CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


MOTOCULTOR 2014 JOUR 3
Avec : ANTICORPSE, MOBÜTU, HEADCHARGER, QANTICE, CHURCH OF MISERY, INQUISITION, KORITNI, NAIVE, OBITUARY, LOUDBLAST, IN EXTREMO, BELPHEGOR, EPICA, ARCANIA, TESTAMENT
Date du concert : 17-08-2014
Lieu : Site de Kerboulard - Saint Nolff [ 56 ]
Affluence : 17000
Contact organisateur : http://www.motocultor-festival.com/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 17 septembre 2014 - Chroniqueur : Béné - Photographe : Béné https://www.facebook.com/BeneDuvalPhotoSijopics


Nous voilà déjà arrivés au jour trois. Finalement c’est passé vraiment très vite !

ANTICORPSE a pris place sur la Dave Mustage et est chargé d’ouvrir les hostilités pour ce troisième et dernier jour.

Groupe de la scène locale, ANTICORPSE a donc pour mission de réveiller le public. Vraiment épars au départ, celui-ci va petit à petit se rassembler. Les bretons vont nous livrer un black/death vielle école efficace, dans lequel se fait tout de même ressentir un son trashy. Ils sont un peu trop statiques à mon goût, mais ça prend tout de même et leur set se boit bien.

Dommage que le public soit long à se motiver pour rejoindre les scènes, ANTICORPSE aurait mérité un peu plus d’intérêt.

C’est MOBÜTU qui enchaîne sur la Supositor Stage. Le combo va me mettre la première claque de la journée ! Y’a pas à tortiller des fesses ça envoie et pas qu’un peu. MOBÜTU c’est pas compliqué…tu prends du Motörhead, du punk, un chanteur avec des cheveux qui me rendent jalouse, une énergie de malade. Tu secoues bien fort et voilà ! Ils défendent aujourd’hui leur EP « Axl Rose is dead », à écouter de toute urgence !

Pour ceux qui n’étaient pas encore réveillés, c’est maintenant chose faite et les têtes se secouent du début à la fin.

Retour à la scène principal pour assister au set des Caennais de HEADCHARGER. Forts de 5 albums, dont le dernier « Black Diamond Snake » est sorti en avril dernier, ils sont à l’aise sur scène et n’auront aucun mal à rallier le public à leur cause.

J’ai passé un moment sympathique sans être pour autant transcendée. Leur dernier album reste cependant très bon, le meilleur des cinq selon moi, et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé certains de ses titres en live aujourd’hui.

Les parisiens de Qantice attendent leur tour sur la supositor, pour nous proposer leur symphonic power metal. Je tiens à te dire que j’ai longtemps cherché comment écrire les choses concernant Qantice de manière à ne pas être trop méchante. J’en suis arrivée à la conclusion que je ne suis pas méchante, j’émets juste un avis. Et si je suis méchante…et bien tant pis.

Déjà la tenue kitsch à souhait du guitariste m’a bloquée d’entrée. Un ensemble de cuir blanc avec des bottes de moto blanches… Bon…soit…passe encore.

J’ai ensuite vu une violoniste je me suis dit « tiens ça va peut-être être différent de ce que je peux connaître…

Eh ben non ! Le problème c’est qu’ils ont joué… Ce groupe est à lui seul tout ce que je ne supporte pas. La voix qui va chercher des notes qu’elle n’est pas capable de gérer m’a filé des acouphènes, la tenue total white du guitariste m’a provoqué un décollement de la rétine, le jeu de scène surjoué du chanteur m’a juste exaspérée… Je pense que si j’avais eu un truc lourd sous la main je l’aurais lancé… Mais tout ce que j’avais c’était mon appareil photo… Tu comprendras que j’ai renoncé…

Bref tout sauf ce que j’aime, je n’avais qu’une envie : que ça cesse. J’ai passé là les 45mn les plus longues du festival.

A ma grande surprise le public a semblé apprécier, donc tant mieux pour Qantice je dirais. Les goûts et les couleurs tu connais la suite…
Techniquement, si on isole chacun des zicos ils ne sont pas mauvais, ils sont même bons ! En particulier le guitariste. Mais Qantice c’est tout sauf mon truc tu l’auras compris…

Je me rend donc à la Dave Mustage pour voir les japonais de Church of Misery. Je ne les connais ni d’Eve ni d’Adam. Certains les qualifient comme un groupe de doom d’autres les jugent indéfinissable… Je ne sais donc pas trop à quoi m’attendre…

Ils arrivent. Le bassiste a sa basse sur les pieds (il doit coûter cher en sangle). Le chanteur arrive avec un large sourire et les doigts en « V »… Pantalons pattes d’Eph de mise…Peace and love quoi…

Le public leur réserve un accueil plus que chaleureux et s’est regroupé en masse pour assister au show des japonais.

Le set débute fort, et je dois reconnaître que sous l’aspect « on a fumé des trucs pas clairs » il y a des musiciens terriblement bons. Le bassiste joue directement sur le manche, le chanteur est habité du début à la fin. CHURCH OF MISERY fait dans le doom/stoner de qualité.

