CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NOW VOYAGER
Avec : Now voyager, bear, oceans asleep, buy jupiter
Date du concert : 11-03-2015
Lieu : Warmaudio - Décines [ 69 ]
Affluence : N.C
Contact organisateur : https://www.facebook.com/slhproductions
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 13 mars 2015 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger http://black-roger.tumblr.com


Il y a quelques fois des concerts qui surprennent et que l’on regretterait vraiment d’avoir raté. Ce concert découverte du mercredi 11 mars au Warmaudio de Décines plaçait sur la même affiche 4 formations de jeunes loups du métal moderne alambiqué, djent, post-core, enfin post-quelque-chose mais qui nous ont mis K.O d’entrée de jeu.
Au menu proposé par Sounds like Hell Productions les Belges de NOW VOYAGER et de BEAR et les Lyonnais de OCEANS ASLEEP et BUY JUPITER.

La correction live de métal, rock et hardcore en symbiose peut donc commencer, de bonne heure je vous l’accorde, mais ce fut pour la bonne cause… 19 heures 15 à la pendule du « Warm » et déjà la première formation, en l’occurrence BUY JUPITER va remettre les pendules à l’heure.
Pas le temps de finir mes frites au bar, je vais « dégainer » mon matériel photo pour ce live qui promet !
Effectivement, dès les premiers brûlots envoyés par le groupe, nous nous rendons compte que cette formation possède en son sein des musiciens ayant opéré déjà dans d’autres formations et donc ne sont pas nés de la dernière pluie métal & core. Et puis, le frontman m’a déjà impressionné dans d’autres combos comme les DEAD KIWIS et TUSK, il faut en convenir.
La musique proposée par BUY JUPITER se veut donc dynamique en diable dans une veine dite « métal moderne » qui se nourrit de death, post-hardcore avec des dérapages prog. Le son est bon pour eux, leurs titres accrocheurs, leur présence scénique remarquable pour ce concert (leur 5ème), percutant et sans faux plis avec une énergie qui donne le ton de la soirée. Trente minutes, c’est un peu court, mais il y a trois groupes encore qui se bousculent au portillon de la scène. Qu’à cela ne tienne nous les reverrons avec plaisir en live prochainement je crois. A conseiller à tous les fans de Meshuggah bien entendu au royaume des contretemps et autres polyrythmies alambiquées.

Leurs compatriotes lyonnais de OCEANS ASLEEP vont débouler sur les planches avec une démarche peut-être plus speed mais avec la même énergie et la même volonté d’en découdre.
Oui mais voilà, un certain monsieur « larsen » s’est invité dans leur formation et du coup va gâcher quelque peu leur prestation. Mauvais son, dommage car on dénote chez ces jeunes Lyonnais une certaine qualité de composition avec des musiciens rôdés dans une veine plutôt deathcore influencés par notamment Attila et Emmure.
Jeune groupe donc ayant déjà à son actif l’enregistrement d’un premier EP « Undermeath ». Ce groupe en veut c’est certain et il semble en avoir les moyens, l’avenir nous le dira. En attendant ce soir leur set fut un peu endommagé par ce mauvais son, mais nul doute que pour une prochaine fois tout sera au point. A revoir donc dans d’autres conditions pour être plus objectifs.


A voir maintenant les deux groupes belges qui font tournée commune, BEAR et NOW VOYAGER et qui semblent avoir la frite (facile celle-là !).
On commence avec BEAR, formation de hardcore/metal/prog née en 2010 du côté d’Anvers et qui va ce soir nous interpeller grave avec un set de tueurs aux riffs incisifs, aux rythmiques bulldozer qui déchirent les enceintes.
Si les prestations des deux formations précédentes avaient des airs de bourrasques printanières, la prestation des Belges va nous placer en plein déluge décibelique avec un mitraillage bourrin en règle entrecoupé de déviances prog « high energy » (si, si ça existe !)
Alors, est-ce du lard ou du cochon, est-ce du grindcore ou du métal moderne tordu ? Nul ne peut le dire, en tous cas les pauvres photographes devant la scène vont avoir dès le lendemain matin un sérieux « torticoli ». Car comment suivre sur scène ces agités qui grimpent aux murs, sur l’estrade batterie, etc… et non stop svp ! Mais attention, tout en pratiquant la défonce musculaire sur scène, les membres du quatuor ne sont pas des novices loin s’en faut ! Croyez-moi ça joue, ça joue fort et bien, et ce tsunami musical recherché sous un aspect char d’assaut va se terminer comme le faisaient THE WHO dans les années 60 par le renversement et l’éparpillement sur scène du kit de batterie. Mais pas de guitares brisées, dommage ! Enorme, quelle « quecla dans la chetron » comme dirait mon ami le keupon fou, aargh !

Après ce set ravageur dans tous les sens du terme, leurs amis bruxellois de NOW VOYAGER vont remettre le couvert avec un prestation pratiquement tout aussi agitée mais plus ambiancée dirons-nous. C’est comme si THE DILLINGER ESCAPE PLAN avait copulé avec U2 pour accoucher ensuite d’un métalcore sans limite musicale.
Bien sûr il y a cette démarche qualifiée de post-rock moderne, qualificatif quelque peu galvaudé de nos jours, mais NOW VOYAGER sait nous emmener dans son voyage (pléonasme ?) à grands coups de rythmiques écrasantes, de percussions tribales avec un chanteur au phrasé hurlé. Mais pas seulement car leur touche ambiance sidérale en voix claires vient entrecouper avec bonheur des compositions bien construites qui ne lassent jamais.
Et le rendu sur scène de ces compositions est carrément corrosif et cosmique à la fois. Grosse découverte donc en ce qui me concerne que cette musique naviguant entre les effluves d’un Devin Townsend et le tranchant d’un Vision of Disorder.
Ce groupe belge a fait un effet « chocolat » sur l’assistance ce soir et ce fut largement mérité. En fin de set pas de matériel renversé sur l’estrade, mais un titre acoustique avec guitares sèches et percus au milieu du public, curieux n’est-ce pas, mais sympathique !

Il fallait donc une conclusion pour cette soirée hors-norme, la voici ;
Deux groupes locaux en devenir, bien dans leur démarche et intéressants à plus d’un titre. Et deux groupes belges que l’on n’avait pas vu venir dans le paysage métal/rock hardcore/djent actuel. Et qui ont tout cassé ce soir au sens propre comme au sens figuré, cela valait bien un coup de cœur, n’est-ce pas ?
Un seul mot à dire, le classique « merci ». Merci à Souds Like Hell productions pour le bon choix de l’affiche et de l’organisation. Merci aux musiciens forts sympathiques qui nous ont fait « voyager » dans leur sphère métallique et merci bien entendu pour l’accueil de l’équipe du Warmaudio toujours au top niveau.