CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


ANTI FLAG
Avec : Less Than Jake01, Anti Flag02
Date du concert : 26-07-2015
Lieu : Warmaudio - Decines [ 69 ]
Affluence : 400
Contact organisateur : http://www.alternativelive.com/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 23 septembre 2015 - Chroniqueur : Franckenstrat - Photographe : Franckenstrat


Après un épisode relativement sportif, j’arrive tout de même à pénétrer dans le Warmaudio transformé ce soir en bastion.
Nous sommes sensés être de plain pied dans « la scène punk » et que vois-je à l’entrée ? Un énorme panneau avec « interdiction de faire des photos ».
Cela fait bizarre de voir une telle pancarte, surtout au Warmaudio. Je regarde quand même si je ne me suis pas trompé de concert, mais bon, Julien Doré au Warmaudio ce serait quand même étonnant. Non, non, c’est bien Anti Flag et Less Than Jake en première partie.
J’arrive tout de même à négocier les photos sur les trois premiers morceaux de chaque groupe. Enfin bon, ça fait quand même bizarre de voir ça au Warmaudio, c’est un peu comme si t’invitait tes potes à manger une raclette sans fromage…

Ce soir le concert est sold out et ça promet du monde avec à la clef un sauna terrible dans la salle au vu des températures.
Les hostilités débutent avec Less Than Jake et leur Ska Punk hyper tonique. En 20 ans d’existence ils n’ont jamais perdu cette énergie festive et communicative qu’ils véhiculent avec eux et ce, depuis leurs débuts.
Less Than Jake, ça fait pas mal de monde sur scène avec des instruments qui tiennent de la place, comme le trombone par exemple, alors heureusement que le Warmaudio s’est agrandi, ça permet de donner un peu d’espace à de telles formations.
Les floridiens sont la formation de ska type avec du cuivre, des anches, guitare, basse et batterie. Il ne manque que du clavier. Ce genre de formation permet d’avoir un véritable groove à mi chemin entre le ska et le bon vieux rocksteady des familles.
Less Than Jake envoie à fond et ne fait en aucun cas dans la demi-mesure. Sur scène c’est la grosse fiesta et le public conquis suit le rythme de la fête.
A un moment leur mascotte fait une apparition dévastatrice sur scène, ce qui est assez inattendu et assez drôle.
Ces américains sont vraiment un groupe festif et pratiquent un bon vieux ska complètement déjanté et détonnant. Ils aiment leur public et surtout déconner avec eux. Il y a eu des moments de grosses pagailles et de bons délires, heureusement qu’ils étaient là car ils ont sauvé ma soirée. Rien que pour ça je ne les remercierai jamais assez.

Comme dans les bonnes vieilles séries B américaines, il y a toujours un moment où ça merde. Ce moment là est arrivé beaucoup plus vite que je ne le pensais, non seulement avec le public d’Anti Flag, mais avec le groupe lui-même.
Tout commence par un mec qui m’empêche de photographier la set liste parce qu’il est juste assis devant et que c’est SA place et qu’il ne bougera pas d’un millimètre.
Ceci étant dit, je me prépare tranquillement devant la scène pour tacher de faire les photos que je pourrai pendant les 3 premiers morceaux du set d’Anti Flag, dont les titres sont assez courts je le précise au passage.
Ayant un handicap à la jambe gauche qui se voit quand même comme le nez au milieu de la tronche, il aurait été tout de même de bon aloi que les organisateurs me laissent au moins prendre mes photos juste pendant ces 3 premiers morceaux sur le côté de la scène. Après je dégageais et l’histoire s’arrêtait là et basta.
Mais non bien sur, tant et si bien que je me suis retrouvé littéralement broyé dans le pit et contre la scène, avant de disparaitre sous le public qui était dans un état de furie démentielle totale lorsque les ricains ont commencé à plaquer leurs premiers accords.
Je me suis fait totalement laminer, mais j’ai quand même pu sauver mon matos photo.
Ayant regagné un coin bien plus calme de la salle, j’ai tenté de faire une photo de plus loin en surélevant mon appareil et là devinez qui me tombe dessus comme une furie ? Monsieur l’organisateur, qui m’a presque arraché mon appareil des mains parce que les 3 premiers morceaux étaient largement dépassés. Le handicap il ne l’avait pas vu, mais l’appareil photo oui…
Là j’ai vraiment trouvé que ce coup-ci, ça frisait la maltraitance et j’ai pris une décision d’homme : Je me suis cassé !!
De toute manière, le punk business ce n’est pas mon rayon ni ma tasse de thé. Les mecs qui font soi disant du punk et qui jouent les vierges effarouchées dès que l’on prend un peu trop de photos d’eux, moi ça me dépasse.
Le star system c’est pas mon truc et si des mecs qui se revendiquent punk arrivent avec des melons qui les empêchent de passer entre les portes, ils peuvent toujours aller faire des concerts à Vichy ou bien où ils voudront, mais pas chez nous.
En plus, je suis sincèrement désolé pour les aficionados, mais pour moi Anti-Flag c’est juste de la zique pour faire des génériques de séries télé pour adolescents boutonneux. Le punk c’est une autre histoire…