CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SAINT VITUS
Avec : Orange Goblin, Saint Vitus
Date du concert : 25-10-2014
Lieu : Le Grand Mix - Lille [ 59 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.legrandmix.com/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 30 novembre 2014 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


En ce samedi de fin octobre, c'est devant un Grand Mix prit d'assaut dès l'ouverture des portes que j'ai à faire. Au point qu'une file d'attente d'une cinquantaine de mètres se forme assez rapidement afin de pouvoir entrer dans la dite salle et pour cause : Au printemps dernier était annoncée la venue de SAINT VITUS à Tourcoing le combo américain culte pour tout amateur de Doom Metal effectuant une tournée Européenne afin de fêter dignement les 25 ans d'un album, culte lui aussi : « Born too Late ».
Et si l'on ajoute la présence des Londoniens d' ORANGE GOBLIN en première partie avec la promo d'un nouvel album sorti il y a peu : « Back from the Abyss »; voilà de quoi nous gâter durant les vacances de la Toussaint ! « Petite » ombre au tableau,j'apprendrais dans la file que THE LUMBERJACK FEEDBACK (qui devaient présenter un nouveau set) programmés en ouverture ont été annulés en dernière minute... (Mais nos Lillois ne sont pas rancuniers, aux vues de la présence de quelques-uns de leurs musiciens). Partie remise à début décembre les concernant donc.

Mais revenons à nos moutons ! Encore un peu de monde à l'extérieur quand les Londoniens investissent la scène, mais devant un parterre qui s'avère déjà bien rempli ! (On frôle le sold-out) Et étonnamment, ceux-ci démarrent par « Scorpionica », histoire de poser l'ambiance rock'n roll des prochaines 45 minutes. Comme à leur habitude, ça groove sur scène, Ben Ward mène la danse et arrangue son public, n'hésitant jamais à les remercier d'être présent et rappellant qu'ils aiment jouer dans le Nord (leur premier passage remontant à Juin 2013 au Splendid).
Et même si pour ma part, leur dernier bébé ne m'a pas vraiment tapé dans les oreilles (trop « FM » à mon goût), les quelques extraits joués (« Heavy Lies the Crown », « The Devil's Whip » et « Into the Arms of Morpheus ») passent très bien le passage au format « live », replaçant le côté « huileux » sur les devants, mais aussi montrant la nouvelle direction prise par les Londoniens depuis « A Eulogy for the Damned »... L'autre preuve étant la présence que de 3 titres de la période pré- »Healing Through Fire » (et l'absence, à mon grand dam de « Some you Win, Some you Lose »).
Bon, je chipote, la setlist reste tout de même bien ficelée (Ah, ce « Saruman's Wish », imparable!) et c'est avec une patate d'enfer que les fans bougent du popotin ! Tout le monde à l'air de passer un excellent moment, même si hors du pit plus calme que l'an dernier, je me rends compte que nombreux sont plutôt venus pour la tête d'affiche que sa première partie de choix.
Prestation au poil, « heavy & rock'nroll » dans la joie, la bière et bien sûr la bonne humeur, j'en attendais pas moins d'ORANGE GOBLIN, rarement déçu de leurs prestations. Avec tout de même l'envie de les revoir plutôt en tête d'affiche, histoire d'étoffer la setlist!

SETLIST : Scorpionica / Acid Trial / Saruman's Wish / Heavy Lies the Crown / Blue Snow / Cities of Frost / Into the Arms of Morpheus / The Devil's Whip / The Fog / They Come Back (Harvest Skull) / Quincy the Pigboy / Red Tide Rising.

Et si il y a foule ce soir, et ça se constate au nombre de tee-shirts/vestes à patchs portés à leur effigie dans la salle, c'est bien pour rappeler la présence de SAINT VITUS à Tourcoing !
L'ambiance du Grand Mix colle parfaitement au quatuor autant par le son superbement calibré (comme d'hab' en fait) n'importe où l'on se trouve (excepté peut-être devant les enceintes hein!) que part la proximité qu'elle offre aux groupes qui y jouent.

Non content de les voir une énième fois depuis leur re-formation il y a 6 ans maintenant, mais aussi l'occasion pour Wino de revenir dans le Nord pour la 3e fois (en solo et avec Spirit Caravan l'été dernier) ; SAINT VITUS devraient nous emmener loin, très loin dans sa spirale car avec « Born too Late » joué en totalité, on pourra (ré)entendre certains des morceaux qui ont donné le statut « culte » au groupe : « Clear Windowpane », « Born Too Late » ou encore « Dying Inside », démontrant avec une certaine lourdeur que le quatuor n'est pas là pour enc... des poulets (à part peut-être Mark qui n'esquissant qui à l'air de se faire royalement chier?!). Il n'empêche que c'est vrai que la basse n'est pas non plus l'élément le plus « technique » chez VITUS, mais bien présente et indispensable pour alourdir encore plus le jeu sec et brut d'Henry, qui l'air de rien se marie parfaitement malgré ces quelques années de moins rapport aux autres. Hypnotique, Wino est en forme et pareillement Dave toujours aussi impressionnant à faire du scratch sur sa guitare, jouer avec les dents et... descendre dans les premiers rangs pour faire tâter de son manche ! C'est vrai que le combo se représente plus par ce monsieur qui à l'époque avait écrit les textes de l'album, et son jeu lorsqu'il part « en sucette » laisse abasourdi ceux qui ne l'avaient pas encore vu. D'ailleurs je pense que peu de personnes dans la salle en étaient à leur première les refrains de « Born Too Late » repris en cœur dans les premiers rangs, et même certains s'autorisent à quelques slams !
Mais l'album ne durant qu'une trentaine de minutes, à quoi on pouvait s'attendre ? Et bien ça, on pouvait s'en rendre compte à partir du moment où les morceaux n'étaient pas joués dans l'ordre du tracklisting et les quatre nous régalent en conséquence des morceaux habituels : « I Bleed Black », « Let them Fall » ou « White Stallion » et en bon rappel le titre éponyme qu'est « Saint Vitus ». J'en attendais pas moins du Saint. Et si seulement ça pouvait continuer, qu'hélas, il faut bien à un moment que le groupe quitte la scène, sous un tonnerre d'applaudissement.

SETLIST : Living Backwards / I Bleed Black / Blessed Night / Let Them Fall / White Stallions / The Troll / The War Starter / The Lost Feeling / H.A.A.G / Dying Inside / Clear Windowpane / Born too Late. Rappel : Saint Vitus.


Une bien belle soirée que celle-ci ! Le Grand Mix nous a proposé l'une des affiches les plus intéressantes du coin cette année. Entre 2 grands noms de la scène Metal, ORANGE GOBLIN continue son ascension parmi les plus grands, ces mêmes grands comme SAINT VITUS qui nous prouvent qu'un album et les thèmes qui y sont abordés peuvent être intemporels ce qui qualifie, à juste titre le statut de « culte » que l'on peut donner à « Born too Late », mais aussi au quatuor de Los Angeles.
En 3 mots, un vrai régal ! La proximité des musiciens laissant des souvenirs indélébiles à ceux qui auront pu les rencontrer après les sets....
Une fois n'est pas coutume, on donnera tort au nom de l'album car les personnes présentes ce soir, ne l'étaient pas « nées trop tard »... Ou tout du moins pour voir ce concert !

Merci à Vincent et à l'équipe du Grand Mix pour leur confiance, mais aussi aux deux groupes de m'avoir transporté durant cette soirée qui s'est avérée plus que mémorable !