CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SERPAIZE EN ROCK
Avec : American dog, skinny molly, marilyn & the rockin'bombs, grrrls, flayed, fabrice reynaud
Date du concert : 11-10-2014
Lieu : Foyer Serpaizan - Serpaize [ 38 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://serpaize-en-rock.over-blog.com
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 13 octobre 2014 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


Pour sa 6ème édition, le festival Serpaize en Rock en Isére, organisé par Rock n’ Bike United échappera aux intempéries, ce samedi 11 octobre étant placé entre deux dépressions humides prévues par la météo. Et ce fut bien pour les stands installés à l’extérieur du Foyer Serpaizan qui accueillaient le merchandising et le chapiteau-apèro avec le concert du guitariste Fabrice REYNAUD et ses reprises de classiques du rock et hard-rock. Du monde déjà vers 18heures dans la cour des lieux où rockers, bikers et métalleux se retrouvent dans une ambiance très… rock n’roll cela va de soi.

Et puis, dès 19heures30 le public peut entrer dans la grande salle de concert afin d’apprécier le rock dans tous ses états à l’aide de 5 formations venant de l’hexagone bien sûr mais aussi des USA pour les deux têtes d’affiche de la soirée, AMERICAN DOG et SKINNY MOLLY.

Premier groupe à monter sur scène, les locaux de FLAYED avec leur premier album « Symphony For the Flayed » sous le bras vient mettre la soirée sur les rails de façon énergique et puissante. Avec des prestations scèniques remarquées dont une en ouverture pour ORANGE GOBLIN en Juin et un set monstrueux au dernier festival SYLAK l’été dernier, le groupe fait mouche avec notamment le charismatique frontman Renato au micro.
Comme nous l’avons comprit, Flayed est un groupe qui monte, qui monte dans un registre rock/hard rock/blues 70’s avec des riffs qui tuent, un orgue hammond pour le fun et des compositions variées qui accrochent tout amateur de rock « couillu ». Si vous avez aimé ce soir, vous les retrouverez notamment le 4 Décembre prochain au Ninkasi kao de Lyon en ouverture de Lofofora, ils comptent sur vous !
Set-list en photo.

Après le rock endiablé de Flayed, voici le groupe Lyonnais de rock « dit garage » appelé GRRRLS au ¾ féminin. Mais ici nous aurons droit à du rock particulier avec ce quatuor qui semble vouloir « réinventer » le rock à sa manière tant dans l’attitude que dans ses œuvres musicales « vaginalement » incorrectes. Mais leur rock parait peut-être un peu trop compliqué et la digestion de leurs compositions décalées se veut lente et difficile, le public étant venu se régaler de binaire plus groovy et de ce fait se régale plutôt du côté du bar.
Par moments j’ai pensé au bien connu groupe Américain PRETENDERS et sa chanteuse charismatique Chrissie Hynde, par moments bien sûr… Globalement la prestation de GRRRLS fut curieuse avec des passages puissants certes, mais aussi avec des dérapages sans « queue ni tête » (sic), où une certaine frustation s’empare de nous car on nous emmène dans des impasses musicaux si je puis m’exprimer ainsi.
L’originalité à tout prix cela n’a pas de…prix, et si ce soir nous n’avons pas comprit grand’chose au film nous avons déjà retenu que les musiciens savent jouer, pour le reste…

Le public va maintenant se rapprocher plus près de la scène pour du rockabilly sauce fifties avec MARILYN & THE ROCKIN’BOMBS. Alors ce rock vintage avec contrebasse, guitare aux sonorités d’époque (THE SHADOWS ?), chanteuse au look qui tue, fait mouche dans l’assistance. Ce n’est pas « Be Bop A Lula » de Gégène, mais « be bop a Marilyn », Marilyn qui aime visiblement ce look 50’s avec fleur dans les cheveux, robe près du corps et talons, pin-up de l’époque des balbutiements du rock quoi !
Il y a aussi cette voix légèrement rocailleuse, ce déhanchement bienvenu, le tout rythmé par une batterie très présente. Alors tout y est chez ces marseillais qui nous font redécouvrir avec classe ce wild rockabilly, ce rythm’ blues remontant aux sources de notre musique préférée, bravo !


Avant de passer aux deux groupes têtes d’affiche, Fabrice président de l’asso Rock n’ Bike United procède au tirage de la tombola, une tradition des festivals Serpaize en Rock. Chaque gagnant vient retirer, soit un bon pour piercing, soit un bon pour tattoo, soir un salami, mais le gros lot est une guitare électrique qui fera bien du bruit dans la chaumière de l’heureux gagnant.

Venus de Nashville, Tennessy, les « ricains » de SKINNY MOLLY font halte à Serpaize durant leur tournée d’automne Européenne. Ici, place au rock Sudiste avec dans le line-up un ex-Lynyrd Skynyrd (Mike Estes) et un ex-Blackfoot (Jay Johnson), du lourd en somme. Oui du très lourd même avec ces dignes représentants du southern-rock qui pratiquent un rock sans concession flirtant avec la country par moments mais surtout avec le blues. Le public de ce soir se presse devant la scène enfin et touche du doigt ces légendes vivantes d’un certain style de rock où plane bien entendu les ombres de LYNYRD SKYNYRD et MOLLY HATCHETT. Ici la lourdeur du rock sudiste es palpable, vous aller suer, vous êtes partis en voyage dans ce sud mythique des « states » avec des musiciens burnés qui envoient des titres groovy et malsains. Et vous n’en avez cure même après une heure de bon son typé à souhait. Mais il se fait tard maintenant et il faut laisser la place aux autres rockers Américains de Colombus Ohio, les fameux AMERICAN DOG.

Enfin nous allons voir les « dogs » avec un second guitariste et pouvoir apprécier en live notamment des titres de leur nouvel opus « Neanderthal », album bien noté par la critique. Mais avant tout, AMERICAN DOG est un groupe à déguster sur scène avec leur hard-rock punky, gras et destructeur.
Le quatuor démarre en trombe avec le fameux « Shitkicker » suivit d’un nouveau titre « Carnivore ». La suite vous la connaissez, ça « rocke » de partout avec maintenant avec un Steve Theado soutenu par le second guitariste Vinnie Salvatore, ce qui lui permet encore plus de fantaisies guitaristiques qu’auparavant. Michael Hannon, chanteur/bassiste nous propose un « Drank Too Much » reprit en chœur par l’assistance et ne manque pas de verser sa bière dans le gosier de son acolyte Steve (j’ai pas dit alcoolique ! ». bref, c’est la fête, le hard-rock plombé des « cabots ricains » fait son œuvre, ambiance.
Et puis de titres en titres tous plus groovy les uns que les autres, il faut bien terminer ce set qui aurait pu durer encore longtemps (vu la discographie conséquente du groupe), mais l’heure tourne et il se fait bien tard maintenant, ça commence à fatiguer devant la scène. Pour finir donc on nous balance une bonne reprise de Ted Nugent, le classique « Dog Eat Dog » (figurant sur leur dernier album) C’est terminé, pas de rappel, mais vous avez eu votre dose de rock ce soir et cette nuit je pense.
Set-list en photo.


Il est presque deux heures du « mat », fin de la fête à Serpaize. Fête du rock en ces lieux qui affiche encore une belle réussite à mettre sur le compte de la super organisation des bénévoles de Rock n’ Bike United, merci ! Merci bien sûr aux formations en lice ce soir, et bien sûr au public pour l’ambiance qui fut au rendez-vous encore une fois.