CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SKIP THE USE
Avec : Skip The Use, Taïni & Strongs
Date du concert : 13-11-2014
Lieu : Transbordeur - Lyon [ 69 ]
Affluence : 1 800
Contact organisateur : http://www.eldorado.fr
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 15 novembre 2014 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart https://www.facebook.com/chartlivephotography


Direction Lyon ce soir pour ce qui sera pour moi une première. J'ai entendu beaucoup de bien de SKIP THE USE sur scène ces derniers temps. Il s'agit d'un groupe qui certes passe en radio mais comme bien d'autres formations, ce qui passe à la radio n'est pas forcément représentatif de ce qui constitue l'ADN  d'un groupe. Avec ses bases punks, il est évident que cette formation venue du Nord a bien d'autres choses à nous montrer que des morceaux pop rock tel que le fameux « Ghost ».

Ce sont les lyonnais de TAÏNA & STRONGS qui ouvrent cette soirée. Après un premier album sorti en ce début d'année, le groupe est déjà en pleine expansion. Les concerts s’enchaînent sans relâche pour cette toute jeune formation. Le groupe est très à l'aise sur cette grande scène et on se dit que toutes ces prestations lui ont déjà apporté pas mal de bénéfices. Le style pop rock du groupe n'est certes pas aussi rock que celui de la tête d'affiche mais quelques riffs viennent cependant bien secouer le poirier de temps à autre. L'ensemble passe très bien.

En à peine 5 ans, SKIP THE USE s'est imposé sur la scène française. Il faut dire que le single « Ghost » les a fortement aidés, notamment par sa très grosse diffusion sur les radios. A l'instar d'un SHAKA PONK, SKIP THE USE impose son style alternatif combinant des éléments issus de styles multiples. Il semblerait que la mouvance actuelle soit à l'éclatement des frontières prédéfinies et c'est tant mieux. On prend un peu le meilleur de tout pour l'arranger à sa sauce et se fabriquer sa propre identité. L'avantage, c'est qu'on risque de toucher un peu plus de monde ! Après une rapide introduction, SKIP THE USE entame un « 30 years » détonnant suivi d'un « Nameless World » tout aussi efficace. Le groupe aime le gros rock comme en témoigne « PIL ». On sent ses bases punk dans ce style de titres tandis que « Cup Of Coffee » nous ramène immanquablement à des bases ska/reggae nettement plus prononcées. Mat assure de toute manière des parties chant réellement impressionnantes. En plus d'être un frontman hors du commun, ses capacités vocales sont bien réelles. Pour l'anecdote, après être descendu dans un peu plus près de la foule, il passe près de moi et repère mon t.shirt d'ANATHEMA et me fait un signe du pouce pour me montrer qu'il apprécie. Une fois remonté sur scène et le morceau terminé, il se lance dans un petit discours et montre au public comment faire le signe des cornes avec les doigts et le groupe se lance dans une reprise de « Run To The Hills » d'IRON MAIDEN. La petite vidéo qui accompagne ce report témoigne justement de ce moment et nous montre aussi un homme capable de s'adapter à la perfection dans n'importe quel style de rock ou de reggae et même de metal ! Et en tant que frontman, l'énergie est incroyable ! Quand il tient la foule, il la tient et quand il s'agit de lancer les gens dans un jeu qui consiste à les faire aller de droite à gauche puis de gauche à droite ou de lancer un fameux wall of death, cela fonctionne ! Un wall of death dans un concert de SKIP THE USE, si je m'attendais à ça ! Les death metalleux et les coreux ont du souci à se faire pour remonter la barre de l'extrême ! Vous l'aurez compris, le show est parfaitement maîtrisé ! Tant au niveau de la prestation que de la mise en scène. Le décor est somptueux, jouant avec la salle elle même en utilisant la tuyauterie du transbordeur comme décor en y ajoutant les propres lumières du groupe. Il y a quelque chose de RAMMSTEIN dans cette ambiance visuelle. Et pour la musique, retour aux racines punks avec « You Are » et « Ghost » prend des allures qui ne passeraient pas à la radio avec ces inspirations bien plus rock que l'originale. SKIP THE USE conclue son show avec «Être Heureux » interprété par Mat seul à la guitare avant de revenir pour un rappel composé de « Hell Parade », « Bullet », « Birds Are Born To Fly » et « Bastard Song ».

Il n'est pas étonnant de voir ce groupe prendre de telles dimensions lorsque l'on assiste à l'un de ses concerts. L'énergie est éclatante et l'humour bien au rendez-vous. Il n'y a rien à redire sur ce set impeccable !

Intro / 30 Years / Nameless World / Antislavery / Cup Of Coffee / PIL / Give Me Your Life / Off Me / The Wrong Man / People In The Shadow / You Are / Gone Away / The Story of Gods and Men / Ghost / Être Heureux / Encore: Hell Parade / Bullet / Birds Are Born To Fly / Bastard Song