CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DAGOBA
Avec : Dagoba, the mars chronicles, frontal, above the north
Date du concert : 19-09-2014
Lieu : CCO - Villeurbanne - LYON [ 69 ]
Affluence : 420
Contact organisateur : https://www.facebook.com/slhproductions
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 21 septembre 2014 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


Après une soirée métallique mouvementée mercredi 17 Septembre, Sounds Like Hell Productions à son tour va nous proposer ce Vendredi 19 au CCO de Villeurbanne une soirée qui va se révéler aussi agitée sinon plus. Même lieu donc, même chaleur, même ambiance avec des groupes différents certes, mais attirant un public encore un peu plus nombreux.
Au menu de cettee nuit, du métal et du hardcore, avec DAGOBA en promotion de son nouvel opus « Post Mortem Nihil Est », THE MARS CHRONICLES, FRONTAL et ABOVE THE NORTH. Particularité à mettre en avant,, une affiche 100% frenchie qui va nous prouver encore une fois que le métal de chez nous se porte bien, merci.

Il est un peu plus de 19heures lorsque les jeunes loups Lyonnais du hardcore mélodique ABOVE THE NORTH lâchent les décibels. Et oui, des décibels mais aussi énergie er technicité sont au rendez-vous avec ce combo qui a les dents longues et qui a tout comprit au film du hardcore frenchie. Présence scénique indubitable, qualité des compositions, interprétation pratiquement sans faille, voici un groupe qui en veut, qui travaille et qui avance à grands pas dans une certaine notoriété bien méritée pour une jeune formation. D’ailleurs, le public déjà en nombre pour leur prestation commence à se manifester physiquement durant leur set. C’est un signe qui ne trompe pas généralement, alors bonne route les gars pour vos prochains concerts en Europe, on vous souhaite que du bon, vous le méritez.

Vient le tour de FRONTAL, encore un combo Lyonnais qui a su imposer au fil des ans son deathcore progressif remplit de technicité mais aussi de groove avec des envois puissants et alambiqués. Dans cet océan technique, Diègo, frontman « char d’assaut » impose sa voix unique plus « core » que growlée » sans pour autant monopoliser les envois laissant place à certains moments à des parties instrumentales où chaque musicien peut se « lâcher ». Brutalité donc, mais aussi mélodies en fond d’écran, les guitares étant toutes « riffs » dehors bien souvent. Résultat, un choc « frontal » qui ne fera que jeter « de l’huile sur le feu » dans une assistance déjà survoltée, ça promet !
Si vous avez aimé leur récent album « Death Eaters » vous en aurez vu la démonstration live ce soir, et ce fut simplement énorme même si leur set fut amputé de deux titres, timing oblige.
Set-list en photo.

Passons maintenant à du métal dit moderne, post-métal,ou métal alternatif, comme vous voulez en fait, avec un groupe Français pas comme les autres, j’ai nommé THE MARS CHRONICLES.
Les quatre musiciens apparaissent sur scène avec des lumières crues et blafardes, et leur « look » blanchâtre des pieds à la tête surprend quelque peu au début. Mais ce qui surprend le plus, ce sont leurs compositions massives, techniques, progressives et atmosphériques. Le groupe arrive bien à capter l’attention du public, le tient dans le creux de sa main dans des passages aériens pour mieux le lâcher ensuite dans des envolées puissantes et groovy à souhait flirtant avec des rythmiques thrashisantes par exemple.
Nous remarquons la voix bien en place de Devy, chanteur/guitariste, le jeu complexe à la batterie de Morgan Berthet (qui a joué ce soir aussi avec Frontal) er le jeu possédé d’Adrian nouveau guitariste, et de Sebasrien à la basse. Leur set de 40 minutes nous a paru un peu court, mais la qualité de la prestation fut indéniable. Excellent concert donc, nous attendons la sortie prochaine de leur album après un EP de 2013 surprenant.
Set-list en photo.

Et maintenant, que va-t-il se passer avec l’arrivée des Marseillais sur les planches du CCO ?
Dire que DAGOBA était très attendu ce soir serait un doux euphémisme. En effet, avant même les premières notes du premier titre « I Reptile », nous sommes littéralement écrasés contre le bord de la scène et les retours par une marée humaine en folie. Et ce n’est pas le célèbre et classique « Man You’re Not » qui va calmer le jeu.
On reçoit de tout sur la figure, eau, sueur et stages-diving de toutes parts. Dagoba n’est jamais si bon qu’en live, nous le savions déjà, mais là nous prenons bien la mesure de leur popularité après les avoir vus ravager les scènes du Hellfest et du Motocultor cet été.
Le groupe cependant évolue dans une fumée de scène permanente et c’est un peu dommage pour nous pauvres photographes, mais bon. Le show et le public n’en souffre pas et c’est tant mieux. Ce show très chaud (facile celle-là !) a comblé une foule de plus de 400 personnes venue chercher une ambiance métallique brûlante à souhait, et ce public n’a pas été déçu du voyage.
Le gang de Marseille était donc en super forme et bien décidé à faire bouger le public Lyonnais et à « retourner » la salle selon les dires de Shawter. Et ce fut chose faite comme par un coup de baguette magique donné par notre ami Franky dérrière ses fûts. Bien entendu Werther et Z ont donné énormément de leur personne durant cette soirée infernale, bravo Dagoba !
Set-list en photo.


Bonne soirée donc encore au CCO, que dis-je énorme soirée plus précisément. Merci encore une fois à Sounds Like Hell Productions instigateurs et organisateurs de ce soir. Et merci bien entendu aux quatre groupes français qui ont démonté encore une fois le CCO, on recommence quand ?