CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


LES RAMONEURS DE MENHIRS
Avec : Missratched, Lupoï, Les Ramoneurs de Menhirs
Date du concert : 26-09-2015
Lieu : MJC Ô Totem - Rilleux La Pape [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : https://www.facebook.com/concertmetalhumanitaire
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 28 septembre 2015 - Chroniqueur : Chart - Photographe : CHART https://www.facebook.com/chartlivephotography


Rendez-vous ce samedi à Rilleux La Pape et sa fameuse MJC Ô TOTEM où il fait bon se rendre de temps à autre. En effet, je n'ai jamais été déçu par la programmation de cette salle et cela change un peu des autres salles lyonnaises. Ce soir, c'est un rendez-vous avec la musique punk et pour une cause humanitaire qui plus est. Cela nous fait au moins trois bonnes raisons de se rendre à ce concert !

La soirée débute avec le groupe alternatif MISSRATCHED emmenée par sa chanteuse. Le combo local en est encore au stade où il promeut sa première démo. L'opportunité est bonne pour se faire remarquer sur cette belle scène en compagnie de très bons groupes du même registre. L'énergie est encore une fois au rendez-vous et le spectacle particulièrement assurée par cette leader en pleine forme. Le résultat est là et je ne doute pas qu'on nous reverrons cette formation sous peu dans d'autres endroits de l'ex capitale des Gaules.

LES LUPOÏ nous viennent de Châlon Sur Saone et officient depuis 2007 dans un style punk traditionnel. Il faut dire que nos bonshommes ne sont plus tout jeunes mais ont toujours quelque chose à faire passer. Les idées sont au rendez-vous même si la nouveauté n'est pas le maître mot. Peu importe, ce n'est pas ce qu'on leur demande. Ce qu'on veut avant tout, c'est passer un bon moment et la promesse est tenue. Dommage que le public soit resté en partie à l'extérieur à attendre la tête d'affiche car il y a du potentiel chez ce groupe et je trouve regrettable de ne pas avoir vu une ambiance qui aurait pu être bien plus chaleureuse.

Place enfin à cette tête d'affiche que tout le monde semble attendre avec impatience. LES RAMONEURS DE MENHIRS n'a pas encore fêté ses 10 ans mais il apparaît déjà comme un groupe phare de la scène alternative. Il faut dire qu'avec en son sein le guitariste Loran, il y a forcément pas mal de monde qui s'intéresse à cette formation. Et oui, jeunes et moins jeunes, souvenez-vous donc de ces BERURIER NOIR qui au milieu des années 80 portaient haut l'étendard du punk français. La formation est aujourd'hui devenu un mythe mais cet homme lui permet d'exister encore un peu en 2015. Même boîte à rythme, même son de guitare et mêmes riffs tapageurs. La différence majeure vient de l'incorporation d'instruments issus de la musique celtique et du chant en breton sur la grande majorité des titres. L'alliance du punk alternatif, j'oserais même minimaliste et de la musique celtique est forte. On voit même des membres du public arborer des T.Shirts d'ELUVEITIE ce qui en soit n'est pas vraiment une aberration même si les deux univers sont assez différents. L'énergie est forcément au rendez-vous durant ces deux heures de concert intense ! Les classiques du groupe sont au rendez-vous et ils sont nombreux ! Quelques reprises viennent aussi compléter l'ensemble avec "If The Kid Are United" que l'on pouvait déjà entendre sur le premier album ou encore "Bella Ciao", un classique italien. On a droit aussi à deux morceaux des BERURIER NOIR, "Ibrahim" et "Vive Le Feu". Rien ne semble arrêter la machine qui dépasse allègrement l'heure de fin prévue à l'origine. Mais qu'importe, une îcone de la scène punk française est là devant nous, en toute simplicité. Je me demande même si ce statut est approprié lorsque l'on voit Loran se promener dans les pogos lors des sets des deux premiers groupes. L'esprit est plus à la fête qu'à autre chose quand on est dans une soirée comme celle-ci.

Belle soirée que celle-ci, une belle réussite. Les murs ont transpiré encore une fois, ce qui est le signe d'une belle pagaille déployée dans la fosse. Non le punk n'est pas mort. Il a évolué certes mais reste encore terriblement actif et attractif.