement j’ai été déçue…

Le moins que l’on puisse dire c’est que ça a perdu de sa superbe… pas de bassiste, des membres présents physiquement mais qui semblent plus absents qu’autre chose. Le chanteur plaisantera d’ailleurs en disant qu’il faut acheter l’album car ils avaient besoin d’argent, la preuve en était qu’ils ne pouvaient plus payer de bassiste…plaisanterie ou réalité ?

Bref déception et frustration pour résumer ce set… Je ne suis même pas restée jusqu’au bout…

1. Intro S.F.P.
2. 1999: Karmageddon Warriors
3. Violence I Crave
4. Flaming Sword of Satan
5. Kohta Ei Naura Enää Jeesuskaan
6. Armageddon Death Squad
7. King Reborn
8. Sananvapaus
9. Cogito Ergo Sum
10. Kut
11. Apolokia
12. Condemned To Hell
13. Pathological Hunger for Violence
14. Enlightenment Process
15. Motörpenis
16. Ghettoblaster
17. Vigorous and Liberating Death
18. The Horny and the Horned


Rendez-vous à la mainstage pour LE groupe que je voulais voir absolument : FLESHGOD APOCALYPSE. Merci au staff de la sécurité au passage qui nous a laissé passer par les backstages pour éviter qu’on se fasse marcher dessus.

Francesco Paoli, batteur, fait ses derniers réglages. Je peux t’affirmer une chose : ça promet !

Les pieds de micros sont recouverts d’un ruban noir. Un piano vintage est sur la scène. Le mec chargée de la fumée a du s’endormir sur le bouton « open ».
Une femme arrive sur scène vêtue de noir et portant un masque du type carnaval de Venise. Les italiens arrivent ensuite sous les hurlements de délire du public. Vêtements anciens maculés de sang, visages zombifiés limite vampirisés. Le set commence, FLESHGOD APOCALYPSE dans un grand jour, dans toute sa splendeur.

Francesco Paoli est une machine, il martèle ses fûts à un rythme d’enfer à coup de baguettes. Et sa pédale devait avoir mal à la fin du set. Batteur d’exception.

Le chanteur clair et madame au masque monte dans des aigus à te faire exploser des verres en cristal, tandis que Tommaso hurle dans son micro. Lorsque le groupe lance le violent et sans concession « the Violation », c’est l’explosion dans le public.

Lors d’un intermède, Tommaso sortira même la petite bouteille de vin, buvant une gorgée et narguant gentiment le public.
Un très bon set de la part des italiens : Merci.

1. Temptation
2. The Hypocrisy
3. Minotaur (The Wrath of Poseidon)
4. The Deceit
5. The Violation
6. Requiem In Si Minore
7. Pathfinder
8. Kingborn
9. The Egoism
10. Elegy
11. The Forsaking

Les new-yorkais d’IMMOLATION succèdent à FLESHGOD APOCALYPSE. Death metal toujours, IMMOLATION a offert un show précis et bien réglé. Robert Vigna à la guitare lance sa guitare dans tous les sens. Nul doute que ça joue très bien, ça envoie, mais le public se dirige lentement vers la grande scène pour le dernier groupe de la journée. Beau set des américains :

1. Kingdom of Conspiracy
2. Majesty and Decay
3. Swarm of Terror
4. Into Everlasting Fire
5. Providence
6. Indoctrinate
7. Lost Passion
8. World Agony
9. Of Martyrs and Men
10. A Glorious Epoch
11. A Spectacle of Lies
12. What They Bring
13. God Complex
14. Those Left Behind
15. All That Awaits Us
16. The Purge

C’est déjà l’heure du dernier groupe, et pas des moindre : OBITUARY. La voix de Tardy est comme le bon vin : elle se bonifie avec l’âge !
L’ambiance dans le public est à son paroxysme. La complicité entre les membres du groupe ne fait aucun doute et c’est juste un set énorme qu’ils nous offrent ce soir.

Alternant vitesse puis passages plus lents avant de rebalancer la sauce, OBITUARY ne nous laisse aucun répit !
Techniquement c’est juste et maîtrisé. C’est difficile à raconter finalement… Le titre « Inked in Blood » annonce la couleur du prochain album qui s’annonce comme une véritable tuerie !

1. Stinkupuss
2. Intoxicated
3. Bloodsoaked
4. Gates to Hell
5. Infected
6. Visions In My Head
7. Violence
8. Chopped in Half
9. Turned Inside Out
10. Body Bag
11. Back to One
12. Killing Time
13. The End Complete
14. Dead Silence
15. Inked In Blood
16. I'm in Pain
17. Slowly We Rot

Point négatif, les américains se sont fait voler leur backdrop juste après leur set. Pas très sympa ce genre d’acte…

La journée est passée à une vitesse hallucinante…sinon j’ai quand même réussi à croiser des français dans le fin fond des Pays-Bas, mais aussi les zicos d’Asphyx et d’Aborted.

A noter la sympathie du staff en général, un super accueil et un public réellement mordu de métal !

Peut-être à l’année prochaine amis hollandais !