CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


AGNOSTIC FRONT
Avec : Agnostic Front, Wendy's Surrender
Date du concert : 17-05-2015
Lieu : Flèche D'Or - Paris [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.flechedor.fr/2015/5/17/AGNOSTIC-FRONT/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 23 mai 2015 - Chroniqueur : superbenny666 - Photographe : benlivephotos https://www.facebook.com/livephotosmusic


La flèche d’or accueillait en ce doux dimanche une affiche hardcore/punk avec le groupe bisontin Wendy’s Surrender pour assurer la première partie d’Agnostic Front. La troupe de Roger Miret débarque un mois et demi après le passage, dans la capitale, du demi-frère cadet Freddy Cricien et Madball. Oui, nos pionniers du hardcore punk ont encore plein d’énergie à revendre et cela dure depuis 35 ans ! Leur passage permet aussi de rameuter un large panel de spectateurs. Cela va du public jeune au moins jeune, ou encore du métalleux au punk en passant par le coreux et même quelques gothic, mais aussi du crâne lisse au crâne chevelu. Agnostic Front est grandement respecté et ce mélange de public le prouve bien. Les petits chanceux qui ont eu l’exclusivité de la première partie viennent de Besançon, sont composés de 5 musiciens qui jouent du hardcore punk assez agressif et se nomme donc Wendy’s Surrender.

Alors commençons par leur prestation que j’ai pris en cours. Wendy’s Surrender propose un hardcore punk assez furieux mais avec une voix qui n’est pas saturée. Par contre la foule contemple plutôt passivement même si 5-6 personnes essayent bien de bouger. Petit à petit cela s’enflamme tranquillement. Après quelques morceaux (“Don’t Trend”-“WTH”) rondement menés, une petite dédicace est faite aux tatoués, présents en nombre, via le titre “Skindeep” pour lequel Cyril le chanteur fait jumper la foule qui s’est un peu plus amassée devant la scène. S’ensuivra une reprise de “New Direction” de Gorilla Biscuit assez reconnu par les aficionados. Les guitaristes font de bon jumps assez haut, le bassiste est un peu reclus sur son coté gauche mais la scène est bien utilisée dans l’ensemble. Entre 2 morceaux, en l’occurrence “Backtrack” et “B town” on aura droit à une petite séance chambrage bon enfant entre le public et les artistes concernant les origines locales des uns et des autres. Cela permet de rameuter plus de monde et Wendy’s Surrender en profitera pour terminer son hardcore punk par le titre “What Happened” de H2O. Ce qui fut un véritable succès vu le nombre de fans qui chantent les paroles en pogotant non stop. Ce fut donc une bonne découverte, avec un son qui correspondait bien à ce que l’on attendait de la soirée. Le charisme du chanteur a bien aidé le public à se chauffer pour Agnostic Front.

Setlist:
Intro
Clear Eyes
Don’t Trend
WTH
Skindeep
New Direction (Gorilla Biscuits)
The Way
Back Track
B Town
What Happened (H2O)

Il est temps de choisir sa place au premier rang car vu la popularité d’Agnostic Front, la salle risque d’être comble. En effet, durant l’entracte de nouvelles têtes ont débarqué dans la salle, qui se remplit doucement mais sûrement. Il faut dire qu’Agnostic Front est un groupe mythique dans le milieu. Formé en 1980 par Roger MIret, le groupe se compose actuellement de Vinnie Stigma et Craig Silverman (Slapshot) aux guitares, Pokey Mo à la batterie et Mike Gallo à la basse. Leur tournée a pour but de promouvoir leur 11ieme album “The American Dream Died”. Leur son est un concentré de hardcore et de punk avec des rythmes assez mélodiques qui permettent d’avoir des refrains qui restent bien en tête. Je pense notamment à “Gotta Go”. Leur arrivée se fait après une longue intro tirée du film “Le bon, la brute et le truand” qui met bien dans l’ambiance. La salle semble comble et les premiers riffs donnent le ton. Le public suit en pogotant et très rapidement les stagedives ont lieu. Leur troisième titre “My Life My Way” fait vraiment bondir le public de la Flèche d’or. Vinnie Stigma assure le show en jouant avec le public, quant à Craig Silverman, il assure ses soli avec grande dextérité. Sont joués des morceaux de la plupart des albums mais les plus retentissants seront “A Mi Manera” et “Gotta Go” joués à la suite. Sur le premier Cyril de Wendy’s Surrender monte sur scène et chantera en duo avec Roger Miret. Ce partage de scène fut juste excellent, mais lorsqu’en plus, Agnostic Front enchaine avec “Gotta Go” repris en coeur par une salle déchainée, l’ambiance était juste parfaite: Stagedive, circle pit, refrains chantés…
3 jeunes ados invitées sur scène feront aussi un stagedive avant de revenir chanter en coeur quelques refrains sur scène. Cela prouve bien la bonne humeur transmise par le groupe auprès des fans très respectueux. Après des remerciements de ces “monstres” du hardcore assez punk, le set se finira par une reprise que l’on reconnait rapidement lorsque Roger et Vinnie chantent ensemble “Hey Oh Let’s Go…”. Il s’agit bien en effet de “Blitzkrieg Bop” de Ramones. A noter que le concert a été filmé pour un documentaire, cela explique peut-être pourquoi il y avait tant de folie ce soir là!

Setlist:
The Eliminator
Dead To Me
Warriors
My Life My Way
That’s Life
I Can’t Relate
For My Family
Friend Or Foe
Victim In Pain
Police Violence
Only In America
All Is Not Forgoten
Peace
Crucified
Old New York
A Mi Manera
Gotta Go
Riot, Riot Upstart
Police State
Enough is Enough
No War Fuck You
Take Me Back
Addiction
Paulie The Dog
Power
Blietzkrieg Bop


Nos vieux briscards savent encore rassembler un très large panel de fans, qui le leur rendent bien en bougeant sans cesse. Ce fut une sorte de surprise de voir autant d’énergie déployée de part et d’autre de la scène.
Le format avec seulement 2 groupes est aussi intéressant, surtout lorsque l’on est impatient de voir son groupe jouer. Wendy’s Surrender a fait bonne impression dans ce style musical qui semble trouver un héritage, même si ses pionniers savent encore se faire entendre.
Merci à Pavillon Webzine ainsi qu’à Valèrie de Nuclear Blast pour le pass photo.