CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


FALL OF SUMMER
Avec : Watain, Carcass, Sodom, Venom, Vampire, Bömbers, Impaled Nazarene, Enslaved, Borknagar, Ascension, Pentagram, Aura Noir, Cancer, Rotting Christ, Ahab, Exumer, Artillery, Bölzer, Salem, Agressor, Assassin, Mercyless, Cruxifiction, Debauchery, Code, Den Saakaaldte, Vorkreist, Can of Worms
Date du concert : 05-09-2014
Lieu : Base de loisirs de Vaires-Torcy - Torcy [ 75 ]
Affluence :
Contact organisateur : https://www.facebook.com/fallofsummer
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 23 octobre 2014 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Et voilà les vacances scolaires sont terminées (ou n'ont pas eu lieu si vous travaillez) et comme souvent signe aussi la fin de la période des festivals estivaux, on s'en doute bien. Et pourtant, en ce premier week-end de septembre, il reste des irréductibles : Le Raismes Fest en est à sa 16e édition (Bravo !) et surtout la présence de deux petits nouveaux : Le Gohelle Fest dans le bassin des Flandres, et aussi mais surtout le FALL OF SUMMER dont il va être question ici. Un difficile choix s'imposait à moi sur ce week-end entre ces 3 affiches relativement proche du Nord de la France, si on y ajoute l'habituelle braderie de Lille et ses centaines de milliers de visiteurs...
Mais revenons à nos moutons (ou nos boucs pour le coup !). Le FALL OF SUMMER c'est surtout la proximité avec la capitale (Torcy se trouve à moins de 30km de Paris), dans un cadre luxuriant (une base de loisirs), sur 2 jours et une affiche somme toute "originale" avec groupes qui ne passent que rarement voir notre "bel" hexagone (AHAB, VENOM, BORKNAGAR, SODOM ...), mais aussi une comm' en béton voire même "agressive" (j'me souviens avoir entendu ça au Motocultor 15 jours plus tôt), mais il n'empêche que lorsque l'on est sur le site, on ne peut que féliciter le travail effectué par l'équipe organisatrice.

JOUR 1 :

Hélas, parce que oui, autant commencer par là et travail oblige, mon arrivée sur le site de Torcy se fera qu'en début de soirée le vendredi... Autant dire que ça fout toujours les glandes de louper quelques groupes (ROTTING CHRIST, EXUMER (Argh !), AGRESSOR, MERCYLESS, CRUXIFICTION et AURA NOIR; tout ça le temps d'installer la tente). Un manque de signalisation pour peu qu'on aie pas de GPS, 35 minutes avant de trouver une place sur le parking, blindé, tout autant que le camping vu un poil trop petit au point que nombre de festivaliers ont préféré s'installer sur les rangées d'herbe du même parking... Un mauvais point qui malgré tout en cache un bon, la première édition du Festival rameute !!

Bref. Pour ma part donc, ça commencera à 21h45, et encore, je pique un sprint entre le camping et l'entrée du Fest car j'entend déjà commencer BORKNAGAR. Une venue plus que rare en France (le dernier ayant plus de 15 ans comme le souligne Athera (Susperia)) du groupe de Oystein Ganes Brun (Cronian) qui rend leur prestation tout simplement impossible à louper ! D'autant que le combo Norvégien démarre leur set avec "The Genuine Pulse" ("Empiricism") album avec lequel j'ai connu le groupe de Black/Viking metal, histoire de commencer ce week-end sur les chapeaux de roues. L'occasion tout autant de voir ICS Vortex sur scène (mais point de Vintersorg à l'horizon..) et d'ailleurs Athera, malgré sa bonne humeur communicative déçoit, d'autant que le son gnééral n'est pas non plus à la hauteur d'espérance... Même si la scène est un poil petite pour un groupe de cette envergure ceux-ci se prêtent plutôt bien à ce qui leur est proposé, même si le rendu est parfois un peu poussif et relèguent par exemple, le clavier au second plan alors que celui-ci est d'habitude bien présent en studio. On pourrait déplorer l'absence de morceaux beaucoup plus "black metal" du premier album éponyme, mais 45 minutes c'est peu pour revenir sur une disco non négligeable et fort intéressante. Et on ne regrettera pas l'absence de morceaux de "Epic" et "Origin" qui à l'époque m'avait fait décrocher totalement des Norvégiens... Un mal pour un bien, selon les points de vue; même si aux vues des textes et ambiances délivrées par BORKNAGAR, la mainstage et sa plage au bord du lac de Torcy aurait certainement donné un plus non négligeable. Côté son, j'espère ne pas en rester là...

