CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


KAMELOT
Avec : KOBRA AND THE LOTUS,GUS.G,KAMELOT
Date du concert : 17-09-2015
Lieu : LA CIGALE - PARIS [ 75 ]
Affluence : 600
Contact organisateur : http://www.base-productions.com/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 19 septembre 2015 - Chroniqueur : riffraph - Photographe : riffraph


C’est en ce 17 septembre 2015 que je me rendais à La Cigale dans le quartier de Pigalle pour assister à une soirée placée sous le signe d’un heavy mélodique. Kamelot pour cette première date de leur tournée européenne posait donc ses valises à Paris. Six cents personnes étaient présentes pour assister à ce concert. Mais avant cela il y a avait du beau monde avec la présence de Kobra And The Lotus et Gus G.

KOBRA AND THE LOTUS

La délicieuse canadienne Kobra Paige nous délivrera ce soir un show de charme mais également une prestation énergisante et fraîche. Notre formation, sous la tutelle bienveillante de Gene Simmons himself, avait à cœur de prouver qu’elle avait le potentiel pour devenir une grande. Malgré un set un peu court, les musiciens le sourire aux lèvres semblent se faire plaisir sur scène et cela en dépit d’un public de début de soirée plutôt mollasson et moyennement réceptif. Alternant entre titres pêchus et parties plus calmes et mélodiques. Certes le combo canadien n’a pas encore la puissance et l’envergure d’un arch enemy (bien que le genre diffère quand même…) mais nos protagonistes auront rempli leur mission avec cette prestation honorable.

GUS G

Faut-il encore présenter notre guitar hero ? Officiant entre autres pour Firewind et Ozzy Osbourne, Gus venait ce soir avec une nouvelle formation pour nous faire profiter de quelques compositions de son dernier album « Brand New Revolution ». Ce qui est agréable avec notre guitariste c’est que ses interprétations ne sont jamais pompeuses ni dans la démonstration. En effet ses soli et autres interventions servent bien le groupe sur scène, jouant également avec les vocalises d’un frontman débonnaire et sympathique qui saura, malgré le peu de titres, se mettre la foule dans la poche. Le point d’orgue sera d’ailleurs le morceau « I Am The Fire » reprit en cœur par les metalheads. Un bon set heavy/power metal qui aura eu le mérite de réveiller enfin l’assistance.

KAMELOT

Il y avait ce soir de la Guenièvre hystérique et du fidèle Lancelot dans la foule pour assister au show arthurien de Kamelot. J’étais prévu d’ailleurs pour faire l’interview du groupe mais suite à une balance tardive, à laquelle j’ai pu assister, cela n’a malheureusement pu se faire. Problèmes de réglages de début de tournée sans doute… D’entrée de jeu, Tommy assure au chant et impose les nouveaux titres qui passent plutôt bien. Même s’il faut avouer que ceux de l’époque de l’ancien frontman rallient aussi les suffrages. Le bassiste blond aux dreadlocks, Sean Tibbets, sera sans nul le doute le plus énervé de tous. Tel un cocaïnomane en phase montante il fera le spectacle sautant et courant dans tous les sens, donnant le tournis aux pauvres photographes que nous sommes. Si le décor reste minimaliste avec une grande toile de fond représentant l’artwork du dernier album, les jeux de lumière seront particulièrement bien pensés. Il ne faudra d’ailleurs pas longtemps au combo américain pour se mettre un public de fans venu tout spécialement pour lui. Le concert bénéficiera d’un son et d’un mixage de bonne qualité. Malgré un jeu de scène un peu trop théâtral et ampoulé à la limite du kitsch parfois (sans doute que le style musical y est pour quelque chose…), Kamelot aura assuré avec un professionnalisme sans tâche pour un set bien calibré et repartira après un rappel, sous les ovations des damoiseaux et damoiselles présents ce soir.

Setlist :

Veil of Elysium
When the Lights are Down
The Great Pandemonium
Center of the Universe
Karma
Torn
Song for Jolee
March of Mephisto
Rule the World
Insomnia
Liar Liar (Wasteland Monarchy)
Forever

Rappel :

Sacrimony (Angel of Afterlife)
Revolution

Mes remerciements pour cette soirée à Roger Wessier de Base Production pour l’accréditation et pass photo ainsi qu’à Elodie et Charles de HIM Média.