CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SHINING
Avec : Shining, The Great Old Ones
Date du concert : 17-09-2015
Lieu : La Laiterie - Strasbourg [ 67 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.artefact.org/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 20 septembre 2015 - Chroniqueur : blacklakenidstang - Photographe : blacklakenidstang


L’occasion s’étant présentée pour moi d’aller voir Shining et The Great Old Ones à Strasbourg, c’est avec plaisir que je me suis rendue à La Laiterie pour assister à mon quatrième concert du groupe suédois et mon troisième du groupe français…

THE GREAT OLD ONES est un groupe d’atmospheric black metal profondément inspiré par les écrits de l’écrivain fantastique H.P. Lovecraft. Dépeignant les profondeurs de la mer, les compositions du quintette bordelais emmènent sans peine son public à bord de son embarcation musicale en créant une ambiance oppressante et belle.
La sortie d’Al Azif a marqué ma découverte d’un groupe français très prometteur, auteur d’un excellent premier opus. Lui succédant, Tekeli-li s’est toutefois heurté quelque peu à mes attentes exigeantes. Cet album est en effet, à mon sens, tout aussi bon, sans qu’il soit autant accessible, ce qui fait qu’il m’est plus difficile de prendre part à l’expédition antarctique des musiciens…
Mais la sortie de Tekeli-li a surtout, pout moi, amoindri mes chances d’entendre mon morceau tant attendu en concert… Voir une troisième fois The Great Old Ones était donc l’occasion d’(encore) espérer entendre "My Love for the Stars (Cthulhu Fhtagn)", morceau absolument parfait du groupe. Malheureusement, je suis sortie de la prestation de The Great Old Ones une nouvelle fois déçue quant à ce point.
Pourtant, cette déception n’est qu’infime car le concert joué sur la scène du Club de La Laiterie est le meilleur que j’ai pu voir de The Great Old Ones, sublimé par un son qui n’aurait pu être meilleur. Le set un peu court pour des morceaux aussi longs, les musiciens n’auront notamment joué qu’"Al Azif" et "Visions of R’lyeh" du premier album. Le concert s’est révélé encore plus prenant que d’habitude, envoûtant totalement son public en lui faisant découvrir sa folle expédition des Montagnes Hallucinées, vouée à la mort.

La formation bordelaise a ensuite laissé place au renommé groupe suédois SHINING, emmené par le personnage haut en couleur qu’est Niklas Kvaforth.
Je dois d’abord avouer que, si prendre des photographies de The Great Old Ones était difficile pour moi en l’absence d’un pit-photo dans la petite salle de La Laiterie, en prendre de Shining était impossible. Impossible de me placer au premier rang, impossible de trouver des espaces suffisants entre les personnes du premier rang pour que je prenne des photographies sans têtes apparentes à cause de ma petite taille… Il aurait fallu que j’attende, cramponnée à la scène, la venue de Shining après le set du groupe d’ouverture.
Mais je ne regrette pas. Cette impossibilité de jouer à l’apprentie photographe m’aura poussée à reculer dans la salle… et à éviter des coups de cravache de la part de M. Kvaforth et de nombreux crachats de ce dernier et de ses musiciens… Il faut dire que le chanteur du groupe était particulièrement enragé à Strasbourg en raison d’un son très moyen, au point de menacer, la main sur l’artère carotide, son ingénieur son…
Après avoir vu à trois reprises le groupe, je pensais que le leader de Shining s’était calmé par rapport à la légende faisant de lui une personne folle, violente et autodestructrice – quoique je n’oublie en aucun cas le concert du SummerBreeze 2012 où il a pris plaisir à violenter et humilier ses musiciens –. Finalement, je me suis rendue compte que s’il s’est assagi dans une certaine mesure, il vaut tout de même mieux être au premier rang de Shining dans un festival que dans une petite salle… plus le fossé est grand entre la scène et le public, plus le public est en sécurité et évite les microbes du groupe. Cela dit, il semble que certaines personnes aiment se faire cracher dessus par Shining, chacun ses goûts !
Ces détails n’ont pourtant pas d’influence sur mon jugement du concert. S’il n’a pas égalé sa grande performance du MetalDays 2013, le groupe a su livrer un très bon concert, prouvant à nouveau le niveau élevé des musiciens. En effet, Shining ne joue pas du black metal pur, « trve » ; il est agrémenté de parties plus progressives, parfois même jazzy. Quel bonheur auditif d’entendre les solos de Shining, et surtout ceux qui semblent tout droit sortis d’un album d’Opeth (cf. le solo de "Människotankens Vägglösa Rum" par exemple) !
Shining a ainsi joué quasi-intégralement le dernier album, IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends (cf. ma chronique de ce dernier), n’oubliant pas de piocher dans d’autres albums comme Redefining Darkness ou V: Halmstad et son mythique "Låt Oss Ta Allt Från Varandra".
C’était donc un plaisir d’avoir assisté à ce concert des suédois où j’ai été, une nouvelle fois, tant impressionnée par les guitaristes Peter Huss et Euge Valovirta que par les capacités vocales de Niklas Kvaforth, qui réussit toujours, avec sa voix si unique, à passer de sa voix claire à des hurlements égorgés en un battement de cil.

Une soirée réussie grâce à The Great Old Ones et Shining, merci aux deux groupes et à La Laiterie !