SETLIST: The Genuine Pulse / Oceans Rise / Epochalypse / Ruins Of The Future / Ad Noctum / The Eye Of Oden / Frostrite / Universal / The Dawn Of The End / Colossus.

Ce qui suit de l'autre côté de la butte, c'est un cadre magnifique qui lors de mon arrivée signe la présence non des moindres des instigateurs du Black Metal, VENOM. Le trio de Newcastle d'ailleurs ne se fait pas attendre et nous assène d'entrée le fameux tube qui aurait "lancé" tout ça ! La masse de festivaliers présente prouve bien encore que le trio est attendu, et même si je trouve ça aussi kitsch qu'un Kiss, faut avouer qu'on se laisse prendre au jeu de Cronos ( et ses superbes bottes ) autant que pour Rage et Danté qui l'ont aidé à relancer le truc et qui pour le coup se montrent impressionants ! On s'y attend, tous les tubes y passent de "Welcome to Hell" à "The Evil One" ou encore "In League with Satan" et "Fallen Angels" (marquant la dernière production du combo), la seule ombre au tableau étant "l'oubli" de "Countess Bathory". Mais soit, VENOM garde de beaux restes pour peu que l'on apprécie le Thrash archaïque en plein d'un show détonnant. Et ici, pas de problème (jusque là) niveau son.

SETLIST : Black Metal /Hammerhead / Bloodlust / Buried Alive / Antechrist / Hail Satanas / Pedal To The Metal / Resurrection / The Evil One / Welcome To Hell / Leave Me In Hell / Warhead / Fallen Angels / In League With Satan /Witching Hour.


IMPALED NAZARENE s'y j'en crois l'un des collègues qui faisait la route avec moi était l'un des groupes qu'il attendait. Pour ma part, sans plus. Pas toujours emballé par leurs prestations scéniques autant que par leurs albums studios, le groupe Finlandais est boudé du public, beaucoup moins présent que pour Borknagar précédemment. Leur Black/Punk brutal possède tout de même, quand on y penche bien l'oreille de bons passages, mais si l'on s'arrête à la prestation en tant que telle c'est bien en deça de ce à quoi on pouvait s'attendre (un peu comme au Motocultor il y a trois ans), un frontman très statique ainsi que des parties très brouillonnes. Je m'en retrouve à plutôt regarder du bar que de rester tout le set dans le pit, bref, un concert qui ne restera pas dans les annales du festival...

SETLIST : 1999 : Karmageddon Warriors / Flaming Sword Of Satan / Armageddon Death Squad / Steelvagina / King Reborn / We're Satan's Generation / Cogito Ergo Sum / Dystopia A.S. / Apolokia / Condemned to Hell / The Crucified / Goat Perversion / Enlightenment Process / Pathological Hunger For Violence / Ghettoblaster / Vigorous And Liberating Death / The Horny And The Horned / Sadhu Satana / Total War - Winter War .