Une belle découverte et un très bon moment à ma grande surprise!

De retour sur la plus petite des deux scènes pour INQUISITION. Ils sont colombiens, basés à Seattle et font du black metal. Première surprise : ils ne sont que deux sur scène. Dagon à la guitare et au chant et Incubus à la batterie.

La voix de Dagon est particulière mais j’accroche bien. Le show est carré de chez carré, aucune communication avec le public et aussitôt le set terminé, aussitôt nos deux comparses se sont fait la malle.

Seul bémol technique : le son en début de set. Le duo est performant, tellement qu’au final on oublie au bout d’un moment qu’ils ne sont que deux. C’est froid, noir et glauque. Le public adhère, what else ?

Au total le groupe jouera huit morceaux :

1. Force of the Floating Tomb
2. Nefarious Dismal Orations
3. Command of the Dark Crown
4. Those of the Night
5. Embraced by the Unholy Powers of Death and Destruction
6. We Summon the Winds of Fire (For the Burning of All Holiness)
7. Desolate Funeral Chant
8. Master of the Cosmological Black Cauldron
9. Astral Path to Supreme Majesties
10. Infinite Interstellar Genocide

Nous avons maintenant rendez-vous avec le groupe KORITNI sur la mainstage. On passe à un autre genre musical avec un rock heavy aux sonorités blues. J’ai bien aimé la voix de Lex et le groupe fait preuve d’un dynamisme à toute épreuve. Un moment sympathique sans pour autant me marquer plus que ça.

Le moment du set restera la reprise d’ « Antisocial » de Trust en anglais façon Anthrax. Le public quant à lui était vraiment emballé et les a ovationnés.

1. Take a Long Line (The Angels cover)
2. Down at the Crossroads
3. Tv's Just a Medium
4. Money Talks
5. Antisocial (Trust cover)
6. Stab in the Back
7. Better Off Dead
8. Let It Go
9. Under the Overpass
10. Red Light Joint
11. Nobody's Home

NAIVE sont les gagnants du Headbang Contest. Pas évident de jouer entre KORITNI et avant la machine OBITUARY. D’autant plus quand on officie dans l’atmosphérique.

Pourtant NAIVE va sortir son épingle du jeu, tantôt lent, tantôt rapide. Par moments doux, par d’autres puissant. Le son des toulousains est varié mais ne laisse pas indifférent. Je dois avouer que leur son m’a touchée et sonnée envie de découvrir le groupe.

OBITUARY. Si tu as déjà vu le groupe en live tu sais très bien ce que ça veut dire. Si ce n’est pas le cas alors tu dois les voir. Le groupe originaire de Floride débarque sur la Dave Mustage sous les acclamations de la foule. Je les ai vu en juillet aux Pays-Bas et c’était déjà quelque chose, mais là ce soir c’était juste é-noooooooor-me !

On aura droit à quelques titres du nouvel album, le public en sera ravi mais se déchaînera vraiment sur les anciens titres. OBITUARY aura bien retourné le Motocultor avec un show carré. Trop ? On s’en fout… c’était bon et on en aurait bien repris un peu :

1. Stinkupuss
2. Intoxicated
3. Bloodsoaked
4. Inked In Blood
5. Body Bag
6. Visions In My Head
7. Visions In My Head
8. Violence
9. Chopped in Half
10. Turned Inside Out
11. Back to One
12. I'm in Pain
13. Slowly We Rot

C’est au tour de Stéphane Buriez et de ses acolytes d’envahir la Supositor Stage. Que dire sur LOUDBLAST que je n’aurais pas déjà dit ? Difficile… Petit bémol du show : le son pas vraiment à la hauteur… Mais qu’importe, c’est la troisième fois que je les vois depuis janvier et pourtant c’est toujours un pur plaisir pour mes oreilles.

Stéphane interpelle le public régulièrement histoire d’être sûr qu’il, je cite, « va bouger son putain de cul ». En bref encore un très bon moment, avec des zicos très en forme et contents d’être là. Du grand LOUDBLAST.

1. Intro
2. A Bloody Oath
3. The Bitter Seed
4. The Abstract God
5. Taste Me
6. Emptiness Crushes My Soul
7. From Dried Bones
8. Never Endin' Blast
9. Flesh
10. The Horror Within
11. Cross the Threshold
12. My Last Journey

De retour sur la grande scène, nous attendons IN EXTREMO. Je ne connais pas du tout ce groupe et ça va être une très bonne surprise ! Les allemands font dans le folk/médiéval metal. C’est festif et le public se laisse porter par la déferlante allemande.
Le groupe a débarqué sur scène avec tout un tas d’instruments plus bizarres les uns que les autres. Il faut reconnaitre les qualités de chacun en tant que musicien, elles sont indéniables.

Nous passerons près d’une heure avec IN EXTREMO et pourtant il semble que c’était beaucoup moins tant c’est passé vite ! Entre la musique et les costumes c’est vraiment un groupe à voir au moins une fois en live ! Une belle petite claque !

