CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


LINKIN PARK
Avec : Of mice & men, linkin park
Date du concert : 16-11-2014
Lieu : Palais omnisports de paris bercy - Paris [ 75 ]
Affluence : 20.000
Contact organisateur :
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 28 novembre 2014 - Chroniqueur : sarvgot - Photographe :


Ce 16 Novembre 2014, les néo-metalleux de LINKIN PARK investissent un Paris Bercy quasi-complet pour cet unique et exceptionnel concert français, programmé lors du HUNTING PARTY TOUR. Une tournée qui leur permet de défendre leur dernier album en date, THE HUNTING PARTY. Probablement l’un de leur meilleur album à ce jour, qui, preuve en sera donnée ce soir, est taillé pour la scène. Chester et sa bande nous livre une prestation de haute volée, qui fait vraiment plaisir à voir.

A 19h30, les hostilités sont lancés par le groupe de Metalcore OF MICE & MEN, d’autres californiens choisi par LP pour assurer leur première partie. Sur 30 minutes allouées pour leur prestation, OM&M parvient aisément à se mettre le public parisien dans la poche. Le set est carré, bien exécuté et le chanteur sait haranguer la foule, plus communicatif qu’un Chester Bennington. Le public se fait entendre dés qu’on lui demande s’il est bien venu voir Linkin Park. Chauffé à Blanc, remonté, Bercy n’attend maintenant que le sextet californiens. 45 minutes plus tard, l’intro retentit, LP s’installe, GUILTY ALL THE SAME entame le set. les prochaine 105 minutes resteront dans les annales, ce concert sera tout simplement une claque pour les 20.000 personnes présentes ce soir.

Le son est puissant, plutôt bien calibré même si les guitares et batterie se taillent la grosse part du son. Chester n’est pas en reste, sa voix est parfaitement audible, toujours juste et puissante. Le bougre n’arrête pas de bouger sur la scène du palais omnisports et sait tenir ses lignes de chant. Classe. Cette première partie de concert fait monter la température, jusqu’à un break électro (BLACKOUT) qui permet cette fois-ci à Mike Shinoda de se mettre plus en avant. On en profite pour admirer le jeu de lumière somptueux, aux couleurs criardes, et l’aménagement de la scène grâce à ses 3 cages dont les murs font office d’écran géant.

LP met un uppercut au public sur la deuxième partie de son concert, par un enchainement de tubes : PAPERCUT, REBELLION, WASTELANDS et un triptyque LEAVE OUT ALL THE REST/SHADOW OF THE DAY/IRIDESCENT. Un medley joué dans une version calme, sur lequel Chester sait poser sa voix sans fausses notes. S’ensuivra un nouveau break, un solo de Joe Hahn, le DJ du groupe. Non content d’avoir déjà assommé le public, qui en demande toujours plus, LP nous joue l’un de ses tubes (NUMB) puis un titre phare de son dernier album : FINAL MASQUERADE. C’est l’un des 5 titres de HUNTING PARTY joué ce soir, en faisant l’album le plus représenté, de très peu avec HYBRID THEORY et METEORA, les 2 premiers albums. Comme s’il fallait une preuve du retour aux sources su groupe, délaissant ses essais plus électro de ses dernières années. Dans le public, beaucoup d’ados mais aussi des plus vieux, ayant connu les débuts des californiens et revenu au bercail grâce à cet album. La fin du concert est tubesque. SOMEWHERE I BELONG réveille le POPB, IN THE END le fait délirer, puis FAINT l’achève. Les musiciens quittent la scène sous une acclamation méritée, avant de revenir pour un rappel, en mode Transformers (NEW DIVIDE, UNTIL IT’S GONE, WHAT I’VE DONE). Le public est achevé, LP également tant l’énergie déployée était grande et faisait plaisir à voir. Le groupe se fend d’un ‘merci beaucoup’ en saluant longuement le public Français. Un public ravi de sa soirée et attendant déjà le prochain passage du groupe dans l’hexagone.


no images were found