La programmation de CARCASS est toujours un événement (tant que ce n'est pas en première partie hein...) et il est temps de les voir défendre "Surgical Steel". Superbe show avec un quatuor plus qu'en forme entre les blagues d'un Jeff Walker des grands jours et un bon choix de setlist qui voit dès le départ défiler "Buried Dreams" et "Incarnated Solvent Abuse", dur dur de prendre des photos et d'headbanguer en même temps ! Bref, celui-ci de concert se fera dans la fosse ou le sable, au choix qui d'ailleurs n'aide pas aux pogos, constatation que je me faisais quand au même moment Jeff demande "à ce que ça bouge là dedans !" Bon ben j'ai rien dit, ça répond présent ! Certes Ben Ash n'est pas au même niveau qu'un M.Amott lors des "vieux" morceaux mais se débrouille très bien lorsqu'il s'agit de défendre le petit dernier, qui à mon goût sonne tout de même très "réchauffé" ("Captive Bolt Pistol" par exemple...). Quelques medleys sont à noter et le meilleur de CARCASS y passe, sans plus rien laisser à rogner (à part peut-être l'absence de "Carnal Forge") et on a même droit à un "Reek of Putrefaction" des familles !
Y'a pas à dire, CARCASS est bel et bien en forme et à la vue du statut culte du groupe, j'en attendais pas moins. Une des affiches du week-end.

Setlist : Buried Dreams / Incarnated Solvent Abuse / Cadaver Pouch Conveyor System / Noncompliance to ASTM F 899-12 Standard / This Mortal Coil / Reek Of Putrefaction / The Granulating Dark Satanic Mills / Genital Grinder / Exhume To Consume / Captive Bolt Pistol / Corporal Jigsore Quandary /Ruptured In Purulence / Heartwork / A Congealed Clot Of Blood .
Fin de soirée oblige, le parc s'est pas mal vidé entre ceux qui rentrent sur la capitale et les autres qui s'en vont déjà au camping, mais il y a tout de même du monde à VAMPIRE. Le jeune combo Suédois envoie un Thrash/Death qui n'est pas sans rappeler le Celtic Frost des début, si seulement on entendait leur chanteur ! Les premièrs compos me laissent sceptiques, mais il faut avouer qu'arrivé à la moitié du show ça redouble d'effort, le son est un peu meilleur et moins brouillon (éternel problème de la Sanctuary) et je finis par me prendre au jeu pour une découverte intéressante. A revoir sous de "meilleures" conditions.

Il est temps d'aller se coucher dans un camping qui, étonnamment, se trouve beaucoup plus calme que celui du Motocultor (l'effet septembre peut-être?).

JOUR 2 :

Une bonne nuit de sommeil, rien de tel et un bon accueil réservé aux campeurs avec un stand petit-déj', ils ont pensé à tout ! Le temps de prendre l'apéro sous le soleil avec les collègues, d'échanger les impressions sur la première journée/soirée et de préparer le programme de ce samedi et c'est reparti ! DEN SAAKALDTE, CODE, DEBAUCHERY, ASSASSIN, AHAB, CANCER, ENSLAVED ou encore WATAIN, une journée placée sous le signe du Metal Extrême et puis surtout la présence de deux grandes pontes que sont PENTAGRAM et SODOM ! Et c'est parti !

Bon CAN OF WORMS et VORKREIST qui ont ouvert ne m'ont pas fait grand effet et entre allers-retours bar/camping, le temps passe vite ! Une question me taraude, pourquoi la Blackwater n'ouvre qu'en milieu d'après-midi?! (comme la veille d'ailleurs...)

Je prend les "armes" à DEN SAAKALDTE donc. Le combo Scandinave évolue dans un Black metal pur et dur comme savent le faire les Norvégiens et si l'on y regarde d'ailleurs de plus près, en a vu passer quelques-uns de leurs représentants Scandinaves, comme un certain Niklas (Bon, oui, lui il est Suédois...). D'ailleurs, je me plaindrai pas de son absence. Ca envoie plutôt bien, bonne base rythmique, un rendu sonore meilleur que les groupes que j'ai pu voir la veille, et comme le dit le nom du groupe : "C'est si froid !"
De quoi mettre en jambes !

Et ça continue avec CODE. Entre parties progressives et black metal, les Anglais auraient tout pour plaire si seulement on entendait le chanteur ! (Tiens ça me rappelle un groupes, euh non deux !) Parce qu'hélas, celui-ci à beau s'ébouriffer c'est un peu juste, pareillement lorsque viennent s'ajouter les backings et c'est dommage car à côté de ça, les compos, non sans rappeller les constructions de morceaux d'Enslaved, ont tout pour plaire. C'est extrême et atmosphérique par moments, au point que j'en aurais limite préféré les voir sur la Blackwater park juste à côté, en espérant que ça sonnerait un poil moins fouilli... Il n'empêche que ça plaît, le public est toujours un peu plus nombreux et devant ça secoue de la touffe, à l'image d'un bassiste déchaîné. Pareil que pour VAMPIRE la veille, une très bonne découverte, mais à revoir dans d'autres conditions...

