CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


ANATHEMA
Avec : Mother's Cake, Anathema
Date du concert : 14-10-2014
Lieu : Ninkasi Kao - Lyon [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.lesdernierscouches.com
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 16 octobre 2014 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart https://www.facebook.com/chartlivephotography


Si depuis 1998 il y a bien un groupe qui ne m'a jamais déçu sur scène, il s'agit bien d'ANATHEMA. Je ne pouvais donc pas rater ce nouveau rendez-vous avec le groupe, comme à chaque fois que l'occasion se présente. L'évolution au fil du temps a été telle que chaque concert s'est relevé différent de son prédécesseur. Cela fera l'objet de la chronique qui va suivre.

Mais tout d'abord, nous assistons à la prestation de MOTHER'S CAKE. Ce jeune combo autrichien a débuté en 2009. Les influences du groupe sont clairement marquées par le rock progressif des années 70 mais avec une touche de rock plus actuel. En effet, certaines parties nous rappelle RAGE AGAINST THE MACHINE avec un son de basse énorme et des riffs tout à fait dignes de Tom MORELLO. L'énergie est donc bien au rendez-vous avec des contrastes assez inattendus mais tellement bien maîtrisés ! Ce groupe est au top et nul doute qu'il ira loin ! Bien entendu, certains aspects de ce set sont à revoir, comme les lumières par exemple qui manquent cruellement de maîtrise. On juge les groupes sur leur musique mais les concerts aussi sur le visuel et je trouve un peu légère la manière dont les choses ont été mises en scène. Cependant, MOTHER'S CAKE est un groupe à découvrir de toute urgence sur scène comme sur disque !

Avec les années, ANATHEMA est sérieusement devenu un groupe incontournable pour les fans de musique plus calme, plus posée. Son dernier album "Distant Satellites" en est la preuve. D'ailleurs, le groupe a pris un virage incontestable depuis "We Are Here Because We Are Here" sorti en 2010. Il avait fallu 7 années au groupe pour en venir à bout et le temps consacré à cet enregistrement avait forcément eu des conséquences sur le mûrissement musical du groupe. De puis cette sortie en 2010, on sent un groupe encore plus mûr, plus abouti et plus profond encore que par le passé. D'ailleurs, le concert de ce soir est en grande partie consacrée à l'interprétation des morceaux des trois derniers albums du groupe, à savoir "We Are Here Because We Are Here", "Weather Systems" et "Distant Satellites". C'est donc sans grande surprise que le groupe commence son set par "The Lost Song Part 1 and 2". L'effet est remarquable et prolongé sur "Untouchable Part 1 and 2". Le public a largement répondu à l'appel car le concert de ce soir affiche complet et la magie s'opère immédiatement. Je remarque d'ailleurs que le public d'ANATHEMA a changé au fil des années. Les métalleux, malgré un soutien indéfectible des médias metal, sont beaucoup moins nombreux que par le passé. Le combo a aussi évolué au sein même de son line up sans effectuer de changement dans ses membres. En effet, Daniel CARDOSO s'occupe de la majorité des batteries ce soir. En fait, de la batterie de tous les morceaux issus de "Distant Satellites". John DOUGLAS est toujours là mais son rôle est aux percussions, sur une batterie électronique. De temps à autres John DOUGLAS revient derrière les fûts tandis que Daniel CARDOSO passe aux claviers. Daniel CAVANAGH quant à lui jongle entre clavier et guitare suivant les morceaux et les passages. On assiste à de grands moments lors de ce set avec quelques titres somptueux tels que "Universal", "Closer" ou "Take Shelter". La mine enjouée, ANATHEMA clos la soirée sur un de ses classiques, "Fragile Dreams" qui me rappelle de bons vieux souvenirs !

Soirée réussie et concert d'exception ! ANATHEMA n'en finit pas de se bonifier, sur album comme sur scène. C'était encore un plaisir de les revoir et j'attends que cela puisse se renouveler encore et encore. Merci aux Derniers Couchés pour l'accueil !