CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


ABORTED
Avec : Aborted-origin-exhumed-miasmal
Date du concert : 12-12-2014
Lieu : Divan du monde - Paris [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : https://www.facebook.com/garmonbozia.inc/events
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 16 décembre 2014 - Chroniqueur : superbenny666 - Photographe : benlivephotos https://www.facebook.com/livephotosmusic


Si tu n’aimes pas ce qui est gore, recevoir de la bière sur ta veste, les soli de guitare ou l’humour douteux, tu n’étais certainement pas au Divan du Monde pour le concert d’Aborted….ou peut être n’es-tu pas un métalleux, tout simplement.
Notre affiche du soir, proposait 4 groupes de death/grind réunis pour la tournée “Hell Over Europe” de la tête d’affiche Aborted.
Les suédois de Miasmal pour lancer les hostilités, suivis des spectaculaires américains d’Exhumed, Origin pour du carré et finalement les fous furieux d’Aborted. Ils ont donc choisi le Divan Du Monde où Aborted s’était déjà produit avec Benighted par le passé.Ce n’est donc pas le premier ni le dernier concert metal extrême dans cette salle, ainsi, autant les techniciens que les fans
ont leurs repères.

Le concert débute tôt et Miasmal est déjà en piste lorsque je rentre dans la salle.
Le public est plutôt retranché, à regarder passivement et/ou attentivement, le fait est que ça ne bouge pas encore.
Les suédois proposent un death assez thrash, notamment au niveau de la voix. On est pas dans du “growl” caverneux, mais plutôt dans du crié et hargneux.
Le chanteur est aussi l’un des deux guitaristes, il assure avec sa tête chevelue l’empêchant de voir ses cordes et le public. Ces deux gratteux, membres fondateurs du groupe, assurent avec des soli bien heavy et mélodiques.
Le bassiste fait preuve d’une prestance incroyable, notamment avec son look de redneck oldschool.
Le batteur, se cache derrière ses fûts en les matraquant sauvagement.Le public commence à s’exprimer mais cela reste trop sporadique alors que le groupe termine son superbe set.
Ainsi, Miasmal laisse place à Exhumed et la salle se remplit pendant les rapides balances.

Exhumed est un combo venant de Californie qui envoie du bon death old-school, avec 6 albums à son actif, et qui sait faire le spectacle en live.
Ceux qui ne connaissaient pas avant, ont vite compris la notion de spectacle mais aussi de gore. Avant tout, Exhumed n’est pas un groupe qui fait dans la dentelle niveau paroles, tout est basé sur une thématique du gore.
D’ailleurs, Matt Harvey le leader du groupe s’en défend, en disant qu’il se sert de cette thématique de manière allégorique pour la ramener à la politique entre autre. Ce soir, Exhumed ne va déroger à la règle…
Ca démarre donc très fort avec du blast, du rythme effréné, de la voix, là aussi, thrash.
Par contre le bassiste, lui, complète avec une voix très caverneuse comme dans tout groupe de death metal qui se respecte.
Le doublage des voix donne vraiment bien en live. Les guitares sonnent super bien, là aussi les soli et autre mélodies sont assurés avec brio.
Le public est bien chaud et c’est à ce moment que le show commence.
En effet, un “chirurgien” équipé d’une tronçonneuse fait irruption sur scène, il est acclamé par la foule, qui semble finalement savoir à quoi elle a à faire.
Il s’agit bien d’un membre du staff d’Exhumed, qui chauffe la salle en menaçant le spectateur ébahi avec son arme.
La musique repart de plus belle, et revoici notre hurluberlu qui refait surface, sans son engin motorisé, pour faire un stage dive mémorable.
Cela a le mérite de vraiment mettre une bonne ambiance dans la salle.Et comme dans tout show d’Exhumed, le guitariste s’écroule brutalement, et il n’est sauvé qu’en se faisant ingurgiter de la bière par notre bûcheron/chirurgien.
Evidemment c’est efficace, le guitariste se relève….pour régurgiter sur un sac poubelle prévu à cette effet dès le début du set.
Même involontairement secoué par cette prestation scénique, il continue avec sa gratte en enchaînant avec un terrible solo.
Après un dernier morceau, les membres d’Exhumed quittent la scène sans oublier de saluer comme il se doit les admirateurs du premier rang.
L’audience, habituée ou non à ce groupe, reste de toute manière admirative de ce dont elle a été témoin!

Vient ensuite Origin, groupe américain qui vient de sortir “Omnipresent” cette année. Il s’agit pour eux aussi de leur 6ième album.
Leur show commence fort, le chanteur Jason Keyser utilise la scène en gesticulant avec virilité sur tout la scène.Le guitariste excelle dans l’art du sweeping, sa Jackson sonne bien aggressive. Les deux autres comparses, bassiste et batteur assure la rythmique avec efficacité.
Les spectateurs, en nombre et actifs, ainsi que les lumières très sombres suffisent pour que je me délocalise à l’étage, plus calme avec une très bonne vue d’ensemble.
Sur la fin du set très carré, Jason Keyser chauffe la salle avec un wall of death sans musique.Les acteurs de ce wall en sont ravis et permet à Origin de terminer dans une ambiance survoltée.

Pour finir en trombe la soirée, ce sera avec l'aide de nos voisins du plat pays:Aborted. Ils profitent de cette tournée pour promouvoir la sortie de leur 8ième opus "The Necrotic Manifesto ".
Sven, le leader charismatique communique avec le public en français, et leur demande de venir stage-diver, ce qu'il ne va se gêner de faire.
Alors, oui, Aborted ne fait pas dans la dentelle, ça blast à la batterie, ça crie de toutes les façons, du "gruik" de porcinet au "growl" des plus ténébreux, l'ambiance est furieuse mais petit à petit un léger malaise s'instaure:
Le public envahit la scène pour la squatter de longues minutes, ce qui semble saouler Sven, même s'il reste courtois.
Et c'est vrai que c'est gênant lorsque qu'un chanteur, qui plus est, seul rescapé depuis la naissance du groupe, de devoir rester derrière les fans qui s'adjugent le show.
Petit à petit la scène se dépeuple grâce à Sven, qui très malignement, invite Matt Harvey d'Exhumed et propose un ou 2 Wall of Death pour mettre le feu avec succès hors de la scène.
Musicalement, le batteur semblait super zen, les guitaristes se rendaient coup pour coup lors des soli et le batteur était omniprésent.

Le concert se termine, la sueur à coulé, la bière aussi, ça sent la transpiration, on a eu du crado, des paroles pas très fines, et oui les ingrédients du death métal étaient bien tous réunis pour réussir ce concert avec brio. Merci à Valérie de Century Media pour le pass photo octroyé à Pavillon666.