CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


CANNIBAL CORPSE
Avec : Cannibal corpse, revocation, aeon
Date du concert : 23-10-2014
Lieu : Ninkasi Kao - Lyon [ 69 ]
Affluence : 570
Contact organisateur : http://mediatone-lyon.net
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 25 octobre 2014 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


Et bien, le death-métal n’est pas encore mort vu la nombreuse affluence (on a frôlé le sold-out) et l’ambiance mortelle qui régnait hier au soir 23 Octobre au Ninkasi Kao de Lyon avec la venue de CANNIBAL CORPSE, REVOCATION et AEON (3 formations du label Metal Blade), invités par Médiatone-Lyon.
Le temps hivernal qui règne depuis deux jours en Rhône-Alpes avait donc incité les métalleux brutaux de tous poils à venir se réchauffer en concert, et ce fut chose faite avec bien sûr des prestations de qualité qui ont pimenté la soirée que je vais vous conter ci-après.

Tout a commencé à 20 heures avec les death-métalleux Suédois AEON déjà bien rôdés en la matière depuis 15 ans et 4 albums au compteur qui sont semble-t-il les petits protégés de Cannibal Corpse soit dit en passant. Car oui, en fait AEON pratique du death-old school non pas de l’école Suédoise mais de l’école US. Et cela lui va bien même si au départ le groupe semblait bien influencé par ses aînés donc, mais aussi par DEICIDE. Il semble maintenant avoir trouvé sa voie, la route 666. De ce fait ses compositions sont varièes, sans pour autant se détourner d’une certaine agressivité originelle, d’une certaine brutalité avec des riffs lourds et accrocheurs en diable.
Le quintette Suédois à donc terrassé en une petite demi-heure l’assistance présente au Kao qui dès le départ s’est lancé dans des effusions physiques de bon aloi AEON, retenez bien ce nom, n’a donc pas déçu, au contraire, et ils est bien parti pour devenir l’un des maitres du cimetière du métal de la mort, excellente prestation pour une ouverture de soirée !

Set-list : Satanic Victory, Forgiveness Denied, Kill Them All, Aeons Black, Biblewhore, Still They pray, Forever nailed.


Avec REVOCATION, la seconde formation en lice, originaire des “states”, de Boston exactement, le death va prendre une autre tournure, plus rapide, plus groovy, plus “core” tout simplement. Alors, nous pensons à du deathcore fatalement, mais mâtiné de thrash, alors thrashcore ? Peut-être, en tous cas les « ricains » vont contribuer à transformer la fosse en terrain de jeu brutal, avec des walls of death spontanés et des stage-diving incessants (mais où est passé ma godasse ?). Leur death moderne plait donc à l’assistance n’en déplaise aux purs et durs de la vieille école qui suivent les débats et les ébats des plus jeunes de plus loin vers le bar. Mais que diable il faut bien du sang neuf dans ce métal qui ne veut pas mourir ! Alors sachons apprécier (ou pas) les soli incroyables, les dérives prog des musiciens et la présence musclée du frontman qui maitrise bien la scène sans fatigue aucune.
Le groupe nous secoue sans cesse et fait mouche fatalement avec des compositions où les mélodies sous jacentes percent le mur des riffs pachydermiques de leurs aînés pionniers du death. En 10 ans, ceux de Boston n’ont pas faibli avec 5 galettes qui ont défié la chronique, dont le petite dernière « Deathless » qui vient de paraitre.
Signalons enfin, sortant du lot, la prestation du guitariste virtuose David Davidson qui nous éclabousse de son talent et donne au groupe la dimension technique qui lui fallait, et de ce fait le set de ce soir fu donct éblouissant et prometteur. Jusqu’où le groupe va-t-il aller dans son ascension faisant fi des modes et autres étiquettes du style ?

Set-list : The Hive, Teratogenesis, Deathless, Dismantle the Dictators, Fracked, Madness Opus, No Funeral.

Un peu plus de temps sera nécessaire maintenant pour installer la scène avant l’arrivée du groupe culte de death-métal Américain, le fameux CANNIBAL CORPSE qui va débarquer, là tout de suite devant nous avec sous son bras son dernier “méfait” en date “A Skeletal Domain”.
Alors, quand Georges Fisher, Pat O’Brien, Rob Barrett, Paul Mazurkiewicz et Alex Webster passent près de chez vous, quelle est votre réaction ? Et bien vous y allez tout simplement, sans vous poser de question, vous les death-métalleux invétérés, vous les adeptes du brutal death qui-tue-la-mort, mais vous aussi amateurs de frissons gore , amateurs de « bidoche » contre les murs, mais aussi vous les curieux, les punks de toutes crêtes, tous unis dans le même bain de sang brutal et sans fioritures.
Alors me direz-vous, Cannibal c’est toujours la même chose, un rouleau compresseur, une machine à riffs de tueurs qui vous écrabouille ce qu’il vous reste de neurones à chaque fois. Peut-être, mais avouez que depuis 25 ans, ceux de Buffalo, New-York arrivent toujours à vous intéresser d’albums en albums, de concerts en concerts car n’est-ce pas dans les plus vieux chaudrons du métal de cimetière que l’on mijote les meilleures recettes de tripes et autres abats ?
Quant au menu boucherie de ce soir il fut élaboré à base de morceaux issus du nouvel opus évidemment comme « Kill Or Become » impitoyable, « Sadistic Embodiment » très thrash, et « Icepick Lobotomy » sans pitié (sic). En ouverture du show des titres de l’album « The Bleeding » (1994), « Staring Through The Eyes Of The Dead », Fucked With A Knife » et Stripped, Raped and Strangled » (tout un programme !) nous ont été servis en aperitif. Bref, en 1heure 15 minutes nous avons eu droit à 19 “joyeusetés” gore, morbides et putrides, 19 titres pour nous gaver de charcuteries frelatées.
Niveau musique, le groupe a donné une prestation puissante et assez énorme, une des meilleures prestations du groupe qu’il m’ait été donné de voir depuis longtemps avec une formation au meilleur de sa forme actuellement mais qui se doit de passer en tête d’affiche. Car souvenez-vous de la déception de voir Cannibal pour 40 petites minutes en ouverture de CHILDREN OF BODOM le 20 Juin 2012 au Fil de St-Etienne (42). Mais ce soir tout est lavé dans le sang et Cannibal a remis les pendules de la mort à l’heure et à l’honneur, prestation coup de cœur sans aucun doute !

Set-list : Staring Through the Eyes Of The Dead, Fucked With a Knife, Stripped, Raped and Strangled, Kill or Become, Sadistic Embodiment, Icepick Lobotomy, Scourge of Iron, Demented Aggression, Evisceration Plague, Dormant Bodies Bursting, Addicted To Vaginal Skin, The Wretched Spawn, Pounded into Dust, I Cum Blood, Disposal of the Body, Make Them Suffer, A Skull Full of Maggots, Hammer Smashed Face, Devoured by Vermin.

Que dire de plus après cette soirée où le metal de la mort a fait son oeuvre? Pas grand’chose en fait. De toute façons ce concert restera dans les annales du Kao de Lyon avec cette ambiance de « ouf » et ces trois formations énergiques qui nous ont plaqués contre les murs de la salle durant plus de trois heures. Merci à tous les musiciens pour ces prestations sans faille. Merci également à Médiatone encore une fois pour son « à propos », on recommence quand ?