CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


TRIBUTE TO HENDRIX
Avec : Tribute to Hendrix
Date du concert : 11-07-2015
Lieu : Le Triton - Les Lilas [ 75 ]
Affluence : N.C
Contact organisateur :
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 29 juillet 2015 - Chroniqueur : lisa - Photographe :


Ce soir j'ai décidé de troquer ma tenue de folkeuse contre celle de hippie le temps d'un concert hommage à une légende du rock « soixante-huitard », qui n'est nul autre que Jimi Hendrix.
Le concert a lieu au Triton aux Lilas. Pour ma part, c'était la première fois que je me rendais dans cette salle, et je découvre ainsi à mon arrivée l'ambiance décontractée qui s'en dégage. Car le Triton, ce n'est pas qu'une salle de spectacle, c'est également un restaurant.
21h approchant, je me prépare à m'installer au premier rang. La salle est d'une capacité d'accueil fort modeste, d'une cinquantaine de personnes à vue d’œil. Sans grande surprise, c'est de nos chaises que nous profiterons du spectacle. Les spectateurs arrivent petit à petit, et je ne suis pas étonnée d'être une des plus jeunes dans le public, se situant majoritairement autour de la soixantaine.

Les quatre musiciens arrivent sur la scène avec un petit quart d'heure de retard, et les premières notes de « Stone Free » retentissent. Aaaaaah nostalgie, que c'est bon d'entendre du Jimi en live, surtout quand on est trop jeune pour avoir eu la chance de connaître l'âge d'or « Woodstock » ! Quoique j'avais une crainte, par rapport à la voix. Je ne suis généralement pas une adepte des reprises, surtout que pour chanter comme Jimi, il faut se lever de bonne heure ! Certes, sans pour autant adopter le timbre si envoûtant et sensuel d'Hendrix, le guitariste/chanteur Marco Cinelli s'en sort plus qu'honorablement. Et après tout, le but n'est pas non plus de tomber dans l'imitation pure, il faut savoir y mettre sa petite touche. Il n'empêche que dans l'attitude du musicien, il y avait un petit quelque chose qui rappelait fortement l'icône. À commencer par sa tenue, hippie bien comme il faut, mais surtout par ses mimiques.
Mais parlons des trois autres membres, car ils le méritent tout autant. Celui qui a accaparé le plus gros de mon attention pendant cette soirée, c'était le bassiste, Bruno Maurin. À en juger par sa démarche, sa manière de bouger d'avant en arrière, on sentait qu'il était inspiré par ce qu'il jouait et qu'il y prenait plaisir. Au passage, je lui trouvais un petit air de Dustin Hoffman, cela m'a bien fait sourire.
Le batteur Alain Merlin Gouillar n'était pas en reste non plus, dégageant une énergie sans borne. Et les lunettes de soleil en pleine pénombre, trop la classe !
Le deuxième chanteur/guitariste, Philippe Fernandez, s'est montré plus sobre que ses acolytes, ce qui est dommage car je considère que lorsque l'on rend hommage à Hendrix, l'on peut se permettre davantage d'excentricité.
Bien que la setlist soit – logiquement – consacrée à la discographie de Jimi Hendrix, les quatre musiciens ont fait le choix d'interpréter également deux titres du groupe de rock psyché britannique de la même époque, Cream. Ainsi, bien plus qu'un simple hommage à Hendrix, c'est celui d'une ère musicale auquel nous assistons ce soir.
La fin du set approchant, Marco Cinelli invite un de ses amis guitariste, Jonathan, à le rejoindre sur scène pour « Eazy Rider ». Ce dernier le lui rend bien puisqu'à la fin du morceau, il lui joue à la guitare la mélodie de « Joyeux anniversaire ». Et voilà la salle toute entière qui chante « Joyeux anniversaire Marco ! ». Un deuxième guest, répondant au nom de Philippe (oui, encore un), fera son apparition sur scène lors de « Rock me babe ». Tous se retrouveront lors de l'ultime morceau de la soirée, le mythique « Hey Joe ».

Mon seul regret de la soirée aura été celui de ne pas avoir entendu « Get down », mon morceau préféré d'Hendrix. Certes, il ne s'agit pas du titre le plus connu du guitariste, loin de là, mais je pense qu'un concert hommage n'est pas seulement fait pour reprendre les tubes d'un artiste, cela sert également à découvrir (ou redécouvrir) des trésors enfouis depuis tant d'années. Hormis ce petit caprice, j'ai passé une soirée fort sympathique, qui m'a fait sortir des sentiers battus et qui nous a prouvés à tous ce soir qu'après tout ce temps, d'une manière ou d'une autre, Jimi Hendrix vit toujours. God saves Jimi !!!

SETLIST :
1. Stone Free
2. Third Stone from the Sun
3. Red House
4. Little Wing
5. Manic Depression
6. Have you ever seen
7. Voodoo Child
8. Badge (Cream)
9. White Room (Cream)
10. Wind Cries Mary

Entracte (vingt minutes)

11. Purple Haze
12. Angel
13. Power of Soul
14. Foxy Lady
15. Fire
16. Castle made of Sand
17. Wait until Tomorrow
18. Eazy rider
19. Rock me babe
20. Hear my train a coming
21. Who Knows
Encore :
22. Hey Joe