CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


MUSCADEATH
Avec : Comalane, Malkavian, Defeat the earth, No return, crusher, Loudblast
Date du concert : 26-09-2015
Lieu : Champilambart - Vallet [ 44 ]
Affluence : 350
Contact organisateur : http://muscadeath.fr/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 01 octobre 2015 - Chroniqueur : Fred.Photography - Photographe : fred photography


Si le Muscadeath existe depuis maintenant une dizaine d’années et était devenu un rendez-vous incontournable pour les amateurs de death metal et accessoirement de vin blanc (il faut dire que planté au milieu du vignoble nantais, ce petit festival porte bien son nom) avec un impressionnant palmarès à son actif : Centurian, Mercyless, Gorod, Severe torture, recueil morbide, Goltronc et bien d’autres. Benoît et l’équipe de Carnage Asso ont décidé de mettre les petits plats dans les grands pour cette édition de 2015, en programmant tout simplement le gratin du thrash/death Français.

L’idée était donc de rendre hommage à la tournée monstre des années 90, le brutal tour, qui avait, en 1995, réuni Loudblast, No return, Crusher et Massacra, groupes déjà cultes à l’époque. De l’eau à coulée sous les ponts depuis cette tournée et chaque groupe a connu ses galères, le split de Crusher en 1995, le décès de Fred Duval obligeant la séparation de Massacra et les différents changements de line-up ou séparation des 2 autres groupes. Sans parler de la déchéance capillaire du père Buriez. On compte sur les doigts de la main, les membres de ces formations qui ont participé au Brutal tour, constat un peu triste, mais quand on voit la qualité des dernières productions de Loudblast et no return, on peut dire qu’ils sont encore capable de botter le cul des plus septiques.

18h30 et c’est à Comalane, petite formation nantaise, d’ouvrir les hostilités devant une salle un peu vide, mais qui se remplit petit à petit. Ce n’est pas pour autant que le groupe se démonte et offre une prestation plus que carrée avec leur mélange de thrash death plutôt bien senti. Déjà 2 ep à leur actif et un album qui devrait arriver bientôt. On peut dire que c’est une bonne manière de démarrer la soirée.

Petite pause avant la suite et c’est à Malkavian de rentrer sur scène pou défendre les couleurs nantaises et leur premier album,The worshipping Mass, sorti l’an dernier. On continue donc avec du très bon, le combo thrash /death entreprend de retourner la salle du champilambart et montrer ce dont ils sont capables. Une bonne occasion de découvrir ce groupe qui monte et qui commence à faire partis des incontournables de la scène locale. Le nom du groupe, tiré d’un clan vampire, doit rappeler quelques souvenirs lointains à ceux qui se sont adonnés au jeu de rôle, durant leurs jeunes années.

L’annulation surprise d’Impureza pour cause de blessure du batteur aura dû donner quelques sueurs froides aux organisateurs de la soirée et c’est donc Defeat the earth qui les remplace au pied levé. Tout comme Malkavian, Defeat the earth vient défendre son premier album, beyond creation, avec beaucoup d’entrain. Jeune formation prometteuse, on ne compte aucun temps mort dans leur set, ça dépote comme il faut et l'on aura pu apprécier le style pied nu de Gaëtan le chanteur du combo. Une bonne découverte et un groupe prometteur.

Bon voilà, on arrive au gros de la soirée et la salle s’est vraiment bien remplie. Heureusement elle est suffisamment grande et l'on arrive encore à facilement se déplacer, ce qui est très agréable. Voilà que No return commence son show avec un Mick en grande forme. Tout comme Loudblast un peu plus tard, c’est toute la carrière du groupe que No return explorera pendant son set et c’est vraiment en live que l’on peut se rendre de la puissance mélodique des morceaux du groupe et qui sera, pour moi, le meilleur concert de la soirée. Je ne connais pas très bien leur discographie, mais je pense me pencher plus sérieusement sur leur carrière dans les temps à venir.

No return aura aussi été l’occasion de faire « ma » photo de la soirée avec ce superbe doigt d’honneur de Mick. Pas toujours facile de chopper ce genre de moment, mais là le résultat est excellent. Comme quoi, des fois, ça vaut le coup de gonfler les zicos en prenant des photos.

Setlist No return :
Stronger than ever
Rising
Inquisitive hegemony
New item
Submissive falls
Paint your world
Virus
Sworn to be
Fanatic mind
Vision of decadence

À peine remis du déferlement No return et aux anciens de Crusher de prendre d’assaut le Muscadeath. Si le look très hardcore de Crass a pu en déconcerté certains, il aura fallu peu de temps à Crusher pour mettre tout le monde d’accord et on peut sans problème leur décerner le prix du plus gros fouteur de bordel de la soirée, le public étant invité à monter sur scène, celle-ci devient très vite un immense chantier, rappelant les concerts de Suicidal Tendencies, la touche française en plus. Sûrement le concert le plus touchant de la soirée, puisqu’on sent vraiment le chanteur Crass heureux d’être de retour devant son public et de constater que de vieux fans sont encore présent pour venir les voir.

Setlist crusher:
In your face
Undermine
Overdone
Storm brewing
Make my day
No progress without regression
Shitstem
Hell on earth
Sell the Vatican’s wealth

Changement total d’ambiance avec Loudblast, ici pas question pour le public de faire un tour sur scène, on n'est pas là pour rigoler et pendant une bonne heure, le groupe va tout simplement retourner le Champilambart à grands coups de riffs sauvages. La bande de Stéphane fait un petit voyage au travers les 30 ans de carrière du groupe, on retrouve d’ailleurs plus ou moins la même set-list que pour le concert de L’aéronef en début d’année, un mélange entre morceaux de Burial Ground pour les plus récents et d’autres issus des différents anciens albums. On peut d’ailleurs noter l’absence de morceaux tirés de Planet Pandemonium, album qui avait marqué le retour de Loudblast en 2004 et qui avait reçu des avis mitigés à l’époque. Un des moments forts sera aussi l’hommage à Motörhead avec la reprise de « Ace of Spades », les fans de la bande à Lemmy auront apprécié. La seule chose qui m’a déçu, c’est de ne pas entendre « Subject to Spirit » qui est, pour moi, le meilleur morceau de Loudblast.

Setlist Loudblast:
A bloody oath
The bitter seed
Abstract god
Taste me
No tears to share
Emptiness crush my soul
From dried bones
Nevermind blast
Flesh
The horror within
Ace of spades
Cross the threshold
My last journey

Donc, pour finir, un bilan super positif pour ce Muscadeath cuvée 2015, une salle et un son au top, un public au taquet, des groupes heureux d’être là et accessibles. On aura pu voir la plupart des musiciens faire un tour aux stands merchandising et disponibles pour signer des albums ou prendre des photos. Une ambiance bon enfant pour un petit festival qui commence à devenir un des événements de la région nantaise.