"Tiens, c'est quoi ces bustes de femmes couverts de faux sang? -Ah, ça, c'est la déco de DEBAUCHERY !" Direct, ça donne le ton ! Les quelques bustes et mannequins qui sont placés sur le côté de la scène promettent un show "saignant". Musiciens qui ont vidé un seau de sang sur la tête, pieds de micro fait avec des crânes humains, tout y est pour la prestation des Allemands, la seconde que je vois depuis leur retour (Neurotic 2012). Depuis c'est passé en trio, ça porte toujours aussi bien son nom, mais force est de constater que c'est sympa un petit quart d'heure, après j'ai la vague impression que ça tourne en rond. Certes niveau sonore, c'est mieux que tout à l'heure, mais ça ne relève pas le niveau d'un Death metal bien exécuté mais sans aucune originalité. Et je suis pas le seul à le penser, car beaucoup comme moi irons s'occuper autrement en attendant la suite...

Et heureusement, y'a enfin de quoi se faire plaisir ! Premier concert en France en presque 30 ans d'existence (si on inclut pas le hiatus entre 1989 et 2002) les Allemands d'ASSASSIN était l'un des groupes à ne pas louper ce week-end à Torcy. Le côté "culte" de la date ramène du monde devant la la Sanctuary pour l'une des meilleures prestations sur la petite scène du festival. Setlist old school avec les 2/3 tirés de leur premier album "The Upcoming Terror" ("The last man", "Fight (to stop the Tyranny)" d'emblée) le duo de guitaristes fondateur du groupe "Micha" Hoffman et "Sholli" Scholz ont le riff qui punche et se défendent bien sur scène, un line-up renouvellé (en 2009) qui assure, tout y est pour se défouler en attendant SODOM ce soir. Deux titres tirés de "Breaking the Silence" viennent apporter une dose de fraîcheur avant de terminer sur le titre éponyme et de scander tous ensemble "Qu'est-ce qui tues?
-Assassin !". Y a plus qu'à patienter jusqu'à leur prochain passage !

Setlist : Fight (To Stop The Tyranny) /Breaking the Silence / The Last Man /Forbidden Reality / Baka / Destroy The State /Assassin.

Ca y est, il est enfin temps de passer du côté de la Blackwter (18h tout de même déjà) et le soleil est encore haut dans le ciel pour accueillir SALEM. Le quintette de Tel-Aviv (qui a tout de même plus de 25 ans de carrière) n'est accueilli que par une poignée de personnes, qui heureusement pour eux sera de plus en plus nombreux passé quelques titres, mais justement c'est là que le bas blesse, car à part la carrière et la nationalité du groupe que l'on peut saluer ainsi qu'un jeu bien structuré, ce ne sera malheureusement pas les frasques de leur chanteur Ze'ev (va jusque monter sur les échafaudages) qui sauveront le combo de l'ennui. C'est plat, rien d'intéressant à se mettre sous la dent à part peut-être un bon riff par-ci au point que je vais plutôt profiter du soleil et taper un somme sur la pelouse...

"Petite" sieste qui dura près d'une heure, car c'est réveillé par les infra-basses de AHAB qui va s'apprêter à démarrer son set, que j'ai juste le temps de me rendre compte qu' ARTILLERY est en train de donner son final sur la Sanctuary... Tant pis !