1. Rasend Herz
2. Zigeunerskat
3. Vollmond
4. Feuertaufe
5. Herr Mannelig
6. Viva La Vida
7. Unsichtbar
8. Merseburger Zaubersprüche II
9. Liam
10. Himmel und Hölle
11. Frei zu sein
12. Ai Vis Lo Lop
13. Encore:
14. Spielmannsfluch

Tout autre registre maintenant, après la fête médiévale, place à BELPHEGOR et son death/black metal. Difficile de se faire un véritable avis, la prestation des autrichiens est pourrie par un son défectueux. De plus ce n’est pas le Helmut des grands jours, sa voix n’est plus la même… récupérera-t-il seulement un jour de ses problèmes de santé ?

Visuellement c’était sympa, les corps peints façon ensanglantés…dommage que musicalement ça n’ait pas suivi…
Je suis tout de même contente d’avoir pu les voir ce soir :

1. In Blood - Devour This Sanctity
2. Angeli Mortis De Profundis
3. Impaled Upon the Tongue of Sathan
4. Gasmask Terror
5. Conjuring The Dead
6. Lucifer Incestus
7. In Death
8. Justine: Soaked in Blood
9. Belphegor - Hell's Ambassador
10. Bondage Goat Zombie

C’est le moment métal symphonique du jour avec les néerlandais d’EPICA. Jamais vu avant aujourd’hui mais on m’a beaucoup vanté leurs qualités live, et le show est à la hauteur de mes attentes. La belle Simone est souriante et s’adresse au public en français.

Les autres membres du groupe ne sont pas en reste et sourient allègrement au public. Le groupe communique beaucoup. La prestation est carrée, précise et exécutée quasi parfaitement. Le son est (enfin) bon. Bon ceux qui n’aiment pas le métal symphonique ont passé un sale moment, mais moi qui ne suis pas plus fan que ça j’ai vraiment trouvé ce set très bien.

La voix de Simone est parfaite et se pose idéalement sur les morceaux. Pas une fausse note, juste parfait. Les dix titres vont passer à vitesse gran V :

1. Originem
2. The Second Stone
3. The Essence of Silence
4. Victims of Contingency
5. Unleashed
6. Storm the Sorrow
7. Cry for the Moon
8. Sancta Terra
9. Unchain Utopia
10. Consign to Oblivion

Les américains de SIX FEET UNDER étaient supposés jouer après EPICA. Nous avons appris un peu plus tôt que leur bus est tombé en panne en Allemagne à 13h de route de Saint Nolff. La société de transport n’ayant pas réussi à leur fournir un moyen de transport de secours, le concert a donc été annulé.

L’orga a donc remué ciel et terre pour trouver un remplaçant. Et c’est le groupe ARCANIA, originaire d’Angers, qui a la triple lourde tâche de succéder à EPICA, de remplacer SIX FEET UNDER et de précéder TESTAMENT.
D’ailleurs le groupe est très heureux d’être là et le dira à plusieurs reprises, ils s’en fichent si les gens les huent ils jouent avant TESTAMENT !

Ils vont nous livrer un set très trash, plein d’énergie et de bonne volonté. Me concernant il m’aura manqué un petit quelque chose pour adhérer complètement. Cependant je leur tire mon chapeau, remplacer un groupe comme ça au pied levé c’est tout à leur honneur. De plus le fait que je n’ai pas accroché relève tout simplement de mes préférences et non de la qualité du groupe.

Le public y a, quant à lui, trouvé son compte semble-t-il puisque peu ont déserté, et la plupart ont bien soutenu ARCANIA.

Place maintenant au dernier groupe du jour, qui clôturera également cette édition du Motocultor, et pas des moindre : TESTAMENT.
Il aurait été difficile de mieux conclure ! Les américains vont secouer le Motocultor une dernière fois avec leur trash puissant et carré. Chuck est en forme, tout comme ses comparses. Le public va se déchainer sur les onze titres :

1. Rise Up
2. The Preacher
3. More Than Meets the Eye
4. Native Blood
5. Dark Roots of Earth
6. Into the Pit
7. The New Order
8. Practice What You Preach
9. Over the Wall
10. D.N.R. (Do Not Resuscitate)
11. 3 Days in Darkness

C’est précis, les américains ne laissent rien au hasard. Que ce soit Hoglan derrière ses fûts, Peterson et Skolnick aux grattes, ou DiGiorgio à la basse. Le quintet est en forme et va nous pousser dans nos derniers retranchements pour headbanguer une dernière fois.
C’est donc ainsi que se termine cette édition du Motocultor. Je tiens vraiment à remercier l’orga, les personnes de la sécurité et les bénévoles du Motocultor qui font un super boulot et, qui plus est, le font avec le sourire. Un merci particulier à François (il se reconnaîtra), pour sa gentillesse, et à Karine pour l’accréditation.

Ce fest a aussi été l’occasion de revoir certains collègues photographes et d’en rencontrer d’autres avec qui j’ai partagé de très bons moments, des déceptions (Behemoth) et des fous rires aussi.

Trois superbes journées riches en découvertes, confirmations et émotions. Maintenant repos ! Du moins jusqu'au prochain...

See ya !