CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DETROIT
Avec : Détroit, Souleymane Diamanka
Date du concert : 11-12-2014
Lieu : Halle Tony Garnier - Lyon [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.lesdernierscouches.com
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 15 décembre 2014 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart https://www.facebook.com/chartlivephotography


Soyons honnête, il est rare qu'un groupe français ou pas suscite autant d'intérêt qu'il puisse se produire trois fois dans la même région en une seule année. Il est vrai aussi que les lyonnais ont du mal à se rendre en concert à Saint-Étienne mais nombreux étaient ceux qui s'étaient rendus cet été au Théâtre Antique de Vienne pour la venue de DETROIT. Il faut dire que le lieu avait quelque chose de tout à fait incroyable et que ce concert restera gravé pour longtemps dans la mémoire de ceux qui furent présents ce jour-là. La Halle Tony Garnier n'est pas ce qu'il y a des plus intimistes pour accueillir pour une formation telle que celle-ci et pourtant là aussi il faut reconnaître que la sauce a réellement bien prise.

Souleymane DIAMANKA en première partie a fait le nécessaire aussi pour chauffer cette salle. Le style de l'artiste est pourtant bien éloigné du rock de DETROIT et encore plus de celui de NOIR DESIR. Non, Souleymane DIAMANKA vient lui aussi de Bordeaux mais ses racines sont africaines, sénégalaises pour être précis. Bertrand CANTAT l'a choisi lui pour sa poésie sans aucun doute. Mais il ne s'agit pas de la seule qualité de ce musicien. Même si je ne suis pas expert en la matière, l'homme a du style, du charisme et de la générosité. Son slam nous fait voyager durant cette grosse demi-heure.

Rares sont les retours d'artiste qui suscitent un tel émoi et comme je le disais en préambule, rares sont les groupes qui peuvent se permettre de venir plusieurs fois la même année dans la même région et faire un carton plein. DETROIT est incontestablement un groupe qui aura marqué l'année 2014. J'ai eu la chance incommensurable d'être l'un des premiers à découvrir le groupe en concert en ce début d'année à Saint-Étienne dans la salle du Fil. Si ce concert m'avait laissé une forte impression avec un degré d'intimité impressionnant, j'avais des doutes sur le fait que DETROIT puisse tenir une salle aussi grande que celle de la Halle Tony Garnier. Mais il fallait compter sur plusieurs éléments. Tout d'abord, la salle n'était dans sa capacité la plus grande. De plus, Bertrand CANTAT a un passé qui fait de lui un très professionnel. Et enfin, à force de concerts et de festivals, DETROIT a atteint un niveau professionnel tout à fait impressionnant. Les petites imperfections des débuts ont totalement disparu pour faire place à un groupe rodé mais toujours aussi heureux d'être parmi nous. Ce sentiment ne semble pas s'être amoindri avec le temps, bien au contraire même ! Certains morceaux se sont tellement rallongé pour que le public que celui-ci ne peut que se féliciter de cet échange qu'il entretient avec le groupe que le lui en rend avec tellement de générosité ! Même s'il est très bon, mettez un peu de côté le live à la Cigale qui vient tout juste de sortir en format DVD et album. Enfin, ne le mettez pas de côté trop longtemps non plus, ce n'est qu'une expression pour dire que sur scène DETROIT est absolument magnifique. Bertrand CANTAT est un musicien, un frontman, un chanteur qui fait preuve d'un charisme à toute épreuve ! En prenant de l'assurance sur cette tournée, je me demanderais même s'il ne se surpasse pas ce qu'il était au sein de NOIR DESIR. Sa générosité et son talent n'ont à l'heure actuelle que très peu d'égaux. Lorsque dans la set-list arrive, après les incontournables « Ma Muse », «  Horizon », le petit nouveau « Ernestine » et «  A Ton Étoile » la reprise des STOOGES «  Gimme Danger », l'ambiance devient totalement électrique. Reprendre un groupe à la base du punk et chanté sur l'original par Iggy POP est judicieux mais le faire avec une telle dose d'électricité devient majestueux. Bertrand CANTAT a abandonné sa guitare sur ce titre ce qui lui donne champ libre pour se donner totalement. Combien de fois a t'il failli chuter des retours sur ce morceau ? Aucune idée mais il n'est pas tombé, pas cette fois, pas comme à Vienne mais ce n'est pas passé loin. Cette façon d'être et de transcender la musique pourrait nous rappeler les grandes icônes du rocks des années 70 telles que Jim MORRISON et tous ces talents incontournables. CANTAT a la même force que ces talents-là mais avec en plus un contact avec le public qui fait de lui un imposant homme de scène. C'est le mélange parfait entre ce qui s'est fait de mieux en France avec FERRE, BRASSENS, BREL etc et à l'étranger, Jim MORRISON, Iggy POP … Un talent hors du commun... Souvenez-vous, regardez les vidéos qui traînent sur internet, regardez le DVD et dîtes moi s'il existe un groupe, un chanteur, un artiste capable de rendre la même dimension en concert avec des morceaux tels que « Le Fleuve », « Ange de Désolation », « Sa Majesté », « Fin de Siècle », « Tostaky » ou « Comme Elle Vient ». Cela existe certainement, il y en a quelques uns, mais tellement peu...

Un concert magique comme à chaque fois et je remercie LES DERNIERS COUCHES, le management et bien sur DETROIT pour cette soirée qui reste suspendue dans le temps comme à chaque fois avec ce groupe.