Première venue en France pour ce combo de Funeral Doom, les infrastructues ainsi que le cadre collent parfaitement à la lourdeur de leur riffs. Et même si leur chanteur/guitariste à l'air de sortir de devant ses jeux vidéos (ah, ces clichés !) et si son jeu n'est pas aussi technique et rapide qu'un Artillery ou un Assassin, il est foutrement bien orchestré par lui-même et ses musiciens et est ainsi animé par cette lenteur et ce feeling caractéristique au "Funeral Doom".
Non sans être mystique, c'est plutôt la noirceur des abysses océaniques qui nous enrobe, bercé dans l'univers d'Herman Melville ou des 20 milles sous les mers au point que si le lac de Torcy possédait son Nessie, on aurait peut-être pu le voir sortir des profondeurs pour saluer le quatuor. Pensée à François qui s'occupe de nous faire passer dans le pit photo car "2 titres par salve de photographes, ça risque de faire plus de la moitié du set... C'est ça la magie du Doom et de ces 10 minutes par morceau ! " D'ailleurs, c'est bien plus que suffisant car la scène fait immense face à un combo relativement statique, mais qui ne gâche en rien la puissance des morceaux aussi bien de "Old Thunder" et "The Hunt" (qui ferme le set) qui sonnent beaucoup plus mélancoliques alors que "Deliverance", morceau fleuve issu du dernier album en date ("The Giant") se veut un poil plus "prog".
Il n'empêche que leur prestation passe comme un harpon se plante dans le dos de la baleine et AHAB délivre l'un des meilleurs sets du week-end, pour peu que l'on aime le Doom metal et ses dérivés.

SETLIST : The Divinity of the Oceans / Old Thunder / Deliverance / The Hunt.

CANCER qui a entamé une longue tournée pour promouvoir la réédition de leur 3 premiers albums s'en va prendre d'assaut Torcy après leur passage en Bretagne cet été. Le groupe étant forcément attendu par un public amateur d'"old school death metal", ils prennent d'emblée la Sanctuary avec "C.F.C / Witch Hunt" avant de bien sûr revenir sur les 3 albums "To the Gory End", "Death shall Rise" et "The Sins of Mankind". La prestation des Anglais ressemble trait pour trait à celle donnée au Motocultor : John Walker est très communicatif et à l'aise, les musiciens qui l'entourent sont en place, et comme les autres groupes plus "old school" qui se sont succédés sur la Sanctuary le son passe bien. Le temps de reprendre du Celtic Frost : "Dethroned Emperor" en final que c'est déjà terminé. 3Eme fois que je les vois depuis leur retour et force est de constater que CANCER possède une "fanbase" bien solide !

SETLIST : Cancer fucking Cancer (C.F.C) – The Withchunt / Death Shall Rise / Into the Acid / Die Die / Tasteless Incest / To the Gory End / Bloodbath / Body Count / Hung, Drawn and Quartered / Dethroned Emperor (Celtic Frost cover).

L'enchaînement avec SODOM aurait pu être bien sympathique mais on va plutôt faire un bond dans les années 70 pour enfin découvrir le Père Bobby et sa troupe sur scène. Pas toujours évident de voir PENTAGRAM hors festival, leur programmation se devait d'être immanquable ! Et malgré quelques problèmes au niveau de l'ingé son, les Américains se font plaisir à l'image du squelletique Bobby Liebling très charmeur et communicatif, à son déhanché significatif et ... sa chemise à fleur très... "kitsch". Plus sérieusement c'est bien sa présence sur scène qui fait tout le charme du groupe, les musiciens plus en retrait si ce n'est Victor Griffin lors de ses solos rock'n roll. Une setlist plutôt bien fournie avec "Call the Man" et "Relentless". Une icone du Heavy/Doom Américain, rien de plus.

Je vais voir en curieux ASCENSION et reste hypnotisé devant leur prestation. Rien d'extrêmement original au niveau des compos, mais le combo allemand le joue à la perfection et fait planer une aura mystique sur le site (la lights bien rouge aidant forcément). Jouant sur le côté "live" de leur musique, le visuel "corpse paint", chanteur "poussiéreux", gratteux en toge et bougies provoque son effet. Les compos sont maitrisées tout comme leur son et ASCENSION tout comme leur nom méritent le même sort. L'une des découvertes du week-end doublé d'un show sans faille, à ne louper sous aucun pretexte !

Le thrash teuton est je trouve très présent sur le sol Français cette année. Entre Kreator qui jouait la veille au Gohelle Fest (ainsi qu'au Motocultor quinze jours plus tôt), Destruction au début de l'été aux Metallurgicales et Assassin un peu plus tôt dans la journée; il ne manquait plus que SODOM à l'affiche du F.o.S. Aussi tête d'affiche d'un soir comme leurs compatriotes, le trio allemand botte les fesses à quiquonque le veut et tout aussi souriant soit-il, Bernemann et son collègue Tom "Angelripper" nous assènent direct en pleine face "Agent Orange" et son côté "Blackisant" pour enchaîner avec des compos plus modernes et "Thrash". Une setlist "best of" défile avec, revus vites faits, les deux derniers albums mais restant plus axée sur ce qui a fait la notoriété du groupe, des morceaux comme "Blasphemer" ou "Outbreak of Evil" qui nous ramènent au thrash bien "méhant". Un joli enchaînement final "M-16"/"Remember the Fallen" et, emballé c'est pesé une prestation de haut vol de l'un des Big 4 teuton ! Manque plus que Tankard...

SETLIST : Agent Orange / In War And Pieces / Outbreak Of Evil / Surfin' Bird - The Saw Is The Law / Sodomy And Lust / Stigmatized / Blasphemer / City Of God / Burst Command 'Til War / M-16 / Remember The Fallen.

Alors je sais pas si c'est physique ou si c'est le second effet "SODOM", mais j'ai jamais réussi à entrer dans l'univers d'ENSLAVED, pourtant, le groupe Norvégien qui aurait mérité une place de choix sur la Blackwater se voit plutôt "rélégué" sur la Sanctuary. Mais point n'en faut pour le quintette qui se donne à fond, et heureusement, le son pas toujours potable de la 2e scène n'a fait qu'aller de mieux en mieux, ce qui permet aux appréciateurs du grouple de "Black/Prog" d'apprécier le concert (aux vues du monde présent). Mais chez moi leurs chansons, malgré le fait qu'elles soient efficacement composées, ne me déclenchent que peu d'émotions à part "Ruun", puis "Isa" en fin de set... Je reconnais par contre, une prestation sans faille des Norvégiens, qui ont leur assise dans le mileu.

SETLIST : Death in the Eyes of Dawn / Ruun / Ethica Odini / RIITIIR / As Fire swept Clean the Earth / Allfaðr Oðinn / Isa.

WATAIN qui suit derrière comme dernière tête d'affiche du week-end a sorti le grand jeu, et le show pyrotechnique, qui en met plein les mirettes d'ailleurs fait apprécier le show, la machine de guerre est en place et le set est brut. Quoique les extraits joués de "Wild Hunt" un peu plus ambiancés... Bon après le "Black metal show" c'est sympa 20 minutes. Le set est bien orchestré mais j'ai un peu l'impression que le groupe tourne en rond par moments. Bon, apparemment les habitués me disent que c'est pas la joie sur scène, ils avaient pas totalement tort...
L'appel de la tente se fait d'ailleurs sentir au début du show de BÖMBERS cover band de Mötörhead venu tout droit de Bergen (NO) et qui compte dans ses rangs Abbath, le chanteur/guitariste d'Immortal; qui à part peut-être sa notoriété reste un cover band de Mötörhead quoi... C'est bien repris, c'est le principal et je peux aller me coucher tranquille après une journée et demi bien remplie.

Un bien belle première édition que celle du FALL OF SUMMER ce week-end, basée sur deux journées ma foi fortes en surprises et en exceptions. Très bien encadré et programmé , le tout sur un site bien trouvé (le parc du lac de Torcy); le festival peut déjà se faire une petite place sur la programmation estivale hexagonale. Victimes de son succès, j'espère voir le site s'agrandir un minimum pour mieux accueillir le flot d'amateurs au niveau du camping par exemple. Une chose est sûre c'est qu'on peut compter sur eux pour nous offrir une belle affiche l'année prochaine, rendez-vous pris et encore bravo et merci à toute l'orga et les bénévoles présents.